Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Premier jardin botanique d'Ajaccio (Corse) : voulu par Bonaparte - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Faune, Flore > Premier jardin botanique d'Ajaccio (...)

Faune, Flore

Arbres célèbres, vertus des plantes, croyances liées aux animaux. Faune et flore vues par nos ancêtres. Balade au coeur des règnes animal et végétal


Premier jardin botanique d’Ajaccio :
voulu par Bonaparte en 1800
(D’après « Revue d’études historiques, littéraires
et scientifiques corses », paru en 1961)
Publié / Mis à jour le dimanche 22 mai 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
La ville d’Ajaccio eut successivement plusieurs jardins botaniques, le premier d’entre eux, portant le nom de Jardin d’Expériences, ayant été fondé en 1800 sur l’ordre du Premier Consul, Napoléon ayant sans doute été inspiré par l’expérience de son père qui avait asséché en partie un marais voisin pour y implanter une pépinière

On comprend le vif intérêt de Bonaparte pour un établissement de ce genre lorsqu’on se souvient que son père, Charles, avait établi (et non sans mal) en 1782, une très importante pépinière aux Salines, près d’Ajaccio. Charles Bonaparte, assesseur de la Juridiction royale d’Ajaccio, avait revendiqué en 1776 la propriété d’un marais « situé à un mille de la ville au N.N.E. et séparé de la mer par une barre de sable d’environ 50 toises. Le nom de ce lieu et une forte tradition populaire font supposer qu’il y eut autrefois des salines. Ce marais, bordé d’autre part par des coteaux cultivés en vignes, avait une surface couverte de joncs de 14 arpents. Il résulte des différents nivellements, faits en hiver et en été, que le fond du marais était de quelques pouces plus élevé que la surface de la mer », peut-on lire dans le Mémoire fait à Bastia et daté du 15 août 1775 par Le Vuillier, géomètre de l’Intendance.

Ajaccio souffrant de son voisinage malsain, plusieurs projets avaient été examinés afin de s’en débarrasser. Serait-il possible de le transformer en salines ou en étang poissonneux ? Entreprises bien coûteuses ! Son dessèchement s’avérait plus facile, mais la ville d’Ajaccio était pauvre et cette initiative fut laissée volontiers à Charles Bonaparte. À la suite de recherches ordonnées par Monsieur de Clugny et faites par Monsieur de Boucheporn dans les archives d’Ajaccio, on admit, d’après un titre daté de 1584 produit par Charles Bonaparte, que sa famille était, pour ce marais, concessionnaire de la Communauté d’Ajaccio et que cette ville avait été elle-même concessionnaire de la République de Gênes.

Portrait anonyme de Charles Bonaparte
Portrait anonyme de Charles Bonaparte

L’Inspecteur du Domaine donna donc « au sieur Bonaparte au nom du Roi une concession à perpétuité de l’Etang delle Salines » et des terres adjacentes, telles qu’elles sont portées sur l’ancien titre, moyennant une très modeste redevance : 10 sols par arpent avec exemption pendant les quatre ou cinq premières années. Le père du futur empereur demanda alors au gouvernement un « secours » pour opérer le dessèchement de son marais ; 6 000 livres lui furent payées en 1781 par la Caisse civile. Il put commencer, dans le terrain récupéré, la plantation d’un grand nombre de pieds de mûriers : il s’était engagé à en planter 100.000 pendant les dix premières années, le contrat partant du 1er avril 1782 et devant prendre fin en 1797.

Les Archives départementales contiennent beaucoup de documents relatifs à cette pépinière établie pour le développement de l’agriculture en Corse. Parmi ces documents, nous citons celui-ci : « Caisse civile, exercice 1782. Claude Bertrand de Boucheporn, Chevalier conseiller d’honneur au Parlement de Metz, Conseiller du Roi en tous les conseils, Maître des Requêtes ordinaires de son hôtel, Intendant de Justice, Police, Finances, fortifications, vivres près de ses Troupes et Commissaire départi par Sa Majesté pour l’exécution de ses ordres dans l’étendue de l’Isle de Corse et autres en dépendant, Ordonnateur, Conservateur et Réformateur général des Bois et forêts de la dite Isle, Commissaire de Sa Majesté aux Etats de Corse et pour l’administration générale.

« Le Trésorier de la Caisse Nationale payera des deniers d’icelle au Sieur de Buonaparte, entrepreneur de la pépinière des Salines près d’Ajaccio, la somme de 300 livres à compter des avances qui lui sont accordées pour la pépinière ».

En 1784, le dessèchement du marais n’était pas terminé : « ce faubourg d’Ajaccio est toujours infecté ; le comblement, le défrichement et les plantations ont déjà coûté 30 000 livres à Monsieur de Buonaparte ; l’état de sa fortune ne lui permet pas de poursuivre les travaux commencés. Les eaux séjournant encore dans une partie du marais occasionnent chaque année à Ajaccio plus ou moins de maladies, mais les dépenses nécessaires seraient encore de 24 000 livres ».

La pépinière comprenait, outre les mûriers, des arbres fruitiers et des plantes exotiques. Charles Bonaparte devait recevoir 8 500 livres pour cette exploitation et 2 sols « par greffe ». Lorsqu’il mourut le 24 février 1785, à l’âge de presque 39 ans, sa veuve, Letizia Bonaparte, adressa un placet au ministre de l’Intérieur pour demander 1 013 livres qu’on lui devait encore (le 19 octobre 1785), somme qui lui fut refusée car, à cette époque, le nombre de mûriers n’était au total que de 25 330 pieds, dont 7 850 seulement de « bons à délivrer ». Les travaux de dessèchement se poursuivirent lentement ; on manquait de bras pour ce travail ; des soldats du régiment de Vermandois durent curer les fossés pendant cinq jours, cette année-là, et reçurent 30 livres de salaire.

En 1786, un expert fut nommé quand Letizia Bonaparte présenta une nouvelle requête, afin que fussent estimés les dommages résultant, pour elle, de la résiliation du contrat passé à feu son mari. L’expert, après avoir examiné la pépinière et « avoir vu avec satisfaction que la partie cultivée était couverte d’arbres d’une belle espèce et bien venants, bien soignés », termine son rapport ainsi : « Je ne puis qu’applaudir aux soins et à l’intelligence qu’y emploie le fils aîné de Mme de Bonaparte qu’elle a retenu dans le pays pour veiller sur cet établissement qui avait souffert de la mort de M. Bonaparte père ».

En janvier 1788, la « Dame de Bonaparte » réitéra une fois encore une demande de fonds pour l’achèvement du dessèchement de son marais, « car les roseaux sont repoussés et les fossés comblés ». Elle obtint encore quelques crédits mais peu à peu la pépinière périclita. « La propriété revint, plus tard, après l’élévation de la famille Bonaparte, au député André Ramolino, cousin de Madame Mère. Le dessèchement, repris en 1808 et en 1833, ne fut terminé qu’en 1840 ».

Bonaparte, Premier Consul. Portrait réalisé vers 1800
Bonaparte, Premier Consul. Portrait réalisé vers 1800

Mais venons-en au Jardin d’Expériences créé par l’administrateur Miot en 1800 sur l’ordre de Bonaparte, et inauguré le 12 juin 1801. Il était situé dans l’enclos de l’ancien couvent de Saint-François, devenu hôpital militaire. Sa superficie était de 6 474 m2. Il était entouré de murs et possédait deux pavillons ; dans l’un logeait le jardinier-botaniste. Dans ce terrain bien exposé, de nombreuses plantes exotiques prospérèrent si vite que, le 1er novembre 1807, Napoléon Ier décréta que ce jardin botanique serait désormais une succursale du Jardin des Plantes de Paris et dépendrait du Muséum d’Histoire Naturelle.

Malheureusement, les crédits nécessaires ne furent accordés par l’Empereur qu’en février 1812 ; dans une lettre adressée par le ministre de l’Intérieur, comte de l’Empire, au Préfet du département de la Corse (datée d’octobre 1811), nous pouvons lire que l’état du Jardin n’était pas brillant à cette époque : « Suivant les renseignements qui m’ont été donnés par votre prédécesseur, le Préfet du ci-devant département du Liamone, j’ai pu penser que ce jardin était un établissement prospère et très utile aux habitants du pays. J’apprends qu’il est, au contraire, tellement abandonné qu’un forçat napolitain, qui en a seul la garde, trouve sa nourriture en y plantant des légumes. Je vous prie donc de me faire connaître si ces renseignements sont bien exacts ».

Des crédits furent enfin consacrés au Jardin. En 1812, une serre fut construite ; deux jardiniers furent envoyés de Paris afin que soient cultivés les végétaux utiles aux progrès du département ou étrangers à l’Europe, afin de compléter la collection du Muséum. « Les deux jardiniers éprouvèrent toutes sortes de désagréments », mais 25 ares ayant été plantés en cotonniers et la naturalisation de cochenilles ayant tout à fait réussi, le jardin botanique permettait bien des espoirs ; cependant, certains étés, la sécheresse éprouvait la végétation des cotonniers et les automnes n’étaient pas toujours assez chauds pour permettre aux capsules de s’ouvrir.

Les jardiniers tombèrent malades de fièvres pernicieuses ; l’un d’eux partit et mourut à Toulon. Après la mort du second jardinier, la commune se chargea de l’entretien de l’établissement, le confiant à un nommé Dupont, déporté de Saint-Domingue qui, avec un camarade, y fit pousser des légumes entre des plantes exotiques. Mais « pendant le séjour de Napoléon Ier à l’Ile d’Elbe, le Général Bruny, au cours de troubles à Ajaccio, fit raser les murs de clôture du Jardin botanique. Presque tout fut pillé, ravagé ; les deux cultivateurs noirs, en cherchant à s’opposer à ce vandalisme, faillirent y trouver la mort ».

Le Jardin d’Expériences survécut cependant ; les cotonniers existaient encore en 1817 ; en 1822, prospéraient 1 400 pieds de cactus à cochenilles, 200 arbres à fruits, 300 pieds de vigne de Frontignan, du blé dur de Crimée, du riz de montagne, etc. En 1824, 500 pieds de muscat de Malaga furent commandés en Espagne. En juin 1825, 36 pieds de thé furent achetés au prix de 4 francs pièce et réussirent parfaitement alors que ceux « envoyés par le Muséum en 1821 pourrirent à Bastia où ils séjournèrent trop longtemps en attendant que le sous-préfet fût avisé de leur arrivée ».

En 1829, de nouvelles cochenilles provenant du Jardin botanique de Madrid furent enfin installées sur les nombreux cactus (plantés par ordre du préfet). C’est par « L’Euryate » venant de Cadix que les « mères cochenilles » arrivèrent. Le pharmacien du bord écrivit au préfet de bien vouloir faire hâter leur débarquement ; quatre jours plus tard, le commandant du « brick du Roi » demanda à son tour la levée de la quarantaine ; dix jours après, les précieux insectes débarquèrent enfin avec les quatre cactus qui les avaient hébergés durant leur voyage.

Le 1er juin 1826, l’administration du Muséum avait envoyé un nouveau jardinier (1 800 francs de traitement annuel, 300 francs d’indemnité de frais de route) : Louis Lefort ; le Directeur était un certain Lasalle et le sous-directeur, Pugliesi. Beaucoup de détails pittoresques peuvent être glanés dans les Archives. Nous en citerons quelques-uns.

Le jardin du Grand Hôtel Continental à Ajaccio, offrant toute la flore de l'île
Le jardin du Grand Hôtel Continental à Ajaccio, offrant toute la flore de l’île

Daté de 1829, un rapport de Lefort nous apprend que « plusieurs familles de cochenilles ont prospéré ; pas mal de jeunes sont morts par suite de la trop grande ardeur du soleil ; il reste soixante mères et un certain nombre de jeunes sur seize nopals de trois ans ». Plus tard, provenant du « Jardin botanique le plus méridional du royaume », six onces de cochenilles sont adressées au préfet, récoltées sur « Cactus Ficus Indicus » qui poussent naturellement dans le pays. L’espoir de créer un artisanat corse de teinturerie n’est plus une chimère. Des pieds d’indigotier sont tout à fait acclimatés également depuis plusieurs années.

En mai 1825, 52 pieds de caféier furent reçus et plantés, ainsi que, venant des Iles Ioniennes, 300 boutures de raisin de Corinthe. Les cannes à sucre, le ricin sont en pleine végétation, mais le génie militaire voulait à cette époque agrandir l’hôpital militaire aux dépens du Jardin. Dès 1826, cinq arpents de l’ancienne pépinière des Salines furent loués afin de créer un établissement rural où serait donné un cours pratique d’agriculture. En 1831, l’achat de ce même terrain fut approuvé par le roi Louis-Philippe. On décida d’y transférer le Jardin botanique et d’y installer un dépôt d’étalons. En 1837, la construction d’une serre importante fut décidée ; en 1838, on commença la construction d’une magnanerie modèle. Dès 1841, des échantillons de la soie obtenue furent envoyés au ministère de l’Instruction publique et mis sous les yeux du roi : « ce précieux produit, pense-t-on, doit faire un jour la fortune de la Corse » ; une subvention fut accordée à la magnanerie par le ministre de l’Intérieur.

En 1843, Jacques Lefort succéda à son père qui lui céda la place avec d’amers regrets ; dix garçons jardiniers, dix-neuf auxiliaires travaillaient dans cet établissement, nommé alternativement Pépinière ou Jardin botanique. Un chien en assurait la garde la nuit et coûtait chaque semestre 30 francs au département. La magnanerie était prospère ; on vendait des œufs de vers à soie jaune et blanche, des ananas aussi ! Mais, en 1846, on n’achetait plus pour planter dans l’établissement que des « pourettes d’arbres fruitiers », et on cultivait des légumes. Citons la pittoresque facture suivante : « A été chargé au nom de Dieu et de bon sauvement, au port du Havre, par M. Romagni, dans le vapeur appelé Le Petit Caporal commandé par le capitaine Tavera, pour porter et conduire, Dieu aidant, à Ajaccio et consigner à Monsieur Jacques Lefort, deux balles de plants d’arbres de 301 kilos ». Des fêtes eurent lieu au sein du Jardin.

En 1848, un arrêté préfectoral décida que le produit de la vente publique des fruits serait versé dans la caisse de l’Hospice civil « à titre de dépôt », mais la magnanerie serait transformée en une maison d’école et d’habitation pour les élèves qui suivront des cours d’agriculture et d’horticulture. L’établissement devint tout prosaïquement et uniquement une pépinière florissante, si l’on en juge par le nombre considérable de plants d’arbres fruitiers qui furent livrés dans toute la Corse pendant plusieurs années. Aux Lefort, succéda l’agronome Ottavi, de haute compétence, mais la réduction de la subvention ne permit plus l’entretien d’une aussi importante pépinière.

« Le Conseil général finit par céder la propriété des Salines à l’administration de la colonie pénitentiaire horticole de Castelluccio ; ce fut le désastre complet », rapporte en 1901 le docteur Gerber, membre de la Société botanique de France dans le Bulletin de cette société savante. L’initiative privée succéda aux entreprises publiques : un établissement horticole fut créé à la Carrosaccia en 1887. Une petite usine fut construite dans la propriété, au sein de laquelle on devait distiller des huiles essentielles à partir des nombreuses plantes aromatiques du maquis. Elle ferma ses portes au bout de cinq mois.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire la barbe à quelqu'un
 
 Bonjour lunettes, adieu fillettes
 
MANIFESTATIONS
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
 Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Germain-en-Laye)
 
   
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Chauve-souris : animal entouré de superstitions et croyances
 
 Loup, chant du coq, lion, cheval et la colombe (Préjugés des Anciens sur le)
 
 Gui, houx et sapin : végétaux marquant les festivités de Noël et du Jour de l'An
 
 Sapin et arbre de Noël (Origine et histoire du)
 
 
Et puis aussi...
 
 Chênes célèbres (Les)
 
 Laurier camphrier (Le)
 
 Crapauds (Préjugés des Anciens sur les)
 
 Champignons vénéneux : comment les reconnaître ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 78 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services