Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Milieu littéraire corrompu ou la réputation usurpée de certains écrivains - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Milieu littéraire corrompu, ou la (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Milieu littéraire corrompu, ou
la réputation usurpée de certains écrivains
(Extrait de « Hommes et choses. Alphabet des passions
et des sensations. Esquisses de mœurs
faisant suite au petit glossaire » (Tome 2), 1850)
Publié le mardi 31 janvier 2012, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Témoin et acteur des bouleversements politiques de son temps, préhistorien, Jacques Boucher de Perthes, dont la Société d’anthropologie de Paris dira qu’il fut en toutes choses un initiateur, fustige au milieu du XIXe siècle le milieu des hommes de lettres auxquels il suffit de ne presque rien écrire pour s’assurer une carrière des plus renommées et s’attirer éloges et récompenses, avant de conclure qu’en France, « ce n’est pas ce qu’on fait qui crée la réputation, c’est la manière dont on se pose »

Je ne vous conseille pas de les fréquenter : vous y avez peu à gagner et beaucoup à perdre. Le moindre inconvénient est de poser pour eux et de figurer un jour, pour le plus grand agrément du lecteur, dans un de leurs recueils d’anas ou d’impressions de voyage. Dans la société des auteurs, vous êtes toujours exposé à quelque fâcheux quiproquo, et vous ne pouvez ouvrir la bouche sans risquer de vous faire un ennemi. Louez-vous un ouvrage, c’est justement celui qu’un feuilletoniste présent a déchiré la veille, et vos éloges lui semblent autant d’épigrammes contre son article. En dites-vous du mal, c’est pis encore : l’auteur se trouve là dans un coin dont il sort tout à point pour entendre vos conclusions et vous proposer l’échange d’une balle ou d’un coup d’épée.

Ce que ça sent bon !!! : caricature exécutée par André Gill et publiée dans La Nouvelle lune du 23 avril 1882
Zola, jadis raillé. « Ce que ça sent bon !!! » :
caricature exécutée par André Gill et publiée
dans La Nouvelle lune du 23 avril 1882
Mais qu’est-ce que cela à côté de l’offre de la communication d’un manuscrit ? Un manuscrit, quel qu’il soit, fût-ce celui d’un chef-d’œuvre, est une véritable calamité, par la raison toute simple que, toujours indéchiffrable, on ne peut pas le lire, et que si c’est l’auteur qui le lit. on ne peut pas bâiller. Lecture faite, s’il vous demande un avis, tenez-vous pour assuré que c’est un piège qu’il vous tend, et qu’ici encore vous êtes en danger de mort. Par cela seul que vous avez touché au manuscrit, vous êtes tenu de l’admirer, conséquemment de le louer ; et quelqu’épais que soit votre encens, l’auteur le trouvera léger pour son mérite. Si c’est vous qui demandez des conseils, je vous dirai que ceux des gens de lettres sont rarement bons à suivre, car leurs avis se rattachent toujours par quelque chose à leurs écrits, et ils ne loueront des vôtres que ce qui se rapprochera des leurs : à la condition pourtant que l’infériorité soit grande, car si votre œuvre a réellement du prix, ils diront que vous la leur avez volée.

Il y a des hommes de lettres en prose, il y en a en vers, il en a aussi en vers et prose, il y en a enfin qui ne font ni vers ni prose. Les hommes de lettres en prose sont assez ordinairement des savants, gens qui se croient si fort obligés d’ennuyer le lecteur, que lorsqu’ils ont dit quelque chose d’intéressant, ils ne manquent pas de lui en demander pardon. Compilateurs, pour l’ordinaire ils mettent sous le pressoir une grosse bibliothèque pour en extraire de petits in-douze où il y a de tout, hormis quelque chose ; et l’on peut comparer ces grands érudits à ce petit chat qui, après avoir avalé une livre de beurre, ne pesait que trois quarterons.

Maintenant, passons aux poètes. Autrefois, un poète était une sorte de demi-dieu couronné de roses, la coupe à la main quand il ne tenait pas la lyre, et qui ne quittait la table des rois que pour aller s’asseoir à celle des dieux. Aujourd’hui, l’état est moins bon, on peut même dire qu’il est tout à fait mauvais. Il n’y a vraiment plus d’eau à boire au Parnasse, on dirait que l’hippocrène est tarie et que le nectar et l’ambroisie sont passés à l’état de vin de Suresne. Qu’est devenu ce bon temps où une épître dédicatoire valait une pension, et où un couplet de noce était payé d’une recette des gabelles ou d’une direction des aides ? Alors tous les journaux, tous les libraires et le public en masse étaient aux pieds des poètes. Aujourd’hui, Voltaire lui-même ne trouverait, pour la Henriade, ni éditeur ni imprimeur. La gloire est tombée à la mesure du profit : non seulement on ne recherche pas les poètes, mais on les fuit ; et si un homme a le malheureux renom de faire des vers, mis à l’index, il est consigné à toutes les portes.

Après les écrivains en prose et en vers, nous en venons à ceux qui ne font ni vers ni prose, c’est-à-dire aux écrivains qui n’écrivent pas. C’est un genre de littérateurs très commun en France. Il y en a en province comme à Paris, et ce sont partout ceux qui réussissent le mieux, disons même, à peu près les seuls qui réussissent. En n’écrivant rien, ils donnent bien moins de prise à la critique et à l’envie. Voici , d’ailleurs, comment cette espèce de savants se confectionne : un homme a l’idée de faire un livre, histoire, philosophie, morale, n’importe. Il lui cherche un titre. Le titre trouvé, il regarde l’œuvre comme terminée : l’ouvrage peut être déclaré sous presse. Alors, pour peu que l’auteur futur ait un ami présent attaché à un journal grand ou petit, il obtient facilement, outre l’annonce et la réclame qu’il paie, un article qu’il paie aussi, article de confiance, laudatif du style et du sujet d’un livre qui n’est pas encore fait.

Voilà donc mon homme bien et dûment déclaré homme de lettres, et inscrit comme tel dans toutes les biographies et dictionnaires des auteurs contemporains. Aussi personne ne lui en conteste la qualité ; et s’il a l’avantage d’être riche ou de remplir de hautes fonctions, il n’est pas d’auteur vivant, et des plus huppés, qui ne s’empresse de le qualifier de cher confrère. Sur cette seule qualification, il obtient facilement d’être affilié à tontes les académies de province, ce qui le conduit tout naturellement au titre de correspondant des académies étrangères. Ainsi posé, la croix de la légion d’honneur ne peut lui manquer. Il ne s’agit que d’attendre l’une de ces pluies bienfaisantes qu’amène la fête du souverain et qui, dans ce beau jour, couvre la terre de fleurs et les poitrines de croix.

Caricature de Victor Hugo par Daumier, parue dans le Charivari du 20 juillet 1849
Caricature de Victor Hugo par Daumier, parue
dans le Charivari du 20 juillet 1849
Cependant le livre en est toujours au titre. Mais ce titre, gros d’avenir, n’en fait pas moins surgir un nouvel article mi-politique, mi-littéraire, annonçant que la France entière a applaudi à un acte de justice qu’elle attendait depuis long-temps, et à la récompense bien méritée accordée aux travaux de l’illustre auteur et de l’infatigable écrivain. Présenté au roi à qui il veut exprimer sa reconnaissance, une parole gracieuse de sa majesté sur le bon esprit et le mérite littéraire de l’ouvrage est répétée par tous les journaux. Comment douter de l’existence d’un livre auquel applaudissent le chef de l’Etat et la France entière ? Aussi, bientôt on en cite des passages ; c’est l’auteur lui-même qui en a fait la lecture dans tel salon de la capitale. Grand ébahissement du maître dudit salon qui n’a rien entendu. Plus grand ébahissement du soi-disant auteur qui n’a rien lu, par la très bonne raison qu’il n’a rien écrit.

Faite ou non, cette lecture fait grand bruit, c’est une extase universelle ; cent personnes se vantent d’y avoir assisté. Décidément, M. M*** est l’auteur à la mode. D’autres fragments sont annoncés, car chaque journal veut avoir le sien, et ils y paraissent en effet. L’auteur ouvre des yeux toujours plus grands ; mais ces fragments ayant eu le succès qu’a toujours ce qui est trop court pour ennuyer, il commence à s’y habituer. Il se dit que s’il ne les a pas faits, il aurait pu les faire. Il croit même reconnaître des paroles qu’il a prononcées quelque part. Le fond de l’article pourrait bien être de lui : c’est la substance de son esprit qu’on a exploitée. Il a pensé ; on a écrit. Dès lors , qu’a-t-il besoin d’écrire lui-même ? Puisque son livre se fait tout seul, il n’a qu’à le laisser faire. Qu’obtiendrait-il de plus ? Pourquoi fait-on un livre ? Pour se faire une réputation. Mais sa réputation n’est-elle pas faite, et si bien faite que celui qui soutiendrait qu’il n’a rien écrit passerait pour un insensé, et que lui-même l’attesterait, que nul n’y voudrait croire.

La postérité le croira bien moins encore. Le moyen qu’elle doute de l’existence d’un ouvrage dont parlent vingt biographes contemporains, dont dix journaux citent des passages ! Aussi, il fera beau voir les regrets qu’éprouveront les érudits à venir, de la perte d’un chef-d’œuvre dont un seul exemplaire n’a pu échapper à la rage du temps, cet Omar destructeur des livres. Mais avant d’arriver à la conviction de cette perte déplorable, que de recherches auront été faites, que de bibliothèques, que d’étalages de bouquinistes ont été compulsés ! Tel bibliophile y a passé vingt ans de sa vie. Du vivant de l’auteur, on lui fit des articles de confiance, peut-être après sa mort lui érigera-t-on aussi des statues de confiance ; et quelqu’une de nos places ou de nos rues verra s’élever un monument en l’honneur du chef-d’œuvre inconnu. Il est à croire qu’en voyant tout ceci de l’autre monde, M. M*** sera encore plus ébahi qu’il ne l’a été dans celui-ci. Mais là aussi il finira par s’y accoutumer.

Maintenant, le lecteur incrédule dira que je lui fais un conte, ou que si M. M*** a jamais existé, c’est un type unique. Eh ! bien, le lecteur incrédule se trompera ici comme il se trompe ailleurs, et le nombre de ces écrivains imaginaires est beaucoup plus grand qu’on ne le pense généralement. Seulement parmi les auteurs dramatiques, j’en connais une bonne douzaine qui, jouissant depuis trente ans d’une honnête célébrité, n’ont jamais fait un vers ni écrit une phrase, et qui pourtant figurent dans vingt pièces pour un quart, un tiers, une moitié et même quelquefois pour le tout. Leur tâche d’écrivain s’est bornée à les lire, à les faire recevoir et à toucher leur droit d’auteur. Si vous en doutez, veuillez les prier de prendre une plume et d’écrire deux phrases sous votre dictée. S’ils les écrivent, c’est moi qui me trompe. D’ailleurs, ils vous remettront toujours une quittance régulière, si vous avez une somme quelconque à leur compter : ils signent.

Vous voyez donc bien que je n’ai rien exagéré en vous disant qu’il est des écrivains qui n’écrivent pas, et qui n’en jouissent pas moins d’une haute renommée. C’est qu’en France, ce n’est pas ce qu’on fait qui crée la réputation, c’est la manière dont on se pose.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Heureux comme un coq en pâte
 
 Mettre la charrue avant les boeufs
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Piano à chats et singulier concert donné en 1549
 
 Efficacité (De l') de la Poste recourant jadis à des déchiffreurs
 
 Crâne de Charlotte Corday, assassin de Marat en 1793 : un incertain et tortueux itinéraire
 
 Napoléon à table et Napoléon cuisinier
 
 
Et puis aussi...
 
 Avant-goût de balancier démocratique délétère, opposition politique non constructive et « tracassière »
 
 Chronogrammes
 
 Henri II (Le roi) et les ours à Saint-Jean-de-Maurienne
 
 Réforme pour garantir l'indépendance de la magistrature (Appel à une)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 279 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines