Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Maîtres du roman policier. Conan Doyle, Edgar Poe et Émile Gaboriau. Précurseurs, Sherlock Holmes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Émile Gaboriau, véritable père du (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Émile Gaboriau, véritable père
du célèbre Sherlock Holmes ?
(D’après « Le Petit Journal illustré », paru en 1930)
Publié / Mis à jour le lundi 27 mars 2017, par LA RÉDACTION



 
 
 
On a fait quelquefois à l’auteur de Sherlock Holmes, sir Arthur Conan Doyle, l’honneur de le considérer comme l’inventeur de ce genre du roman policier dans lequel il excella. Mais il prit lui-même le soin de rectifier l’erreur, et c’est Émile Gaboriau qui doit être considéré comme le véritable père du roman policier, son personnage, l’enquêteur Lecoq, ayant influencé Conan Doyle...

Conan Doyle ne cachait pas ce qu’il devait à son illustre devancier, Edgar Poe, et il reconnaissait avoir lu avec fruit les œuvres d’un écrivain français moins célèbre, un peu trop oublié peut-être, et qui, avant lui, avait exploité la même veine : Émile Gaboriau.

Edgar Poe
Edgar Poe
Les origines du roman policier
A la vérité, le roman policier était déjà, si l’on peut dire, en puissance, dans tous ces recueils de « Causes célèbres » qui furent publiés chez nous depuis le début du XIXe siècle, et, tout particulièrement, à l’époque romantique. Leurs auteurs s’efforçaient, en général, de dramatiser ces histoires criminelles ; ils y mettaient du leur, faisaient parler les personnages.

C’étaient des « procès romancés ». La fameuse affaire Fualdès, notamment, inspira, dans ce genre, maints écrits qui tenaient beaucoup plus du roman que de l’histoire. Et Balzac n’a-t-il pas, dans Une ténébreuse affaire, l’un de ses romans les plus passionnants, tiré parti d’une aventure mystérieuse, mais réelle, l’enlèvement du sénateur Clément de Ris, à l’époque du Consulat ?

Mais, tandis que, chez nous, le roman judiciaire, le roman policier cherchait encore sa voie, en Amérique, le génie d’Edgar Poe le créait de toutes pièces.

Le double assassinat de la rue Morgue
Suivant l’expression de Baudelaire, cette littérature d’Edgard Poe est « extra et supra-humaine ». Aucun homme n’a raconté avec plus de magie « les exceptions de la vie humaine et de la nature ». Cette attirance qu’éprouvait le poète du Corbeau pour l’étrange, le satanique, devait l’amener à imaginer des histoires criminelles mystérieuses, angoissantes. Cet écrivain « qui lutta toute sa vie contre l’instabilité mentale », comme l’a dit un de ses biographes, est de ceux qui justifient le plus l’affirmation suivant laquelle le génie est près de la folie.

« Poe, a-t-on dit encore, inventa la nouvelle policière pour ne pas devenir fou ». Toujours est-il qu’il l’inventa, et que Le double assassinat de la rue Morgue et La lettre volée demeurent les premières productions en même temps que les chefs-d’œuvre du genre. Une vingtaine d’années après la publication des « Histoires extraordinaires » d’Edgar Poe, un autre auteur de romans policiers se révélait, en France, cette fois. Mais combien différent du précurseur américain ! La littérature d’Émile Gaboriau n’avait rien d’ « extra ou de supra-humaine ». C’était l’honnête et simple littérature d’un bon auteur de romans-feuilletons.

Tour à tour clerc dans une étude de notaire, employé, puis engagé volontaire dans un régiment de cavalerie, Gaboriau avait débuté dans les lettres par deux volumes d’observations humoristiques prises sur le vif : Le 13e Hussards et Les Gens de bureau. Ces premiers essais semblaient plutôt annoncer Courteline que continuer Edgar Poe. Ils eurent quelque succès, et furent suivis par quelques romans et par des recueils d’anecdotes. Tout cela ne faisait nullement présager les qualités dramatiques dont Gaboriau allait bientôt faire preuve.

Attaché comme chroniqueur au journal Le Pays, il y publia en feuilleton un premier roman intitulé L’Affaire Lerouge où, empruntant au code d’instruction criminelle ses procédés mêmes d’investigation, il associait en quelque sorte le lecteur aux recherches, d’abord infructueuses, provoquées par un crime resté longtemps mystérieux.

Monsieur Lecoq. Réédition de 1948 aux éditions Fayard du livre d'Émile Gaboriau
Monsieur Lecoq. Réédition de 1948 aux éditions Fayard du livre d’Émile Gaboriau

C’était une forme nouvelle du roman-feuilleton. L’Affaire Lerouge eut un succès retentissant. Or, ceci se passait en 1866. Le Petit Journal était dans la quatrième année de son âge. Le choix des romans qui y étaient publiés n’avait pas peu concouru à assurer sa réussite. Un feuilletoniste n’était pas consacré, au point de vue populaire, tant qu’il n’avait pas paru à son rez-de-chaussée.

Gaboriau y donnait l’année suivante Le Dossier 113, puis Le Crime d’Orcival, et, enfin, son chef-d’œuvre, Monsieur Lecoq. Dans ce dernier roman, Gaboriau avait imaginé un type de policier débrouillard et discret, habile et désintéressé, toujours de bonne humeur, amoureux de son art, insensible aux échecs, modeste dans le succès, matois comme un Normand, obstiné comme un Breton, infatigable, audacieux et prudent tour à tour, et plus avisé, plus malicieux, plus fécond en ruses de toutes sortes, que le plus futé des renards — un vrai type, en un mot, de bon policier français.

Monsieur Lecoq fut bientôt populaire. Il contribua presque autant que les chroniques du fabuleux Timothée Trimm au triomphe du Petit Journal, dans toutes les provinces de France. Et Émile Gaboriau, son auteur, y gagna une notoriété dont l’écho n’est pas encore complètement effacé.

Dans le genre du roman policier conçu pour l’agrément des masses, Gaboriau joua le rôle d’un novateur. Il mérite de ne pas être oublié. On peut encore lire L’Affaire Lerouge et Monsieur Lecoq et y trouver du plaisir ; même après qu’on a lu les romans célèbres de Conan Doyle.

Emile Gaboriau
Émile Gaboriau

Sherlock Holmes est, à coup sûr, un personnage fort original, mais quiconque a lu Gaboriau reconnaîtra que Monsieur Lecoq ne lui cède en rien et que plus d’un trait qu’on admire dans l’œuvre du romancier anglais vient en droite ligne de l’imagination du romancier français.

Sir Arthur Conan Doyle
Sir Arthur Conan Doyle avait d’abord exercé la profession médicale. Il avait été médecin de la marine, puis s’était établi à Southsea. Mais il faut croire que les malades, en cette ville, mettaient une mauvaise volonté singulière à payer leur Esculape, car le pauvre praticien n’y gagnait pas sa vie. C’est ainsi qu’il fut amené, pour arrondir un peu son budget, à écrire des contes pour les journaux.

Doué d’une imagination vive, il se sentit naturellement porté vers le roman-feuilleton, le roman à péripéties multiples, et, tout particulièrement, le roman policier qui en est le type le plus passionnant. Ses premières œuvres, pourtant, passèrent inaperçues. Il a raconté qu’une demi-douzaine d’éditeurs lui avaient successivement refusé son premier roman : Study in Scarlet, Etude en Rouge, et qu’il avait été fort heureux de vendre enfin le manuscrit pour 23 livres. Cet ouvrage, d’ailleurs, avait été si sévèrement critiqué que l’auteur, persuadé qu’il faisait fausse route, était resté quatre ans sans rien publier.

Mais, dans l’intervalle, il avait conçu, créé, imaginé de toutes pièces son fameux policier Sherlock Holmes, qui devait lui ouvrir toutes grandes les voies de la popularité et celles de la fortune. L’avait-il créé ? L’avait-il copié dans la vie ? On a raconté que Conan Doyle avait trouvé son modèle à l’hôpital d’Edimbourg, dans la personne d’un médecin nommé Joseph Bell. Cet homme avait, paraît-il, un don d’observation, des facultés de déduction si extraordinaires, que rien qu’en voyant un malade pour la première fois, il devinait tous les secrets de son caractère et de son existence.

Arthur Conan Doyle
Arthur Conan Doyle
Appliqués dans le roman à un personnage policier, ces dons devaient fatalement faire de ce personnage l’idole de la foule. Les prévisions de succès que Conan Doyle avait pu baser sur cette originale création furent amplement dépassées par la réalité. Les premières aventures de Sherlock Holmes datent de 1887 ; les dernières de 1927. Pendant quarante années, Conan Doyle exploita son personnage, et le public n’en fut pas lassé.

Comment tuer Sherlock Holmes
Ce fut l’auteur qui se lassa de son héros. De même que Sully Prudhomme se désolait d’être toujours l’auteur du Vase brisé, de même Conan Doyle s’irritait, à la fin, de n’être jamais que le père de Sherlock Holmes. Faudra-t-il donc, s’écriait-il, que je m’occupe de Sherlock Holmes toute ma vie ?... Il le fallut, en effet. A maintes reprises, il essaya d’achapper à ce héros cauchemardant. Impossible ! Le public, insatiable, réclamait Sherlock Holmes, toujours, encore.

De guerre las, il s’était décidé, un jour, à tuer son personnage ; il l’avait lancé dans un précipice. Mais les chiffres de tirage des romans qui suivirent tombèrent immédiatement. Sherlock Holmes n’était plus là : le public ne lisait plus Conan Doyle. Et force fut à celui-ci de ressusciter celui-là. Immédiatement les tirages rebondirent comme par enchantement.

Presque toujours, un auteur est prisonnier du genre qu’il a créé, esclave du personnage à succès sorti de son imagination. Il en fut ainsi pour Ponson du Terrail et son fameux Rocambole. Le célèbre humoriste Mark Twain s’avisa un jour de vouloir être grave et de faire devant les jeunes filles de des universités américaines des conférences sur l’éducation. « Medemoiselles ! » commença-t-il... Et, immédiatement, toutes les figures s’épanouirent. « Mais je viens vous parler de choses sérieuses ! » reprit Mark Twain. Les rires redoublèrent. Mark Twain, furieux, ramassa ses papiers et s’en alla. Il était catalogué. On se refusait à voir en lui autre chose que l’humoriste.

Il en fut de même pour Conan Doyle. Il écrivit des œuvres plus élevées, des œuvres scientifiques ; personne ne les lut. Et il s’en montra fort marri. Dans ses Mémoires, qu’il publia en 1924, il en exprime son amertume : « Si je n’avais pas imaginé Holmes, dit-il, sujet qui a rejeté dans l’obscurité mes œuvres plus importantes, ma situation en littérature serait tout autre aujourd’hui... » Et il maudissait ce Sherlock Holmes auquel il devait gloire et fortune.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Donner de la tablature à quelqu'un
 
 Faire un pas de clerc
 
MANIFESTATIONS
 Exposition gourmande sur le chocolat d'Annecy
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Ancêtre perfectionné (Un) du baladeur moderne mis au point en 1907 ?
 
 Méridien de Greenwich (Remplacement du) : question faisant débat en 1907
 
 Maîtres apothicaires usant de roublardise et malmenant un candidat en 1720
 
 Candidats fantaisistes : des vocations jadis suscitées par le suffrage universel
 
 
Et puis aussi...
 
 Paletot (Origine du mot)
 
 Châtiment des querelleuses
 
 Carême national, civique et politique en 1794 (Projet d'un)
 
 XVIIIe : siècle des pleureurs en réponse à « l'appel de la nature » ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 314 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services