Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Campagne électorale. Affiches d'élections, slogans et valeur des mots. Députés, députation - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Slogans électoraux : recette sans (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Slogans électoraux : recette sans
plus d’emprise sur un public blasé
(D’après « Le Figaro » du 22 mai 1898)
Publié / Mis à jour le mercredi 16 novembre 2011, par LA RÉDACTION



 
 
 
Au matin du second tour des élections législatives de 1898, un chroniqueur du Figaro fait le triste constat de la dévalorisation, auprès des électeurs, des slogans utilisés par les candidats et des invectives auxquelles ils ont parfois recours pour discréditer leurs adversaires ; le lancinant « Electeurs, on vous trompe ! » brandi par l’ensemble des aspirants à la députation, suggérant en réalité à celles et ceux dont on sollicite les suffrages l’idée qu’ils opteront soit pour un imbécile, soit pour une canaille...

J’avais laissé Paris sous les affiches du premier tour, et je l’ai retrouvé sous les affiches du ballottage, écrit notre chroniqueur. Cette tapisserie couvre encore, à l’heure qu’il est, la France entière. Par la fenêtre du compartiment, on voit, comme en un cinématographe, s’agiter, se mêler toutes les opinions, toutes les couleurs, formidable arc-en-ciel qui n’a pas l’air de présager le beau temps.

A chaque gare flamboie une affiche « Electeurs, on vous trompe !... » Vous vous penchez à la portière pour lire. Impossible ; le train vous emporte. Mais, à la gare suivante, quoique vous ayez changé de circonscription, et même de département, l’affiche reparaît encore : « Electeurs, on vous trompe !... » C’est ainsi qu’en partant de Marseille j’ai pu constater qu’on trompait les Marseillais, et qu’en arrivant à Paris, il m’a fallu reconnaître qu’on trompait aussi les Parisiens. Pas moyen de douter : c’est écrit dans tous les journaux et affiché sur tous les murs !

Promesses caricaturales de campagne électorale
Promesses caricaturales de campagne électorale

Et cependant, si l’on s’en rapporte aux polémiques courantes, il est bien difficile aux électeurs de s’y tromper : quoi qu’ils fassent, ils sont toujours sûrs de nommer un imbécile ou une canaille. Il n’y a guère que ces deux notes sur le piano électoral. Prenez le premier candidat venu : hier encore, il était, dans sa petite ville, un négociant, un avocat, un médecin estimé de chacun, que tout le monde saluait quand il passait.

L’idée lui est venue de se présenter à la députation. On lui a dit qu’il y pourrait rendre des services, que la considération dont il était entouré assurerait son succès. Il s’est laissé faire, il s’est décidé. Le pauvre homme ! En un clin d’œil, on lui a découvert toutes les tares, et, après huit jours de campagne de presse, il demeure acquis qu’il est le dernier des hommes. Si, d’aventure, il est trop notoirement honnête pour qu’on puisse décemment le traiter de crapule, on le traite d’idiot. C’est, de toutes les épithètes, la moins facile à contrôler.

Et toute la période électorale se résume en ce jeu de raquette. Vous avez, à peu près, pour six cents sièges disponibles, en chiffres ronds, plus de trois mille candidats. Partageons équitablement les proportions : il y en a mille, sur le nombre, qui ont été représentés comme des imbéciles, mille autres comme des canailles, et mille autres, enfin, à la fois comme des imbéciles et des canailles. Dans ce dernier lot on comprend, régulièrement, tous les députés sortants. Or, demain matin, c’est parmi ces trois mille candidats qu’auront été choisis les élus de la France, et tous ces gens que l’on a, jusqu’à hier soir, traînés dans la boue – je crois même que c’est à cette seule fin qu’il a plu si fort au mois de mai – tous ces gens deviendront « l’honorable député un tel » ; ils seront inviolables, ils auront droit à l’écharpe tricolore, ils formeront un des grands pouvoirs de l’Etat, ils représenteront le peuple souverain. Décidément, on a raison de faire disparaître les affiches dès le lendemain de l’élection.

Y. à-t-il encore, du reste, quelqu’un qui les prenne au sérieux ? Elles n’intéressent plus, je crois, que les marchands de papier et les marchand de colle. On est blasé sur les injures, édifié sur les épithètes, fixé sur la valeur des mots. Il n’y a plus rien d’imprévu, plus rien d’inédit dans cette littérature. La langue verte n’a plus de secrets pour personne ; les enfants l’apprennent en nourrice. Quand vous avez dit d’un homme qu’il est un misérable, un drôle ou un voleur, le formulaire est bien près d’être épuisé. S’il a du temps à perdre, il vous répond que vous en êtes un autre, et alors vous ne pouvez que vous répéter. Forcément la conversation finit par manquer d’intérêt. Il faudrait, pour galvaniser le genre, pour réhabiliter l’injure si complètement discréditée aujourd’hui, un talent extraordinaire, quelqu’un qui lançât des mots nouveaux, des épithètes inconnues. C’est difficile à trouver, très difficile !

J’ai parcouru, durant cette période électorale, bien des journaux des départements. Ils se ressemblaient tous, et qui en avait lu un seul les avait tous lus. Faut-il dire que les journaux de Paris n’ont pas été, non plus, très variés ? Cherchez bien, vous ne sortirez pas des deux catégories : imbécile ou canaille, c’est tout ce que la polémique, a pu donner. Sans doute, il y a bien eu quelques injures accessoires. Tel adversaire que l’on voulait épargner a été, simplement, traité de gâteux, et tel autre, que l’on voulait mettre en évidence, a été représenté comme un bandit.

Mais ce sont là, comme on dirait en botanique ou en zoologie, des subdivisions d’une même classe : d’imbécile à gâteux, il n’y a qu’un pas, et de bandit à canaille, le voisinage est immédiat. Des mots, des mots, des mots disait le bon Shakespeare. En de très rares endroits, on a pris la peine de s’y arrêter, et c’est le bout du monde s’il y a eu deux ou trois duels en ce joli mois de mai où toute une moitié du pays a traité l’autre de si belle façon !

Encore a-t-il fallu que les témoins eussent vraiment le diable au corps. Car il y a des définitions spéciales, des protocoles particuliers pour les polémiques électorales. Vous avez vu sans doute, comme modèle du genre, une certaine affaire d’honneur qui s’est passée, je crois bien, dans le Loir-et-Cher, et où l’un des candidats – quelque novice, apparemment – s’était trouvé offensé par l’épithète de « menteur » que lui avait décochée son adversaire. II y eut, pour si peu, envoi de témoins, et un procès-verbal des plus raisonnables dissipa ce léger nuage. Il fut entendu que « menteur » voulait dire un homme qui manque à son programme, et c’est bien ce que tout le monde avait compris. Voyez-vous qu’en période électorale on allât s’égorger parce qu’on s’est appelé menteur ! En vérité, la vie ne serait plus tenable !

Promesses caricaturales de campagne électorale
Promesses caricaturales de campagne électorale

D’autant plus qu’une bonne petite injure, si elle arrive au moment opportun, vous fait souvent plus de bien qu’un compliment, Une histoire typique, dans cet ordre d’idées, est celle qu’aimait à raconteur le bon et charmant Tony Révillon, et qui lui était advenue lors de sa mémorable élection contre Gambetta, sur les hauteurs de Belleville. Tony donnait un soir une réunion publique, au fin fond de Charonne, dans un bal de barrière très mal famé. Il faut aller partout quand on est candidat !

Il y avait là un public spécial où dominaient les casquettes de soie et les cravates rouges. L’excellent Révillon s’escrimait, depuis une heure, à dévider le programme radical et socialiste : révision de la Constitution, séparation de l’Eglise et de l’Etat, suppression du budget des cultes... En vain promettait-il tout cela, et la lune par-dessus le marché, la salle était houleuse et le public hostile. Il y avait de l’orage dans l’air, les interruptions, les apostrophes pleuvaient de toutes parts. Soudain, dans le tumulte, une voix plus forte s’éleva :

– C’est pas tout ça... Le citoyen Révillon est indigne de nous représenter !...
– Et pourquoi donc ?... demandèrent quelques assistants.

Alors, la voix, terrible comme celle du jugement dernier : « Parce qu’il vit des femmes ! »

Tony, sous l’injure, avait fait un bond pour s’élancer, mais déjà une rumeur flatteuse s’était élevée dans la salle. Des interjections sympathiques se croisaient : « Ah ! vraiment ? » demandaient les uns avec intérêt. Et d’autres, bienveillamment, dodelinaient de la tête, avec des « Hé hé !... Tiens, tiens ! », tout remplis d’indulgence. Le courant s’était formé, la salle était conquise, et le bon Tony, à partir de ce moment-là, eut cause gagnée.

Quand il me rappelait, avec son habituelle bonhomie, ce souvenir de ses campagnes, l’aimable homme ne manquait jamais d’ajouter : « A l’élection suivante, je l’ai bien regretté, mon interrupteur ! Mais les passions s’étaient apaisées, on était plus calme, on ne m’injuriait plus. Aussi, tu vois, j’ai été battu ! »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Servez monsieur Godard ! Sa femme est en couches
 
 Ecrire comme un ange
 
MANIFESTATIONS
 Exposition gourmande sur le chocolat d'Annecy
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Français : pourquoi fut-il adopté comme langue diplomatique dans toute l'Europe ?
 
 Laïcisation (Quand la) confine à l'acharnement grotesque
 
 Poste (La) de l'avenir : projet d'acheminement du courrier par gares aériennes en 1902
 
 « Faux du cinéma » : quand les premiers doublages semblaient compromettre la sincérité d'un film
 
 
Et puis aussi...
 
 Comédiens : fausses idoles d'une société moderne aux valeurs inversées ?
 
 Amphigourique... N'eût-il pas mieux valu qu'il maîtrisât l'amphigouri ?
 
 Enseignement de l'histoire (Un plan d') de 1787 en faveur d'une véritable culture historique
 
 Les dix jours qui n'existèrent pas
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 150 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services