Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Des spectateurs sur la scène où évoluent les acteurs de théâtre. Brèves d'Histoire de France. Miettes historiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > Théâtre d'antan : des spectateurs sur (...)

Brèves d’Histoire

Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé


Théâtre d’antan : des spectateurs sur
la scène même où évoluent les acteurs
(D’après « La Joie de la maison », paru en 1896)
Publié / Mis à jour le jeudi 6 octobre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Il y avait au théâtre, du temps de Molière, une coutume qui nous paraîtrait bien étrange aujourd’hui, celle de donner des places aux spectateurs sur la scène même où évoluaient les acteurs...

Dans la pièce des Fâcheux de Molière, le personnage d’Eraste raconte comment, alors qu’il se trouvait sur le théâtre pour écouter la pièce et que les acteurs commençaient, un petit marquis y entre bruyamment, demandant tout haut qu’on lui apporte un siège, troublant la pièce par son fracas, traversant le théâtre à grands pas pour aller planter sa chaise « au milieu du devant », tournant le dos à la salle et lui cachant en partie les acteurs ; et dans la première scène du troisième acte du Misanthrope, Molière y revient, par la bouche d’Acaste, qui se vante de faire « figure de savant sur les bancs du théâtre, y décider en chef, et faire du fracas à tous les bons endroits qui méritent des ah ! »

Frontispice des Fâcheux de Molière
Frontispice des Fâcheux de Molière
À quelle époque remontait cette habitude de laisser des spectateurs se placer sur la scène autour des acteurs ? C’est ce que nous ne saurions dire, mais les Fâcheux étant de 1661 et le Misanthrope de 1666, on peut se convaincre que la critique de Molière avait déjà eu entre ces deux dates le résultat de faire remplacer les chaises par des bancs.

C’était une amélioration, puisqu’elle empêchait au moins les spectateurs d’aller et venir à leur gré sur la scène — ces bancs étant immobiles — pour y placer leur chaise au gré de leur fantaisie, mais elle laissait subsister les plus gros inconvénient : spectacle étouffé, scène rétrécie, gêne pour les entrées et sorties des comédiens pour les coups de théâtre et les grands mouvements de la tragédie, hostilités continuelles entre les spectateurs du parterre et ceux des banquettes, et donnait lieu parfois aux plus drôles incidents.

Par exemple, le marquis de Sablé arrivant au moment où l’acteur chante « nos prés, nos champs seront sablés », se croyant insulté, et allant gravement le souffleter, ou un plaisant du parterre faisant crouler la salle de rire en criant : « Place au facteur ! » à un acteur chargé d’apporter une lettre, et qui ne pouvant percer la foule des spectateurs massés au fond de la scène, agite son papier en l’air désespérément.

Cet état de choses durait cependant encore au milieu du XVIIIe siècle au Théâtre-Français, malgré les réclamations des auteurs ; c’est qu’il avait pour lui, outre la force si difficile à vaincre de la routine, l’intérêt pécuniaire des acteurs qui avaient avantage à maintenir des places qui se payaient fort cher ; il fallut la libéralité d’un grand seigneur ami des arts pour faire disparaître les banquettes ; le comte de Lauragais offrit aux comédiens la somme nécessaire pour les indemniser ; la proposition fut acceptée, il lui en coûta 60 000 francs, et le 31 mars 1759, l’acteur chargé de faire au public le discours de clôture à l’occasion des vacances annuelles de Pâques à la Quasimodo, annonça que désormais les’banquettes seraient supprimées et que le théâtre offrirait à l’action dramatique un espace où elle pourrait se mouvoir dans toute sa beauté et liberté.

Une représentation sous Louis XIV. Les spectateurs de marque assistaient à la représentation sur la scène, près des acteurs
Une représentation sous Louis XIV. Les spectateurs de marque assistaient
à la représentation sur la scène, près des acteurs

Quand on s’étonne que les chefs-d’œuvre de Corneille, Molière, Racine soient si peu remplis par comparaison avec nos pièces actuelles, d’action extérieure et de mouvement, il ne faut jamais oublier qu’elles ont été faites pour être ainsi représentées, et, que la disposition matérielle de la scène théâtrale encombrée de spectateurs, se prêtait alors fort mal à ce spectacle extérieur par lequel on supplée peut-être trop aujourd’hui à l’étude intérieure du cœur et de la passion.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire une cote mal taillée
 
 Le remède est souvent pire que le mal
 
MANIFESTATIONS
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 Exposition Quoi de neuf au Moyen Age ? à la Cité des sciences et de l'industrie du 11 octobre 2016 au 6 août 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Cent fois sur le métier... : également recommandé aux gens de lettres ?
 
 Censure au théâtre sous le Premier Empire : les pièces soumises à l'autorisation du ministère de la police
 
 Le mot « payer », héritage d'un tribut versé pour se dédommager d'un crime ?
 
 Les druides hostiles à la représentation des dieux
 
 
Et puis aussi...
 
 « Remèdes réfrigératifs » contre la luxure ?
 
 Sports pratiqués par les jeunes Parisiens au milieu du XVIe siècle
 
 Location de parapluies à Paris en 1864 : un projet d'envergure
 
 Chat (Le) de Théophile Gautier et le « poulet vert »
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 137 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services