le 24 août dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Au temps où Calais était le joyau de la couronne d’Angleterre - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine francophone > Au temps où Calais était le « joyau (...)

Patrimoine francophone

Richesses du patrimoine francophone : livres, revues, musées, parcs, châteaux, circuits touristiques, monuments...


Au temps où Calais était
le « joyau de la couronne d’Angleterre »
(Source : Nord Littoral)
Publié / Mis à jour le vendredi 2 octobre 2015, par LA RÉDACTION


 
 
 
Constituant une formidable tête de pont sur le continent aux mains de nos ennemis d’alors, la cité n’est redevenue française qu’en 1558. Calais a donc été sous domination anglaise pendant plus de deux siècles.

On évoque parfois de manière péjorative la période de l’ « occupation anglaise ». Les historiens médiévistes actuels tels Stéphane Curveiller soulignent à juste titre qu’il convient plutôt d’évoquer à ce propos la « présence anglaise » dans la mesure où nos voisins se sont établis de façon durable dans le Calaisis, le rebaptisant le « Pale », dans une France où l’idée de nation n’est encore qu’en germe.

L'Hôtel de Ville et le Groupe des Bourgeois de Calais
L’Hôtel de Ville et le Groupe des Bourgeois de Calais

Calais anglaise au cœur de l’histoire européenne
Quasiment tous les autochtones ont été expulsés après la reddition de 1347, le roi Edouard souhaitant peupler la cité de « purs Anglais » : les Calaisiens de l’époque n’eurent donc pas à souffrir la moindre « occupation ». Lors de la reprise de Calais par le duc de Guise en 1558, tous les Anglais vivant dans le Pale — devenu sous le roi Henri II le « Pays Reconquis » — ont dû à leur tour quitter les lieux. Entre-temps, la ville gagnait le qualificatif de « plus beau joyau de la couronne d’Angleterre » outre-Manche.

Ainsi ce qui pourrait être vu, à tort, comme une simple parenthèse dans le cadre de l’histoire de France est en réalité un épisode important dans la mémoire britannique, emblématique par certains aspects de ses relations avec le continent. Surtout, entre la fin du Moyen Age et le XVIe siècle, « Calais est propulsée à l’avant-scène de la politique européenne » comme le souligne Alain Derville dans son Histoire de Calais : « Nul qui ne la connaisse, des papes et des cardinaux, des rois et des seigneurs, des ambassadeurs, des marchands, des voyageurs, des pèlerins ».

Il serait fastidieux de dresser la liste de tous les hauts personnages, issus des quatre coins de l’Europe, venus à Calais entre 1347 et 1558, soit pour des négociations de nature politico-militaire, soit pour assister à une cérémonie officielle, soit pour le commerce, en particulier des laines, lequel se faisait dans l’hôtel des Staplers, non loin de la place d’Armes... ou plutôt de la Market Place !

Une ville vivant au rythme de l’Angleterre
Ville très protégée et dotée d’une belle garnison, on entrait dans Calais anglaise — correspondant à peu près à Calais-Nord centré sur la citadelle — par la Lantern Gate et on pouvait cheminer par la Staple Court Street (rue de la Mer), la Great Friars Street (rue Leveux), la Shewe Street (rue Royale), la Roper Lane (rue de Guise) ou la St Nicholas Street (rue de la Citadelle). Le capitaine gouverneur de Calais était un personnage en vue dans le royaume d’Angleterre, mais aucune rue de la ville actuelle ne garde la mémoire de William Beauchamp, de Giles Lord Daubeney, ou de Henry Lord Maltravers...

Le beffroi de l'Hôtel de Ville et le Groupe des Bourgeois de Calais
Le beffroi de l’Hôtel de Ville et le Groupe des Bourgeois de Calais

Calais vécut pendant 211 ans au rythme des soubresauts de la politique intérieure anglaise, marquée notamment par la sanglante guerre civile dite Guerre des Deux Roses (1450-1485), mais aussi par des conflits de nature religieuse. Quand Henry VIII fonde l’anglicanisme en rompant avec la papauté, il doit faire exécuter plusieurs de ses sujets qui à Calais avaient clamé haut et fort la suprématie de l’évêque de Rome ou qui avaient tenté d’empêcher des personnes d’assister à des prêches donnés par des réformés.

Un certain Adam Damplip fut ainsi arrêté en 1544, condamné et pendu à Calais pour refus de soumission et pour avoir fréquenté un cardinal à Rome ; son corps fut ensuite écartelé, et ses restes exposés au sommet des principales tours de la ville ! Mary Tudor, fille d’Henry VIII, rétablira ensuite la religion catholique dans son royaume, donc à Calais aussi... C’est à elle que l’on doit la célèbre phrase prononcée sur son lit d’agonie, à la suite de la perte de la ville : « si on ouvrait mon cœur, on y trouverait gravé le nom de Calais ».

Magali Domain
Nord Littoral

Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il ne faut pas réveiller le chat qui dort
 
 Brebis comptées, le loup les mange
 
MANIFESTATIONS
 Trésor de tapisseries exposées au Château d'Angers
 
 « Imagine Van Gogh » : l'exposition le nez dans les tournesols à la Villette
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Château (Le) d'Écouen : écrin de la Renaissance en Ile-de-France
 
 Villa Monoyer à Lyon : futur musée de l'ophtalmologie ?
 
 Savoyarde (La) à Montmartre : la plus grosse cloche française à se balancer
 
 Le château de Maulnes (Yonne) : une énigme de la Renaissance
 
 
Et puis aussi...
 
 Le plus vieil almanach du monde à la bibliothèque Mazarine (1491)
 
 100 châteaux d'exception en France
 
 Sur la piste des arbres séculaires conteurs d'histoires
 
 Académie française contre Larousse : le match des néologismes
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 316 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services