Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Hexagone : sur les routes de l'Histoire de France. Tour de France de Lorànt Deutsch. Monuments et lieux historiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Hexagone : sur les routes de l'Histoire

L’Histoire fait l’Actu

Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.


Hexagone : sur les routes de l’Histoire
de France
, par Lorànt Deutsch
(Source : Le Figaro)
Publié le dimanche 29 septembre 2013, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Après les rues de Paris, le comédien a arpenté les routes de France sur les traces de notre passé celtique, romain et royal. Le fruit de ses recherches et de ses promenades érudites, Hexagone, sort cette semaine en librairie. Une formidable leçon d’histoire et de géographie.

Vous savez pourquoi il y a tous ces platanes le long des routes nationales ? C’est Henri II qui les a fait planter en 1552 sur tout le territoire royal. A la fois pour bien délimiter le domaine public et empêcher les paysans d’empiéter sur celui-ci mais aussi pour avoir à disposition de grandes quantités de bois et pouvoir fabriquer ­rapidement des affûts de canon en cas de guerre soudaine. »

Depuis Métronome (immense succès de librairie : 1,5 million d’exemplaires vendus), on savait Lorànt Deutsch incollable sur Paris. On n’avait rien vu ni rien entendu. Son nouveau livre, Hexagone, promenade à la fois réjouissante, érudite et fascinante « sur les routes de l’Histoire de France », témoigne d’une passion qui va bien au-delà du périphérique et des portes de la capitale.

De la voie hérakléenne sur les pas d’Hercule au chemin moyenâgeux de la Regordane, de la Gaule celtique ou romaine à la monarchie capétienne, du port phocéen de Marseille à la cathédrale de Reims, des remparts romains de Strasbourg aux caves du Prince Noir à Montauban, de la colline de Fourvière au Mont-Saint-Michel, de Paris à ­Perpignan, le comédien a entremêlé histoire et géographie, figures de proue et anonymes, faits et légendes, bergères et princes pour restituer dans son nouveau livre (« écrit avec les pieds, donc »), avec la verve et l’enthousiasme qui font son charme et sa singularité, un récit national qui vaut bien ceux, fragmentaires, orientés ou ennuyeux (parfois les trois), imposés par l’Education nationale.

Pour présenter en avant-première aux lecteurs du Figaro Magazine le fruit de ses recherches et de ses pérégrinations, nous avons emmené le comédien dans le parc France Miniature, à Elancourt, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Paris. Là, des dizaines de lieux et de bâtiments parmi les plus remarquables de France ont été reconstitués à l’échelle 1/30. Parrain du Petit Paris reproduit, sur le même modèle, à Bessac, en Dordogne, l’acteur en train de terminer un tournage aux côtés de Denis Podalydès et de Didier Bourdon, n’y avait jamais mis les pieds. Il en est reparti enchanté, non sans avoir eu l’occasion de déployer « en direct » ses connaissances passionnées et encyclopédiques de l’histoire et de la géographie françaises : ému devant les moulins vendéens du mont aux Alouettes, excité devant le Trophée des Alpes de La Turbie marquant la première frontière entre la Gaule et l’Italie, intarissable devant Chambord, la corderie royale de Rochefort ou la cathédrale de Chartres...

LE FIGARO MAGAZINE - Comment est né Hexagone ?

Lorànt DEUTSCH - Après avoir terminé Métronome, je me suis senti un peu orphelin et comme sevré de ma passion pour l’Histoire. Dans les trois ans qui ont suivi, j’ai enchaîné quatre tournées théâtrales et je me suis retrouvé sur les routes pendant de longs mois. C’est là qu’a germé l’idée de reproduire dans un jardin plus vaste que mon cher Paris la méthodologie de Métronome : trouver ce qui se cache derrière les noms des villes, des villages, des lieux-dits et des rivières, comprendre pourquoi tel bourg a été abandonné et tel autre est devenu un chef-lieu de canton, déchiffrer les lettres gravées sur les pierres jalonnant les chemins de la Gaule celtique ou romaine, faire parler les murs, les ponts, les puits, les rues...

La géographie s’impose à nous dans sa réalité quotidienne, puisque c’est notre cadre de vie. Or, elle a été façonnée selon un mode d’emploi qui s’appelle l’Histoire. Je suis donc parti à la recherche de ce mode d’emploi, qui a permis de bâtir le pays merveilleux dans lequel nous vivons.

Vous mêlez à la fois les sources bibliographiques les plus sérieuses et un style à vous beaucoup moins classique. Ne craignez-vous pas que ce mélange des genres vous attire des reproches ?

J’ai appris l’histoire de France dans Balzac, Dumas et surtout Michelet, dont j’adore l’énergie romanesque et lyrique, fût-ce parfois au détriment de la vérité scientifique. Avec lui, on entre dans l’histoire de France par une porte décorée avec pinacle et macarons ! Il donne de la vie à des lieux ou à des personnes disparus ou morts ­depuis des siècles.

A ma modeste mesure, je me situe dans cette veine. Oui, j’entends à nouveau les critiques sur le fait que je ne suis pas un universitaire. Je les accepte, tout en rappelant la double définition du mot historien que donne Alain Rey dans son dictionnaire de la langue française : « celui qui s’intéresse à l’histoire » et « celui qui en fait une discipline scientifique ». Je ne prétends rien apporter de neuf. Je compile les travaux des spécialistes pour les retranscrire humblement, avec mes mots, mes sentiments et mes impressions.

En quoi vous différenciez-vous justement des autres historiens, y compris des non-scientifiques ?

Je m’intéresse surtout aux endroits et aux époques qui ont disparu du champ d’observation du grand public et je les remets en lumière. J’essaie de rééquilibrer les choses par rapport à ce qu’on trouve habituellement dans les livres pour raconter l’histoire autrement, en quittant le récit national classique qui passe par les grandes dynasties ou les grands thèmes comme les guerres de Religion, la Renaissance ou le pouvoir central monarchique, au profit de chemins de traverse qui me font croiser Dabogert, Charles le Chauve ou Jean Ier le Posthume autant que Louis XIV ou Napoléon.

On sent chez vous un attachement aux figures historiques...

Oui, et c’est en cela que je m’oppose farouchement à l’enseignement de l’histoire globalisante qui tend à les éliminer, au prétexte que leur mise en valeur serait synonyme de « repli identitaire » et surtout entraverait une approche de l’Histoire purement « laïque » ! Forcément : l’héroïsme de ces hommes et de ces femmes laisse supposer chez eux une forme de supériorité, donc d’inégalité, notion à certains insupportable. Sans compter qu’à les considérer comme plus élevés que les autres êtres humains, cela nous oblige à lever la tête, donc à risquer d’apercevoir l’ombre de Dieu...

Mais tout de même ! J’ai parfois l’impression que certains de nos dirigeants se croient en 1791 et sont sur le point de proclamer la République en danger ! Il est vrai que celle-ci n’a que cent cinquante ans au compteur quand la ­monarchie en affiche mille cinq cents : elle a encore peut-être besoin de se rassurer. Moi, je n’en suis pas là. Je dis simplement que l’histoire de France a besoin d’être incarnée. Ce sont les hommes qui ont fait l’Histoire, pas des concepts.

Vous faites la part belle aux époques celtiques et romaines. Pour quelles raisons ?

Toutes sauf idéologiques. Je ne préfère pas les chefs celtes aux Valois, aux Capétiens ou aux républicains, mais je veux donner la mesure du temps. Les Celtes sont restés près de mille ans sur notre territoire, il est normal d’en parler plus abondamment que de François Ier. J’ai juste un peu de mal avec l’histoire contemporaine, car je préfère que les os soient bien blanchis pour appréhender les événements avec assez de recul, sans aucun affect personnel.

Je vois bien qu’on peine à être objectif pour évoquer la décolonisation, l’Occupation ou l’Holocauste, car il existe encore des personnes vivantes qui ont souffert dans leur chair à l’occasion de ces événements. Moi-même, comment pourrais-je parler de la Seconde Guerre mondiale de manière sereine et rationnelle en sachant que la famille de mon père a disparu à Treblinka ? Cela m’est impossible.

Quels sont les lieux qui vous ont le plus impressionné durant votre tour de France ?

Aigues-Mortes et sa forteresse perdue dans les sables, qui résume si bien « le rêve évanoui » de Saint Louis ; Carcassonne, dont les murs résonnent encore des gémissements des Cathares torturés ; Mollans-sur-Ouvèze, dans la Drôme, où un Gaulois a dessiné sur la paroi d’une grotte un graffiti représentant un éléphant d’Hannibal qu’il avait dû voir passer devant chez lui. Quelle émotion de toucher des yeux ce témoignage écrit sur une pierre il y a 2 200 ans...

Informations pratiques :
Hexagone. Sur les routes de l’Histoire de France, de Lorànt Deutsch, Michel Lafon, 384 p., 18,95 € LE COMMANDER SUR AMAZON

Jean-Christophe Buisson
Le Figaro

Accédez à l’article source

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Le paon crie en voyant ses vilains pieds
 
 Parler rébus
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Il y a 70 ans, Antoine de Saint-Exupéry disparaissait en mer
 
 Narbonne : le site archéologique Saint-Hippolyte bientôt détruit
 
 Charlemagne en bande dessinée
 
 Vainqueurs (Ces) du Tour de France tombés au front lors de la Première Guerre mondiale
 
 
Et puis aussi...
 
 Le CNRS démonte la fin du monde le 21 décembre 2012
 
 Lorànt Deutsch : « La BD apprend l'histoire autrement »
 
 L'Histoire de France, une discipline en péril ?
 
 Les souliers de Marie-Antoinette vendus à 62 000 euros aux enchères
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 49 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines