Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



2 septembre 1679 : mort de Jacques Bailly, peintre en miniature - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Septembre > 2 septembre > 2 septembre 1679 : mort de Jacques (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 2 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


2 septembre 1679 : mort de Jacques Bailly,
peintre en miniature
(D’après « Le peintre-graveur français » (Tome 2) paru en 1836,
et « Description de Paris, de Versailles, de Marly, de Saint-Cloud,
de Fontainebleau et de toutes les autres belles maisons
et châteaux des environs de Paris » (Tome 2) édition de 1742
et « Nouvelles archives de l’art français » (Tome 6) paru en 1890)
Publié / Mis à jour le mercredi 31 août 2016, par LA RÉDACTION



 

Peintre en miniature, Jacques Bailly naquit à Graçay, dans le Berry, vers 1629, et mourut à Paris le 2 septembre 1679. Membre distingué de l’Académie royale de peinture, il obtint du roi un logement aux galeries du Louvre. Il excellait à peindre les fleurs, les fruits et les ornements, qu’il inventait et dessinait avec beaucoup d’art. Il gravait très bien à l’eau-forte, et avait un secret particulier pour peindre sur les étoffes.

André Félibien nous fournit la majeure partie de ces renseignements ; mais Jean-Aymar Piganiol de la Force ajoute que notre artiste avait aussi le secret de rendre les couleurs mordantes au point de pénétrer le marbre si profondément, que, sciant sa première surface, le sujet peint était encore tellement apparent, qu’on pouvait obtenir plusieurs tableaux au lieu d’un.

Mais les drogues que Bailly mêlait à ses couleurs étaient si fortes, que, malgré le masque de verre dont il se précautionna dans ses essais, elles lui portèrent avec violence à la tête : il en fit l’essai sur un morceau de marbre épais de quatre doigts, et mourut vingt-quatre heures après qu’il eut fini cet ouvrage. Colbert, à qui il avait communiqué son secret, ayant appris sa mort, envoya prendre ce morceau de marbre où il avait peint un mascaron, dans la bouche duquel était une petite corne d’abondance d’où sortaient des fleurs et des fruits. On ne sait ce qu’est devenu ce petit tableau, et par la mort de ce lui qui l’avait peint, on a perdu son secret.

Enluminure de Jacques Bailly parue dans une édition spéciale du Labyrinthe de Versailles de Charles Perrault et Sébastien Leclerc (1675)
Enluminure de Jacques Bailly parue dans une édition spéciale du Labyrinthe de Versailles
de Charles Perrault et Sébastien Leclerc (1675). Le bosquet du Labyrinthe de Versailles
fut aménagé par André Le Notre à partir de 1668 dans
les jardins du château, et fut détruit en 1775

Nous devons à la pointe énergique et pleine d’esprit de Jacques Bailly un recueil de douze planches représentant des fleurs fort habilement gravées et portant le titre suivant gravé sur la première feuille : Diverses fleurs mises en bouquets, dessinées et gravées par J. Bailly, peintre du Roy, qui se vendent à Paris, aux galleries du Louvre, chez led. Bailly, avec privilège de Sa Maj. Les bouquets, amenés à l’effet par un seul jet de travaux simples, sans aucune contre-taille, se détachent sur un fond entièrement blanc. Ils sont traités avec une précision qui décèle une flexibilité de talent extrêmement remarquable. Il est d’autant plus difficile de rencontrer ces pièces, que les fabricants d’étoffes, curieux d’aussi beaux modèles, les retirèrent constamment de la circulation pour en enrichir leurs recueils.

Voici le texte du privilège visé sur ce titre, le recueil ayant paru en 1670 :

« Permission de faire imprimer un livre de fleurs pour Jacques Bailly, peintre ordinaire du roi.

« 29 juillet 1670.

« Louis, etc., à nos aimés et féaux conseillers les gens tenants nos cours de Parlement, maîtres des requêtes ordinaires de notre hôtel, prévôt de Paris, baillis, sénéchaux, leurs lieutenants civils et autres nos justiciers et officiers qu’il appartiendra, salut. Notre bien aimé Jaques Bailly, l’un de nos peintres ordinaires, nous a fait remontrer qu’il avait dessein de faire imprimer, vendre et débiter un livre de douze feuilles de fleurs mises en bouquet qu’il a dessinées et gravées, mais il craint qu’ayant fait la dépense, d’autres ne voulussent les imiter, contrefaire et débiter, s’il ne lui était pourvu de nos lettres de privilège sur ce nécessaires qu’il nous a très humblement fait supplier lui octroyer.

« A ces causes, voulant favorablement traiter l’exposant, nous lui avons permis et accordé, permettons et accordons par ces présentes signées de notre main de faire imprimer par telle personne que bon lui semblera ledit livre composé de douze feuilles de fleurs et celui vendre et distribuer par tout notre royaume, à commencer du jour qu’il sera achevé d’imprimer. Faisons défense à toutes personnes de quelque condition qu’elles soient d’imprimer, graver, contrefaire, imiter, vendre et distribuer ledit livre sur peine de confiscation des exemplaires contrefaits, amende arbitraire, dépens, dommages et intérêts dudit exposant. Si vous mandons que du contenu en ces présentes vous fassiez jouir l’exposant et ses ayants cause pleinement et paisiblement, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements au contraire. Mandons au premier notre huissier ou sergent faire pour l’exécution des présentes toutes significations, défenses, saisies et autres actes requis et nécessaires sans demander autre permission, car, etc.

« Donné à Saint-Germain-en-Laye, le XXIXe jour de juillet, l’an de grâce 1670, et de notre règne le XXVIIIe. Signé : Louis, et plus bas : Par le Roy, Colbert. »

La composition des douze bouquets peints par Bailly était la suivante :

N°1. Des roses, une tulipe, des iris, une anémone et une tige de rose trémière.
N°2. Des roses, une tulipe, des pavots et une branche de tubéreuse.
N°3. Une couronne impériale, des iris et une fritillaire.
N°4. Des anémones, des oreilles-d’ours, des pavots et une branche de fraxinelle.
N°5. Une touffe de lilas, un œillet, une narcisse, un zinnia et une branche de pied-d’alouette.
N°6. Jacinthe, anémones, aconit, etc.
N°7. Roses en fleurs et en boutons, et tige d’une variété de narcisse.
N°8. Des roses d’Inde, des pieds-d’alouette, des anémones, des campanules, un œillet, une tige de mauve en boutons.
N°9. Une rose, des fleurs d’ancolie, de digitale et de gros liseron.
N°10. Des tulipes, une anémone, des immortelles de Belleville.
N°11. Des narcisses, des fleurs d’oranger, des iris bulbeux.
N°12. Une tulipe, des jacinthes, des tubéreuses, etc.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Trop gratter cuit, trop parler nuit
 
 Jamais grand nez n'a gâté beau visage
 
MANIFESTATIONS
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 2 septembre 909 : fondation de l'abbaye de Cluny par le comte d'Auvergne Guillaume le Pieux
 
 2 septembre 1726 : secousses sismiques à Palerme
 
 2 septembre 1720 : mort de Caumartin
 
 2 septembre 1719 : mort du jésuite Michel Tellier
 
 
Et puis aussi...
 
 2 septembre 1730 : abdication de Victor-Amédée II, premier roi de Sardaigne
 
 2 septembre 1715 : le Parlement casse le testament de Louis XIV
 
 2 septembre 1695 : prise de Namur par le prince d'Orange, alors roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume III
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 8 ARTICLES

 


Septembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services