Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Frantz Reichelt expérimente un parachute et se jette de la tour Eiffel. Mort le 4 février 1912 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Événements marquants > 4 février 1912 : l'inventeur Reichelt se

Événements marquants

Evénements ayant marqué le passé et la petite ou la grande Histoire de France. Faits marquants d’autrefois.


4 février 1912 : l’inventeur Reichelt
se lance de la tour Eiffel et s’écrase
(D’après « Le Petit Parisien » du 5 février 1912)
Publié / Mis à jour le jeudi 4 février 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
A 8h15, le 4 février 1912, l’inventeur Frantz Reichelt, tailleur de son état, se jette du haut de la tour Eiffel, muni d’une « combinaison-parachute » de sa fabrication et qu’il n’avait soumise à l’épreuve de la chute réelle que sur un mannequin

Au cours d’une expérience qu’il tentait pour la troisième fois à la tour Eiffel, un jeune inventeur a trouvé hier matin la mort dans des circonstances particulièrement tragiques, rapporte Le Petit Parisien du 5 février. M. Frantz Reichelt se consacrait en effet, depuis plusieurs années, la recherche d’un appareil simple et pratique, destiné à servir de parachute aux aviateurs, lorsqu’un accident leur ayant enlevé la direction de leur appareil, ils seraient précipités vers le sol.

Exerçant le méfier de tailleur – il était installé 8 rue Gaillon – il avait, non sans une certaine apparence de raison, songé à utiliser les vêtements mêmes du pilote pour établir son parachute. Son invention comportait une large « combinaison » de toile caoutchoutée ; des épaules au mollet, deux ailes comparables à celles des chauves-souris, soutenues par une légère armature métallique, se trouvaient en temps normal, pendantes au long du corps. Pour les étendre et se protéger, il suffisait d’allonger les bras en croix.

Frantz(-Reichelt dans sa combinaison-parachute
Frantz-Reichelt dans sa combinaison-parachute
Plusieurs essais infructueux avaient déjà été faits, notamment au cours de 1911, par M. Reichelt qui, jusque-là, avait eu la sage précaution de figurer l’aviateur par un mannequin. A l’origine, son appareil comportait seulement six mètres carrés de surface portante pour un poids de 70 kilos alors que, rationnellement, il aurait fallu une surface beaucoup plus considérable.

Désirant concourir pour le prix Lalance, et se rendant compte qu’il était encore loin de la bonne voie, il avait modifié son instrument, lui donnant 12 mètres carrés de surface portante. Les résultats furent encore déplorables. Mannequin et appareils s’écrasèrent lourdement et s’émiettèrent sur le sol.

M. Reichelt ne se découragea pas cependant. Avec cette aveugle ténacité qui caractérise les chercheurs dont l’éducation scientifique ne fut pas complète, il se persuada que son vêtement-parachute était un excellent système et que tous ses déboires passés venaient de ce qu’il ne l’expérimentait pas personnellement.

Sa résolution fut bientôt prise. Il se lancerait lui-même dans l’espace et la fortune, alors, serait bien forcée de lui sourire. Il sollicita et obtint du préfet de police une nouvelle autorisation pour l’épreuve qu’il jugeait devoir être définitive et qui lui fut fatale.

Hier matin donc, à 7 heures, une quinzaine d’agents avaient organisé un service d’ordre, dans la partie du Champ-de-Mars, comprise entre les quatre piliers de la tour, nous apprend encore Le Petit Parisien. M. Gassion, l’un des gardiens du monument, se trouvait seul aux bureaux de l’administration lorsque se présenta M. Reichelt, en compagnie de deux camarades.

Malgré l’autorisation de M. Lépine, le gardien, qui avait assisté aux expériences précédentes du malheureux et prévoyait la catastrophe, refusa l’accès de la tour à l’inventeur, avant d’avoir obtenu l’avis de ses chefs.

A huit heures, visiblement énervé par ce contre-temps, M. Reichelt pouvait enfin accéder à la première place-forme, à 100 mètres environ au-dessus du sol. Il choisit, pour se lancer dans le vide, un emplacement sur la balustrade intérieure. Tournant le dos à l’Ecole militaire, devant la terrasse du restaurant, il monta, après s’être équipé, sur une table d’où il pouvait facilement s’élancer dans l’espace.

Huit heures un quart venaient de sonner. En bas, une trentaine de personnes, journalistes, photographes ou curieux matinaux attendaient, en battant la semelle, la minute décisive. Et le drame, en quelques secondes, se déroula. M. Reichelt apparut debout sur la table. Fut-il pris de vertige, de congestion, ou la peur paralysa-t-elle à la minute suprême ses mouvements ? Toujours est-il qu’au lieu d’étendre les bras pour ouvrir son parachute, il les croisa d’un geste brusque devant son visage, au moment où il tombait dans le vide.

Deux secondes plus tard, lamentable épave, il gisait sur la pelouse glacée. Il était tombé presque debout, légèrement incliné sur le côté droit et son corps avait marqué son empreinte à plus de trente centimètres de profondeur. Un mince filet de sang coulait par la bouche, le nez et les oreilles ; de plus, le bras et la jambe droites du malheureux étaient broyés, son crâne et sa colonne vertébrale brisés. La mort avait été instantanée.

Les gardiens de la paix placèrent immédiatement dans une automobile le pitoyable cadavre qui fut conduit tout d’abord à l’hôpital Necker, où l’interne de service ne put que constater le décès ; puis au poste de la rue Amélie, et enfin rue Gaillon, au domicile du malheureux inventeur.

Chez M. Frantz Reichelt
M. Frantz Reichelt était âgé de trente-trois ans et il demeurait depuis quatre ans au n°8 de la rue Gaillon. M. Franlz Reichelt, nous dit la concierge, était aimé de tous ceux qui le connaissaient. C’était un travailleur ; il était pourvu de toutes les qualités et toujours prêt à rendre service à celui qui se trouvait dans le besoin. M. Reichelt n’était pas marié. Dans son atelier, situé au troisième étage, il occupait parfois un très grand nombre d’ouvriers et d’ouvrières. Il avait une très belle clientèle, car sa réputation de bon ouvrier était bien établie.

M. Reichelt, ajoute notre interlocutrice, était d’origine autrichienne. Venu en France il y a quatorze ans, il s’y installa. Une de ses sœurs quitta également l’Autriche pour venir à Paris, où elle se maria. En 1909, il se faisait naturaliser Français. L’année suivante, en juillet 1910, pour être précis, il se mit à étudier un système de parachute dont l’idée le hantait depuis quelque temps déjà. Le tailleur, profondément ému du nombre d’accidents mortels qui frappaient les aviateurs, espérait réaliser une invention qu’ils utiliseraient en cas de chute et leur permettrait d’arriver au sol sans le moindre mal.

Dès lors, il ne prit plus de repos qu’il n’eut exécuté son projet. Il fit, dans la cour de la maison, plusieurs expériences qui avaient paru fort bien marcher. Il lançait du cinquième étage un mannequin pourvu d’une paire d’ailes éployées. L’appareil tombait sur le sol tout doucement. M. Reichelt croyait avoir enfin trouvé. Il avait annoncé, hier à ses ouvriers qu’il ferait, une expérience publique, ce matin, à la tour Eiffel. Et, comme ceux-ci s’inquiétaient et lui représentaient le danger qu’il y avait à tenter pareille épreuve, le tailleur les rassura en leur déclarant qu’il se bornerait à lancer un mannequin comme les autres fois. On voit, qu’il eût bien mieux fait d’agir ainsi.

Pourquoi l’autorisation fut donnée
Beaucoup de personnes s’étonneront que M. Lépine, préfet de police, ait accordé au malheureux Frantz Reichelt l’autorisation de tenter une expérience qui devait se terminer de si tragique façon. A la vérité, au cours des démarches faites par lui à la préfecture de police, Frantz Reichelt ne dévoila jamais ses intentions et l’on supposait qu’il s’agissait comme en maintes circonstances précédentes de lancer un appareil dont le pilote était remplacé par un mannequin.

Le service d’ordre établi aux abords de la tour Eiffel avait pour but unique de protéger les curieux en les maintenant hors d’une zone dangereuse pendant les expériences.


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur la vignette




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Donner du fil à retordre à quelqu'un
 
 Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise
 
MANIFESTATIONS
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Clovis ordonne en 504 la construction de la cathédrale de Strasbourg sous le titre de l'Assomption de la Vierge
 
 10 août 1792 : massacre des Gardes suisses lors de la prise des Tuileries
 
 Tour de France d'autrefois : premiers tours de roues entre exploit sportif et prouesse publicitaire
 
 1923 : première édition de la course automobile des 24 Heures du Mans
 
 
Et puis aussi...
 
 Changement d'heure (heure d’été / heure d'hiver) : une idée de Benjamin Franklin en 1784
 
 8 mai 1429 : Jeanne d'Arc délivre Orléans et lève le siège des Anglais
 
 Jour de l'An (Le tout premier) du Consulat de Bonaparte
 
 23 juin 1870 : Gustave Courbet refuse la Légion d'honneur
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 122 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services