Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Histoire faune et flore : origine des caves de Roquefort - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Faune, Flore > Roquefort (Caves de)

Faune, Flore

Arbres célèbres, vertus des plantes, croyances liées aux animaux. Faune et flore vues par nos ancêtres. Balade au coeur des règnes animal et végétal


Roquefort (Caves de)
(D’après un article paru en 1848)
Publié / Mis à jour le vendredi 15 janvier 2010, par LA RÉDACTION


 

Dans le Rouergue, à trois lieues à peine de la ville de Saint-Affrique, s’élève au milieu de hautes montagnes un petit village du nom de Roquefort, modeste hameau de cent feux à peine, qui doit sa réputation européenne aux excellents produits de ses caves, à ses fromages.

L’origine de Roquefort se perd dans les nuages du passé, aussi bien que la date des premiers essais des caves. M. de Gaujal, dans son savant ouvrage sur le Rouergue, pense qu’elle remonte à 1070, au règne de Philippe Ier ; et il base cette assertion sur une charte des archives de Conques. Cependant il est permis de supposer qu’antérieurement les habitants du pays tiraient déjà profit et utilité de ces caves. Primitivement propriété de tous, elles devinrent sans doute, par l’usage ou l’abus, propriété particulière. Le fromage était apporté à la cave ; il y séjournait quelque temps moyennant redevance aux propriétaires ; puis le fermier venait reprendre son bien. Mais bientôt le fermier vendit son fromage brut aux négociants de Roquefort. Les uns et les autres y trouvaient avantage. Ce mode fut adopté ; il continue de nos jours.

Les caves de Roquefort sont situées au-dessous du niveau du sol, couvertes de rochers gigantesques. Elles comprennent plusieurs compartiments où l’on a pu établir jusqu’à cinq étages ; les unes sont naturelles (au nombre de vingt-trois), les autres artificielles (au nombre de onze). La température (+4°C) n’est pas la même dans chaque cave ; ce qui ne laisse pas d’influencer diversement sur le fromage. Dans les unes, sa maturité est plus prompte ; réciproquement et par conséquent, pour qu’il atteigne le degré de perfection désirable, il lui faut un séjour successif dans chacune des caves.

Comment se produisent ces effets différents ? On ne peut que les attribuer à des courants d’air glacial qui s’épanchent dans ces souterrains à travers des fissures irrégulières, ouvertes dans l’intérieur du roc, et dont la profondeur n’est pas susceptible de mesure. Pour la variation de température, l’explication est plus facile : dans les unes, l’air, s’épanchant dans ces énormes souterrains, perd de son calorique au contact d’amas d’eau, et devient humide ; dans les autres, il rencontre des terrains secs et augmente ainsi la somme de son calorique.

Le fromage de Roquefort est fait avec du lait de brebis ; après avoir trait le lait, on le passe à travers un linge, et on le coagule à une température de 20 à 25°C. Le caillé se forme ; on l’agite fortement une demi-heure. Le petit lait se sépare, se précipite au fond de la chaudière, d’où on le transvase. On met alors le caillé dans des moules, où il reste dix heures à peu près ; on a préalablement soin de répandre sur la première couche du pain moisi qui forme ces marbrures, signe distinctif des fromages de Roquefort. On l’égoutte avec soin, et lorsqu’il a acquis une certaine consistance, on l’enlève des moules. On le laisse un jour entier entre deux linges ; on le porte enfin à Roquefort, où il se vend généralement 1 franc le kilogramme.

A réception des fromages à la cave, on les superpose par trois, et on les sale d’un côté. Lorsque le sel a pénétré, on renverse les formes, et sur l’autre côté on opère de même. Huit jours après, on enlève la première couche, le plus souvent en putréfaction ; puis l’on place les fromages sur le côté, à une distance de 10 centimètres. Ils se couvrent alors d’une moisissure blanche ; on les racle tous les quinze jours, et au bout d’un certain temps ils revêtent leur robe définitive.

Le village est bâti en amphithéâtre et adossé à d’énormes quartiers de roches qui forment un plateau fort élevé, et dans lesquelles s’ouvrent les caves. Rien d’intéressant dans l’intérieur du village ; mais les rochers sont curieux à visiter, surtout la grotte des Fées, qui renferme une belle quantité de stalactites et de stalagmites. Cette grotte a 1800 mètres de profondeur ; il est dangereux de la parcourir sans guide, car de profonds abîmes s’ouvrent à chaque pas. Du sommet le plus élevé de ces rochers (le Cambalou, élevé à 500 mètres au-dessus de la vallée), l’on découvre un pays pittoresque, mais sévère. Le sol est gris, pierreux, aride ; quelques bruyères seules interrompent cette triste monotonie, et il semble que de cette terre, désolée par Ies orages, la Providence a exilé la vie.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire avaler à quelqu'un des poires d'angoisse
 
 Porter quelqu'un sur les épaules
 
MANIFESTATIONS
 Le monde d'Hergé à découvrir à la Saline Royale d'Arc-et-Senans
 
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Premier jardin botanique d'Ajaccio : voulu par Bonaparte en 1800
 
 Chauve-souris : animal entouré de superstitions et croyances
 
 Loup, chant du coq, lion, cheval et la colombe (Préjugés des Anciens sur le)
 
 Gui, houx et sapin : végétaux marquant les festivités de Noël et du Jour de l'An
 
 
Et puis aussi...
 
 Préjugés d'autrefois : l'ourse et ses petits, longévité du cerf, corne de licorne
 
 Chasseurs de plantes des environs de Paris
 
 Chanvre (Le)
 
 Éloge du monde animé des fleurs par Alphonse Karr
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 78 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services