Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions. Pirates et corsaires, course maritime et guerre de course - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Corsaires : des pirates « de métier (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Corsaires : des pirates
« de métier » ?
(D’après « Revue de synthèse historique », paru en 1932)
Publié / Mis à jour le vendredi 19 août 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Il semble bien qu’il n’ait jamais existé en France ni ailleurs une définition officielle de la Course maritime, au sens d’une définition juridique formulée ou officiellement adoptée par un gouvernement. A défaut, on s’attendrait à en trouver une dans le célèbre Commentaire de René Valin (1766) sur l’Ordonnance de la Marine de 1681 ; on est déçu de ne l’y pas trouver. Plus déçu encore, ouvrant le Glossaire nautique d’Auguste Jal (1848), d’y rencontrer une définition sans valeur, alors que les autres articles relatifs à la Course y sont aussi justes qu’intéressants.

Dans les autres dictionnaires, généraux ou spéciaux, dans les publications diverses, pas de définition satisfaisante. Pour essayer d’en établir une vraiment adéquate, le mieux, sans doute, est de se rappeler d’abord quel fut, en principe, le mécanisme de la Course durant la période (XVIIe-XIXe siècles) où elle était nationalement et internationalement réglementée. On arrive ainsi à la formule suivante, nécessairement assez longue, mais historiquement fondée et acceptable.

COURSE MARITIME, dite aussi Guerre de Course. Ensemble d’opérations très réglementées, nationalement et internationalement, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, et qui avaient :

1° pour moyens d’action très exceptionnels : des navires de guerre prêtés par un gouvernement à des armateurs privés ; pour moyens d’action ordinaires : des bâtiments de commerce appartenant à des particuliers et montés de marins du commerce (par exception et en partie, de marins prêtés par l’État) ;

2° pour but, de la part de l’État : affaiblir le commerce maritime de l’ennemi et entraver ses relations par mer ; de la part des armateurs et actionnaires, comme des équipages : réaliser des gains aux dépens de ce commerce ;

3° pour méthode : éviter corsaires et navires de guerre, capturer des bâtiments de commerce avec leurs cargaisons, le tout à vendre suivant les règles légales, en un port de la métropole ou de ses colonies.

Quant à Corsaire, on connaît la définition de Jal, dans le Glossaire nautique : « Nom donné au marin qui fait la Course avec l’autorisation du gouvernement... Par métonymie, on a donné le nom de l’homme qui fait la course au navire sur lequel il la fait », un corsaire, pour : un bâtiment corsaire. Cette définition, très bonne du point de vue légal, suggère deux observations.

L’une : qu’elle englobe parmi les corsaires réguliers ceux des États barbaresques, bien qu’en fait, historiquement, ils n’aient jamais été autre chose que des pirates : mais ils étaient « autorisés par le gouvernement » et même organisme permanent d’État. L’autre, qu’elle implique l’existence de marins qui faisaient la Course sans autorisation gouvernementale ; l’expression « faire la Course » ayant en soi la signification générale et imprécise de « courir les mers », mais impliquant, en ce cas, une action piratique. Et l’on voit que Jal, naturellement, refuse à ces marins-là le nom de Corsaires. Mais ils le prenaient, ce nom, repoussant la qualification de pirates ou, comme on disait aux Antilles surtout, de forbans. Au XVIIe siècle, ils s’intitulaient aussi, parfois, armateurs ; le mot était alors synonyme de Corsaire, homme ou navire.

Ce fait que les pirates « de métier » — Barbaresques et autres — se désignaient eux-mêmes par le nom de Corsaires, contribua notablement à maintenir au nom un sens péjoratif. Sens qui, au XVIIe siècle, était bien des fois séculaire. C’est que, jusqu’alors, aucune puissance maritime européenne n’avait voulu avec persévérance, ou su, soit établir un vrai code à l’usage de la Course et des corsaires, soit réprimer les délits et les crimes presque journellement commis par des équipages de navires plus ou moins régulièrement armés en Course, ou par des capitaines ou patrons de bâtiments de commerce qui, de leur propre autorité, se déclaraient Corsaires.

Et l’établissement de règles internationales reconnues, à cet égard, était encore inexistant ou à peu près. Après qu’au XVIIe siècle la Course eut été réglementée en détail et avec précision, on eut, quelque temps, des illusions sur l’efficacité de ces mesures légales ; bien que, comme l’écrit Jal, les règles, les usages, de cette guerre très spéciale, dussent fatalement rester « beaucoup moins chevaleresques (sic) que ceux de la guerre ordinaire entre vaisseaux de nations civilisées ».

En fait, désormais, les actes criminels de haute gravité furent beaucoup moins fréquents, malgré la multiplicité des guerres maritimes : on n’en aurait plus toléré longtemps le retour. Par contre, les autres actes criminels, et les actes délictueux de toute nature, s’ils n’augmentèrent pas en nombre proportionnel, s’accrurent considérablement en nombre absolu, par suite de ces guerres rapprochées et longues ; les nations intéressées n’ayant jamais voulu s’entendre pour une répression simultanée, ni aucune d’elles donner l’exemple de châtier vigoureusement ses nationaux coupables.

On était comme prisonnier d’un système de guerre qui, de par sa nature, ne pouvait être rendu « chevaleresque » (comme dit Jal), et qu’on ne désirait pas, au fond, voir tel. Ajoutons enfin qu’aux Antilles, durant les trois derniers quarts du XVIIe siècle, les nations colonisatrices (surtout la France et l’Angleterre), et plus encore leurs agents coloniaux, ont souvent employé de façons très médiocrement « régulières » et sous la dénomination de « Corsaires », leurs flibustiers, c’est-à-dire des pirates ; le reste du temps, ils en ont tout au moins encouragé les pirateries.

Le Corsaire au pistolet
Le Corsaire au pistolet. Œuvre d’Etienne Blandin.

Quelle fut la répercussion de ces faits sur le sens du mot, c’est ce que montrera entre autres un texte de la Collection de décisions nouvelles du bon jurisconsulte que fut Denisart (1ère édition de 1754-56, tome I) : « Les corsaires, écrivait-il, sont des gens qui courent les mers pour voler et piller tout ce qu’ils peuvent prendre ». L’assimilation continuait donc entre les mots Pirate et Corsaire, en raison des innombrables actes piratiques commis sans cesse par l’immense majorité des corsaires « réguliers » de toutes les nations maritimes. Assimilation injuste, parce qu’elle généralisait à l’excès, sans égard aux exceptions, et que, juridiquement comme historiquement., elle constitue une pseudo-définition incomplète.

Le jugement trop sommaire émis par Denisart et d’autres, en France et davantage encore à l’étranger, s’est perpétué jusqu’à maintenant. Chez nous (excepté dans certains ports où l’admiration pour les corsaires est article de foi), l’opinion du public se traduit volontiers par ces mots : « Les corsaires ? C’étaient des espèces de forbans ». Or, si l’on s’en tenait à la définition de Jal, définition basée uniquement sur une fiction légale, on laisserait dans l’esprit du lecteur non informé l’impression que les corsaires ont été respectueux des prescriptions légales, ce qui serait beaucoup plus éloigné de la vérité que ne l’est le sommaire jugement dont on a rapporté deux modes d’expression. La première phrase de Jal est donc du point de vue légal une bonne définition ; mais elle ne définit pas du tout ce que furent historiquement les corsaires.

Ce n’est pas — il s’en faut — le seul cas où la définition d’une institution d’après les lois qui prétendaient la régir est loin d’exprimer sa vie dans l’histoire, et où l’impossibilité d’une définition historique tenant en peu de lignes oblige qui veut être renseigné à recourir à la lecture de tous les textes explicatifs.

Valin, donnant le préambule du Règlement royal du 31 août 1710, « pour informer du pillage des prises », débute ainsi : « S. M. étant informée que — quelque soin qu’on ait pris par les Ordonnances anciennes et. nouvelles sur le fait de la marine ; quelques précautions que l’on ait apportées jusqu’à présent pour empêcher les pillages, déprédations d’effets, divertissements et autres malversations qui se commettent souvent dans les prises faites par les armateurs ; quelque sévères qu’aient été les peines prononcées par ces lois... — cependant tous ces règlements n’ayant pu arrêter une licence qui augmente tous les jours par l’impunité des coupables, par le peu d’attention des officiers des sièges de l’Amirauté à en procurer la punition, et par les difficultés qui empêchent souvent qu’on ait une preuve certaine et juridique de ces délits ; S. M., connaissant la nécessité d’en arrêter le cours... », etc. Texte de 1710 ; or, qui lit les passages de Valin indiqués ci-dessus, voit que cet auteur écrivant vers 1765 constatait exactement le même état de choses.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il bat les buissons, et les autres prennent les oisillons
 
 Un bon averti en vaut deux
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Quoi de neuf au Moyen Age ? à la Cité des sciences et de l'industrie du 11 octobre 2016 au 6 août 2017
 
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Langue française et diplomatie : des alliées de longue date
 
 Troubadours et ménestrels enchantent le Moyen Age
 
 Prospectus publicitaire : de l'interdiction à l'âge d'or de la publicité
 
 
Et puis aussi...
 
 Fête de la Gargouille à Rouen (Seine-Maritime)
 
 Politesse et courtoisie avant la Révolution : règles et codes de civilité en usage
 
 Grenouillage (Droit de) : un privilège seigneurial au Moyen Age ?
 
 Jour de rentrée scolaire au XIXe siècle
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 283 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services