Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



30 décembre 1880 : mort de l'entomologiste Achille Guénée - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Décembre > 30 décembre > 30 décembre 1880 : mort d'Achille (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 30 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


30 décembre 1880 : mort d’Achille Guénée,
entomologiste spécialiste des papillons
(D’après « Annales de la Société entomologique de France », paru en 1881)
Publié / Mis à jour le vendredi 16 décembre 2016, par LA RÉDACTION


 
 
 
Aussi consciencieux qu’érudit, considéré comme le premier des entomologistes français de son temps, Achille Guénée, qui dans sa jeunesse se livrait avec passion à la chasse des insectes, mit dans l’étude des papillons tout ce que la nature lui avait donné d’ardeur et de talent

Né à Chartres le 1er janvier 1809, Achille Guénée fut élevé au collège de cette même ville, où il fit de brillantes études. Doué d’aptitudes heureuses, d’une admirable facilité, il réussit dans tous les sujets qu’il étudia ; entraîné par son ardeur de savoir, il se procura une instruction solide, aussi variée qu’étendue et que révèle presque à chaque page la lecture des ouvrages qu’il publia par la suite.

Déjà à cette époque de sa vie, il montra un goût prononcé pour l’histoire naturelle, choisissant de préférence l’étude des insectes, et parmi ceux-ci recherchant surtout les lépidoptères, ordre d’insectes dont la forme adulte est communément appelée papillon. Il est certain que son ami François de Villiers (1790-1847) le conseilla et détermina son choix, car Guenée fut exclusivement lépidoptériste.

Une fois ses études terminées, il vint à Paris faire son droit, mais sans oublier ses études favorites, et obtint le titre d’avocat qu’il se plut toujours à porter. Marié en 1833, il quitta Paris pour Châteaudun, où il résida jusqu’en 1846. A cette époque il revint à Paris pour diriger l’éducation de son fils, mais « un coup cent fois plus cruel » que toutes les afflictions dont la vie est semée, le frappa à l’improviste : il perdit ce fils qui lui donnait les plus douces espérances, et, accablé de ce revers funeste, quitta définitivement Paris.

Retiré d’abord à Chartres, il se livra avec d’autant plus d’ardeur à l’entomologie et la chargea « d’adoucir les chagrins légitimes » dont il ressentait sans cesse l’amertume. C’est à ce moment qu’il choisit Châteaudun pour résidence, demeurant une partie de l’année aux Chatelliers, où il partageait son temps entre les occupations de la campagne, l’étude et la chasse. Deux filles vinrent, sinon lui faire oublier un premier et cruel chagrin, du moins mettre un peu de joie à son foyer ; il les laissa honorablement mariées, et c’est entouré de leur affection et de celle de leur mère qu’il s’éteignit à 71 ans.

Photo extraite du Recueil des portraits de membres de la Société entomologique de France, 1855-1885
Photo extraite du Recueil des portraits de membres de
la Société entomologique de France
, 1855-1885

Nous avons dit que Guénée était admirablement doué : une intelligence très souple, concevant rapidement et sans efforts, une imagination vive et riche lui auraient assuré des succès solides en littérature. Il fit insérer une pièce de ses vers dans le Glaneur en 1829, pièce qui, outre la facilité de la versification, offre des pensées élevées et purement exprimées. Dans une autre pièce, il répond à un de ses amis, amant passionné des Muses, et il le fait avec une verve charmante. Citons à ce titre deux strophes qui contiennent une appréciation originale et un peu ironique des travaux du classificateur. Son ami l’avait salué roi des Lépidoptères :

Nos couronnes, à nous, les crois-tu plus réelles ?
Non ! ces belles tribus que nous disciplinons
Grossissent tous les ans ; mille formes nouvelles
Se glissent dans leurs rangs et brisent leurs chaînons.

La tribu trop gonflée éclate en vingt décades ;
Telle autre, en s’annexant un genre déclassé,
Forme, avec des débris, de nouvelles peuplades ;
Tous nos plans sont rompus ; notre règne est passé.

Guénée aurait pu être écrivain, poète, littérateur enfin, et nul doute qu’il eût conquis par ses qualités brillantes une place honorable et distinguée ; il préféra être entomologiste ; il mit dès lors au service de la science qu’il avait choisie tout ce que la nature lui avait donné d’ardeur et de talent. Il laissa la réputation d’un savant de premier ordre, aussi consciencieux qu’érudit. Il ne cessa jamais de faire des recherches et d’entreprendre des travaux importants sur tout l’ordre des lépidoptères ; il fut un des rares entomologistes qui n’eurent pas de ces prédilections singulières et si fréquentes qui condamnent et rejettent telle ou telle famille. Diurnes, nocturnes, microlépidoptères, il a tout abordé, et s’il écrivit moins sur une partie, ce n’est pas tant à son indifférence qu’il le faut attribuer qu’à des obstacles insurmontables à son époque et à des ménagements pour ses collaborateurs.

Guénée, dans sa jeunesse, se livrait avec passion à la chasse des insectes ; les recherches actives avaient pour lui un attrait suprême. Il visita en détail les environs de Chartres et surtout de Châteaudun. A Paris, c’est lui qui signala les deux localités d’Herblay et du bois Jacques, qui changèrent tant depuis. Le même goût lui fit entreprendre plusieurs voyages lointains : il vit les Pyrénées, le midi de la France, les Alpes. Plusieurs de ses collègues de la Société entomologique de France qui l’eurent pour compagnon, pouvaient témoigner de sa bonne humeur, son entrain et l’égalité de son caractère.

En 1870 il était en Suisse au moment où les plus grands désastres accablaient notre patrie ; son âge l’éloignait des émotions terribles de la guerre ; le pays qu’il habitait, et surtout Châteaudun, essayèrent une lutte inégale : une poignée d’hommes déterminés, soutenus par les habitants, bravèrent le torrent dévastateur, le courage personnel d’un si petit nombre de défenseurs arrêtant et faisant reculer une division prussienne appuyée de son artillerie. Les vainqueurs brûlèrent une partie de la ville après le combat, pour donner sans doute à la postérité une de ces leçons d’éternel souvenir que le génie et la supériorité intellectuelle sont seuls capables d’appliquer. Guénée retrouva, non sans étonnement, sa collection intacte ; il fut peut-être moins surpris de trouver la plus grande partie de ses boîtes numérotées et dans un certain désordre, comme si un départ précipité avait arrêté un emballage, autorisé par la force qui, comme on sait maintenant, prime le droit.

Guénée était d’une complaisance sans bornes ; nul ne s’adressait à lui sans obtenir les renseignements qu’il demandait ; il ne ménageait point sa peine et s’empressait de répondre à ses correspondants des lettres dont il n’hésitait jamais à couvrir les quatre pages d’une écriture fine et serrée.

La réputation que l’entomologiste s’était acquise était peut-être plus grande à l’étranger que dans sa patrie ; il est certain que ses travaux furent plus suivis en Angleterre qu’en France. En Allemagne, Guénée était regardé comme le premier des entomologistes français.

Nous ne devons pas passer sous silence la manière dont il avait disposé sa collection et réglé ses études. Celle-ci était rangée dans des boîtes de grandeurs diverses, vitrées et hermétiquement fermées. Les épingles, coupées très près du corps de l’insecte, permettaient de voir facilement sans être obligé d’ouvrir les boîtes. Cette méthode, qui n’est pas sans inconvénient, assurait à la collection une conservation indéfinie. Chaque boîte portait un numéro d’ordre et les noms de genre inscrits sur un des flancs, le dessous était recouvert d’une feuille de papier blanc où étaient écrits les noms des espèces, juste au revers de la place qu’elles occupaient à l’intérieur ; la synonymie, de nombreuses remarques accompagnaient chaque nom et donnaient à la collection une valeur exceptionnelle ; c’était un monument aussi impérissable que peut l’être une œuvre humaine. Un des premiers, Guénée s’occupa des lépidoptères à l’état de chenille ; il attachait une grande importance aux détails biologiques et les faisait servir à caractériser les genres.

C’est vers le milieu de sa carrière qu’il commença son grand ouvrage sur les noctuélites, ouvrage en trois volumes, qui furent bientôt suivis de trois autres comprenant les phalénites et les deltoïdes. Le travail qu’ont dû coûter ces volumes si compactes est immense. Tout y a été étudié, examiné, et l’auteur pouvait dire hardiment qu’il devait bien peu à ses devanciers : il examina, médita les descriptions, même les plus insuffisantes, comme celles de Fabricius ; il joignit à son ardeur pour le travail, une persévérance singulière, une perspicacité qui a produit l’ouvrage le plus solide qui existait alors sur les papillons nocturnes.

Guénée obtint tous les honneurs que peut donner la Société entomologique de France : reçu membre en 1832, peu de mois après la fondation de l’association, il présida ses assemblées en 1848 et en fut nommé membre honoraire en 1874. Il reçut en outre du ministre de l’Instruction publique la distinction d’officier d’Académie.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Quand le chat n'y est pas les souris dansent
 
 Noeud gordien
 
MANIFESTATIONS
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
 Le monde d'Hergé à découvrir à la Saline Royale d'Arc-et-Senans
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 30 décembre 1796 : mort du compositeur Lemoine
 
 30 décembre 1644 : mort du médecin et alchimiste Jean-Baptiste Van Helmont
 
 30 décembre 1591 : mort du pape Innocent IX
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Décembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services