Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Alexandre Dumas en tablier blanc, faisant la cuisine pour le vaudevilliste Armand Montjoye aimant l'absinthe - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Alexandre Dumas en tablier blanc, (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Alexandre Dumas en tablier blanc, cuisinier
improvisé du vaudevilliste Montjoye
(D’après « Gastronomie : récits de table », paru en 1874)
Publié le vendredi 25 avril 2014, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Comment le célèbre Alexandre Dumas endosse durant six mois le rôle de cuisinier du vaudevilliste Armand Montjoye accusant un penchant certain pour l’absinthe et venu chercher à la Varenne-Saint-Maur solitude et silence

Il y aura toujours des historiettes sur Alexandre Dumas. En 1859 ou 1860, l’auteur de tant de prodigieux récits habitait le village de la Varenne-Saint-Maur, avec une poignée de secrétaires. Il partageait son temps, comme d’habitude, entre la littérature et la cuisine : lorsqu’il ne faisait pas sauter un roman, il faisait sauter des petits oignons.

Réclame pour l'absinthe Bourgeois
Réclame pour l’absinthe Bourgeois
A cette époque vint à la Varenne-Saint-Maur pour trouver la solitude et le silence un certain Montjoye, charmant garçon, bien connu dans les ateliers de peinture, dans les coulisses des petits théâtres, et surtout dans les cafés où l’absinthe était bonne. Vingt-cinq ans plus tôt, Montjoye était un caricaturiste de premier ordre, avant de devenir dix ans plus tard un vaudevilliste éperdu ; le Palais-Royal lui devait une de ses farces en collaboration avec de La Rounat. L’originalité, à cette époque, allait le chercher jusque dans sa vie privée :

Dès l’an passé, Montjoye eut ce travers
D’aller au bal en bottes à revers.

racontent les Odes funambulesques. En venant à la Varenne-Saint-Maur, il trouva Alexandre Dumas. C’était bien tomber. Ni l’un ni l’autre ne se connaissaient ; ils devinrent amis ardents. Montjoye arrivait tous les jours régulièrement chez Alexandre Dumas ; il s’asseyait à une table, devant un verre rempli jusqu’aux bords des larmes empoisonnées de la Muse verte ; il restait là pendant de longues heures, silencieux, buvant, fumant. Quelquefois, les secrétaires prenaient leur volée. Alors Dumas et Montjoye demeuraient en tête à tête.

Dumas, qui n’aimait pas à écrire quand il ne se sentait pas suffisamment entouré, jetait bientôt la plume.

— Montjoye ! s’écriait-il.
— Maître ?
— Laissez-moi vous adresser une demande.
— Laquelle ?
— Combien avez-vous pris de verres d’absinthe aujourd’hui ?
— J’en suis à mon deuxième verre, répondait Montjoye.
— Vous devez avoir une faim atroce.
— Non.
— Bah !
— Je n’aurai faim qu’après le sixième.
— Eh bien ! Montjoye, savez-vous une chose ? continuait Alexandre Dumas.
— Non, disait machinalement Montjoye, accoutumé à ce despotisme de dialogue.
— Il est une heure, n’est-ce pas ?
— Une heure et demie.
— A un verre d’absinthe par heure, il sera cinq heures et demie quand vous aurez faim.
— Précisément.
— C’est donc quatre heures que vous avez devant vous, et quatre heures que j’ai devant moi.
— Eh bien ? disait complaisamment Montjoye.
— Eh bien ! vous ne voyez pas où je veux en venir ?
— Pas encore.
— A ceci : je vais vous faire à dîner.

Et Alexandre Dumas le faisait comme il le disait : il ceignait un tablier, il allait à la basse-cour et il tordait le cou aux volailles ; il allait dans le potager et il épluchait des légumes ; il allumait le feu ; il entamait le beurre, il cherchait la farine, il cueillait le persil, il disposait les casseroles, il jetait le sel à poignées, il agitait, il goûtait, il recouvrait le tout avec le four de campagne.

Et juste à l’heure indiquée, lorsque Montjoye achevait son sixième verre d’absinthe, Dumas arrivait, ponctuel et triomphal, lui disant : « Le dîner est servi ! »

Pendant six mois, Dumas a passé trois ou quatre jours par semaine à faire la cuisine à Montjoye. Bizarre distraction !

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à d'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Monter sur l’âne
 
 Tuer le temps
 
MANIFESTATIONS
 Le Voyage au Moyen Age : exposition au Musée de Cluny
 
 Château d'Angers (Le) rend hommage au règne de Saint Louis
 
 
 
 


Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Paris décrétée capitale de la saleté au début du XXe siècle !
 
 Prédictions erronées de calamités planétaires ou quand les « devins » se trompent parfois lourdement
 
 Royaume des Estimaux à Faches, près de Lille (Nord)
 
 Opinion de George Sand sur les tâches ménagères
 
 
Et puis aussi...
 
 Charles VI adopte les cerfs ailés comme supports de ses armoiries
 
 Prédicateurs (Anciennes ordonnances sur les)
 
 Etrennes : « Mignonne, je vous donne ma mort pour vos étrennes »
 
 Pièces percées : projet suscitant quelque interrogation caustique en 1913
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services