le 17 août dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


La faute d'orthographe ou le nivellement par le bas du français - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Faute (La) d'orthographe ou le (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Faute (La) d’orthographe
ou le nivellement par le bas
du français
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le vendredi 2 juin 2017, par LA RÉDACTION


 
 
 
Le niveau du français a baissé ces dernières années. L’individu francophone ayant subi depuis deux ou trois générations « une mithridatisation au pédantisme ». Le chroniqueur du Figaro Claude Duneton (1935-2012) analysait ce phénomène avec humour

Je faisais la queue devant les guichets du RER, à la gare du Nord, à Paris, lorsque j’avisai une pancarte bleue, posée sur un pied à la manière d’un instrument de musique, qui disait : « Patientez ici qu’un guichet se libère. » Bizarre formulation ! Patienter n’est pas un verbe transitif : on ne patiente pas quelque chose, ou quelqu’un. On patiente cependant quelques minutes, mais on ne patiente pas son copain — on ne patiente pas qu’il arrive. On l’attend !

La gare du Nord est une gare internationale, la plus achalandée de France paraît-il, avec près d’un million de voyageurs chaque jour. La foule canalisée par des sangles bleues parlait des tas de langues diverses, je me suis cru un instant projeté en pays étranger avec cette pancarte insolite où l’on avait substitué « patientez que » à l’ordinaire « attendez que »... Qui donc a écrit cette ânerie ? Qui a fabriqué les pancartes (il y en avait plusieurs) ? Qui les a installées devant les guichets ? Sûrement pas le même employé.

Il est curieux que dans une entreprise d’État de l’envergure de la SNCF il n’y ait personne qui sache suffisamment le français — des ingénieurs, des chefs de secteur, que sais-je ? — pour faire corriger une erreur aussi grossière qui ne donne pas une haute idée du niveau d’instruction du personnel, pourtant recruté sur concours. Quelle gêne !

Le seuil du tolérable s’est abaissé
Faut-il voir là un exemple caricatural de ce que Pierre Merle décrit dans un livre comme étant du français mal-t-à-propos (L’Archipel) ? Il désigne sous ce vocable emprunté aux liaisons mal placées que faisaient les anciens ignorants : « un français mal bâti, mal fagoté, perdant comme à plaisir sa grammaire, son orthographe, son légendaire sens des nuances et le reste, un français d’à-peu-près » ?... Il est parfaitement exact que le seuil de ce qui est tolérable s’est beaucoup abaissé au cours des quarante dernières années. L’idée même de faute de français s’est progressivement effacée à cause de la connotation moralisante du mot « faute », qui l’a fait bannir du vocabulaire des gens avisés dans une société où la notion de morale est finalement rendue suspecte.

Le bonnet d'âne. Chromolithographie d'Agnès Richardson
Le bonnet d’âne. Chromolithographie d’Agnès Richardson

Toute « déviance » devient donc normale, ou même enrichissante selon certains : un mot pris pour un autre — chose qui, naguère, faisait sursauter l’auditeur — ne trouble plus personne, tant l’idée que rien n’a d’importance s’est répandue dans le public français. L’autre jour, une amie a entendu à la radio un journaliste dire sans se reprendre : « Le témoin a déclaré sans encombre » — il voulait dire sans ambages. Une autre personne expliqua lors d’une cérémonie qu’elle venait « pour le recueil », au lieu de « se recueillir »... On pourrait compter des centaines de ces distorsions lexicales dont nul ne fait plus cas. C’est ce que Pierre Merle appelle benoîtement les fautes tranquilles ; « le garçon que je vous parle » ne fait plus réagir, pas plus que « la ville dont je suis allé ».

Du moment que l’on discerne ou devine le sens, quelle importance ?
L’auditeur sent bien (pour l’instant !) que quelque chose cloche, mais il ne s’estime plus autorisé à intervenir par crainte, le plus souvent, de se trouver politiquement indésirable. Et puis, du moment que l’on discerne ou devine le sens, quelle importance ? Vive l’évolution ! s’écrient certains linguistes friands de nouveauté. Bien sûr, mais c’est de cette manière aussi qu’une langue évolue à petit feu vers sa fin...

Il est malaisé d’analyser les raisons de cette résignation massive. À l’évidence, l’affaiblissement de l’enseignement lui-même, par abandon calamiteux des exercices de grammaire pratique, indispensables à la maîtrise du français, joue un rôle déterminant. Les grammairiens ont laissé la place aux « linguistes », qui sont des gens que tout amuse et instruit. Les linguistes sont comparables à des amateurs d’émotions fortes qui regardent un enfant se noyer sans faire un geste pour lui porter secours, tant le mécanisme de la noyade — l’enfant crie, fait des gestes désordonnés — leur paraît fascinant à observer.

Il y a, à mon avis, une lente érosion du sens des mots et des phrases que l’on peut attribuer à l’habitude qu’ont prise les gens normalement lettrés de ne plus chercher à comprendre dans le détail. Pourquoi ? Parce que depuis un demi-siècle on a trop abusé du charabia pseudo-scientifique, qui s’est propagé comme un chancre mou dans tous les domaines de la vie courante. L’individu de langue française subit depuis deux ou trois générations une mithridatisation au pédantisme. À force de ne comprendre qu’à moitié, il s’est empoisonné le cerveau !

Claude Duneton
Le Figaro

Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Nécessité n'a pas de loi
 
 Malin comme un bossu, rire comme un bossu
 
MANIFESTATIONS
 Trésors du Moyen Âge exposés au Scriptorial d'Avranches
 
 Électricité : sa merveilleuse histoire au Centre Historique Minier de Lewarde (Nord)
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Fête nationale du 14 juillet : célébration sans saveur d'une Révolution démythifiée
 
 Après les élections législatives, les députés français changent de place
 
 Renaissance d'un réseau routier menacé par le chemin de fer grâce à l'automobile
 
 Mythe républicain de la liberté : ferment de l'esclavage moderne
 
 
Et puis aussi...
 
 Pyrénées (Les), chaîne montagneuse colérique ?
 
 Surconsommation d'alcool observée chez la gent féminine vers 1930
 
 Plaidoyer pour le respect du repos dominical au début du XXe siècle
 
 Réchauffement de l'Arctique et fonte des glaces : un phénomène observé depuis le milieu du XVIIIe siècle
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 154 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services