Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions. Jeu du tour du monde, par Emile Levasseur. Apprendre en s'amusant - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Jeu du tour du monde : apprendre (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Jeu du tour du monde : apprendre
l’histoire, la géographie, l’économie
en s’amusant, au XIXe siècle
(D’après « La Revue scientifique de la France et de l’étranger », paru en 1879)
Publié / Mis à jour le lundi 30 novembre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Qui ne connaît le classique Jeu de l’Oie ? En 1879, il venait d’être renouvelé, sous une forme singulièrement plus souple et avec un but bien plus élevé, pour fournir un moyen d’instruire en amusant. Il s’agissait du Jeu du tour du monde, organisé par un membre de l’Académie des sciences morales et politiques et président honoraire de la Société de géographie, Emile Levasseur.

Au lieu d’être une carte plane, le champ du nouveau jeu est un globe terrestre, d’un mètre de circonférence, monté sur un pied de bronze, incliné sur l’écliptique conformément aux observations de l’astronomie, et tournant autour de l’axe polaire, de gauche à droite, c’est-à-dire de l’est à l’ouest, toujours comme dans la nature. Ce mouvement lui est imprimé par le mécanisme ordinaire, actionné à la main à l’aide d’une petite arlette saillante. L’axe de rotation porte d’ailleurs un petit cercle denté dans les crans duquel vient buter un petit ressort fiché au pied fixe de l’appareil qui se courbe pour laisser tourner la tige, mais qui maintient le globe dans une position parfaitement déterminée quand la force qu’on lui a communiquée est épuisée.

Ce globe est découpé dans la direction du nord au sud, c’est-à-dire d’un pôle à l’autre, par vingt-quatre lignes méridiennes également espacées, laissant par conséquent entre elles des tranches de 15 degrés de longitude, tranches qui correspondent tout juste à une différence d’une heure. Quand il est midi aux endroits placés sur l’une de ces lignes, les vingt-trois autres marquent donc les lieux où il est une heure, deux heures, trois heures, etc.

Dans l’autre sens, une grosse ligne marque d’abord l’équateur à égale distance des deux pôles. Puis, au nord de l’équateur, entre celui-ci et le pôle nord, sont tracés huit cercles parallèles également distancés les uns des autres, de sorte qu’ils déterminent dans l’hémisphère nord neuf tranches ayant chacune dix degrés de latitude. Il en est de même au sud de l’équateur, où on trouve également neuf tranches de dix degrés de largeur chacune, soit en tout dix-huit tranches.

La section de ces dix-huit tranches équatoriales par les vingt-quatre tranches longitudinales méridiennes détermine sur la sphère terrestre 232 rectangles sphériques, qui sont les cases ou unités de surface du jeu. Chacune a son numéro, sauf quelques-unes pour lesquelles ce silence est intentionnel et doit produire des incidents, qui permet de se reporter à un cahier contenant les indications heureuses ou néfastes à cette case.

Les pions du Jeu de l’Oie sont remplacés par les drapeaux des dix-huit nations les plus populeuses du monde. Ils correspondent aux dix-huit tranches parallèles tracées dans le sens de l’équateur ; on les plante dans un cercle métallique qui entoure le globe d’un pôle à l’autre et porte à cet effet dix-huit trous correspondant à la position respective des tranches. Au commencement du jeu, les drapeaux doivent être disposés en allant du pôle Sud au pôle Nord dans l’ordre des populations décroissantes des États qu’ils représentent : Chine, Russie, Allemagne, États-Unis, France, Autriche, Japon, Angleterre, Italie, Turquie, Espagne, Brésil, Mexique, Roumanie, Belgique, Suède, Portugal, Hollande. Les joueurs les tirent au sort et jouent dans l’ordre des drapeaux qui leur sont échus, c’est-à-dire en commençant par celui qui a le drapeau chinois pour finir par celui qui a le drapeau hollandais.

Jouer, cela consiste à faire tourner le globe, qui, après un certain nombre de révolutions, s’arrête en plaçant sous le drapeau du joueur une des cases de sa surface. On lit alors le numéro de cette case ; en consultant le cahier, on voit quels sont les bénéfices, les pertes, les avantages ou les accidents de toute sorte qu’elle attribue au joueur, et on les marque sur une ardoise encadrée, annexée au jeu pour recevoir au crayon les indications qui désigneront plus tard le vainqueur.

Quand un joueur a opéré, il avance son drapeau d’un rang ou plutôt d’un trou vers le haut ou le pôle Nord, et il est remplacé dans le dernier trou par le drapeau du joueur suivant ; le troisième chasse de même ses deux devanciers qui reculent en conservant leur ordre respectif, de sorte que chaque drapeau chemine ainsi de trou en trou jusqu’au dix-huitième, qui confine au pôle nord.

Mais il y a ici une particularité intéressante due au mécanisme même de l’appareil, et que le jeu de l’oie ne peut point posséder, c’est que chaque coup compte non seulement pour le joueur qui l’exécute, mais encore pour tous ceux qui l’ont précédé : ceux-ci ont en effet leurs drapeaux sur des cases différentes dont ils recueillent le fruit. Cela supprime les intermittences trop longues qui nuisent tant à l’animation du jeu de l’oie.

Maintenant que nous connaissons l’organisme du jeu, voyons les incidents du voyage qu’il permet d’entreprendre. Ces incidents sont contenus dans les indications afférentes à chaque case et calculés de manière à rappeler les différents faits géographiques importants de la portion du monde représentée dans cette case, et à correspondre même autant que possible à la nature de ces faits.

Y a-t-il par exemple une grande ville ? Le joueur gagne un nombre en rapport avec le chiffre de sa population, 30 pour Londres, 25 pour Paris ou Pékin, 20 pour Berlin ou Calcutta. Chaque industrie ou chaque production agricole lui donnera aussi un bénéfice proportionné à son importance ou à sa prospérité, par exemple une houillère anglaise 25, une fabrique de calicot de Manchester 45, les blés d’Odessa 20, l’opium et l’indigo du Bengale 10, la laine d’Australie on de Buenos Aires 20, etc.

Les faits historiques heureux, comme la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, et les incidents de voyages des principaux explorateurs ; les monuments célèbres, comme l’Alhambra ; les grands faits économiques, comme le câble transatlantique ou les lignes de navigation à vapeur ; les curiosités naturelles elles-mêmes, comme les geysers d’Islande, tout cela donne lieu aussi à un gain variable, suivant l’importance de chaque cas.

Mais il y a aussi les causes de perte ; par exemple : 5 pour la rencontre d’un Zoulou en Afrique ou d’un ouragan dans l’Atlantique, 10 pour un corsaire, 15 pour le tombeau de Napoléon à Sainte-Hélène ou un crocodile dans le Nil, 20 pour le massacre du capitaine Cook aux îles Sandwich, 25 pour un ours blanc au Spitzberg ou un boa dans une forêt vierge de l’Amérique du Sud, 100 pour la débâcle des glaces au pôle Nord, etc.

Enfin il y a des incidents particuliers en rapport avec les faits réels. Ainsi, aux États-Unis, le coton de Géorgie fait gagner 25 au joueur ; mais il doit, dans l’espace d’une minute, aller le vendre à Manchester, en mettant le doigt sur le nom de cette ville ; s’il ne la trouve pas assez vite, il perd 125. Il en est de même pour les diamants du Cap, qui doivent se vendre à Amsterdam, et pour le bois d’acajou de l’Amérique centrale, qui arrive à Paris.

La rencontre d’une mine d’argent au Mexique, des placers aurifères de Californie, d’une mine de platine dans l’Oural ou des gisements de cuivre au Chili, retient le joueur tout un tour sans jouer. Près du pôle Nord, une banquise de glace infranchissable l’arrête jusqu’à ce qu’un autre vienne prendre sa place. Prisonnier en Sibérie, il doit attendre aussi l’intervention d’un ami nihiliste envoyé pour le délivrer.

N’oublions pas non plus un certain nombre de circonstances qui entraînent la mort définitive des malheureux, comme un typhon dans l’océan Pacifique, une lionne dans l’Afrique centrale, la rencontre d’un iceberg près de Terre-Neuve ou d’un requin dans le golfe de Guinée, enfin le naufrage sur un récif isolé du Pacifique. Quand il y a une île assez grande, vous pouvez vous sauver à la nage et être rapatrié plus tard, après deux tours complets d’exil, par quelque vaisseau bienfaisant.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Aide-toi, le ciel t'aidera
 
 Donner un soufflet à Ronsard
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Charleville-Mézières rend hommage à son fondateur
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Éloge des contes de fées, miroirs de l'âme humaine
 
 Politesse et courtoisie avant la Révolution : règles et codes de civilité en usage
 
 Joutes et tournois
 
 Fêtes, processions et réjouissances pittoresques d'autrefois dans les provinces de France
 
 
Et puis aussi...
 
 Fête des Omelettes (Hautes-Alpes)
 
 Instruction primaire avant la Révolution : de la fable à la réalité
 
 Nouvel An (Cartes de vœux du)
 
 Presse pour enfants : ses premiers pas au XIXe siècle et son évolution
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 280 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services