Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Pourquoi les locomotives à vapeur avaient-elles un sifflet ? - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Locomotives à vapeur : pourquoi (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Locomotives à vapeur : pourquoi
avaient-elles un sifflet ?
(D’après Le Journal de la jeunesse paru en 1896)
Publié le mardi 4 janvier 2011, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
A la fin du XIXe siècle, près de 75 ans après l’avènement du chemin de fer et de la locomotive à vapeur, l’usage du sifflet, remplaçant la corne à main, est répandu. Comment s’imposa ce « cri » qui, fendant l’air et présentant le grand avantage d’annoncer de très loin l’arrivée du train, fendait également les oreilles avec une grande facilité ?

On peut dire qu’actuellement il n’est pas une locomotive, en aucun pays du globe, qui ne soit munie d’un sifflet, et qui n’en use et même n’en abuse, lit-on dans Le Journal de la jeunesse en 1896 : c’est une caractéristique du voisinage d’une voie ferrée, caractéristique qui n’est pas très agréable, que ces sortes de cris stridents que pousse la bête de fer et d’acier. A tout propos elle s’annonce à l’aide de ces cris ; qu’elle arrive, qu’elle parte, qu’elle roule à toute vitesse en traversant une gare, elle siffle toujours. D’ailleurs ces coups de sifflet ne se ressemblent pas, parce que chacun d’eux a un sens particulier pour les employés de la ligne auxquels ils s’adressent.


Chemin de fer du Vivarais
Et cependant on ne l’avait point adopté, on n’y avait pas songé quand on a établi les premiers chemins de fer et qu’on a fait rouler les premières locomotives. On sait que c’est en Angleterre qu’on a construit ces premiers chemins de fer, grâce au célèbre George Stephenson, lequel avait imaginé une locomotive qui nous semblerait ridicule aujourd’hui, mais qui, en 1829, était et devait être regardée comme une invention de génie. Le chemin de fer traversant des routes, il fallait bien un moyen pour avertir à l’avance piétons, charrettes et voitures d’avoir à se garer du passage. Pour cela, sur chaque locomotive, il y avait un homme armé d’une corne à main, analogue à celle qu’on emploie encore sur certaines lignes de tramways [nous sommes en 1896].

Or, un beau jour de l’année 1855, un bon fermier s’en allait au marché de la ville de Leicester vendre du beurre et des œufs dont sa charrette était pleine, chargement fragile s’il en est. Il arrive au point où la route croise la voie ferrée qui réunissait Leicester à Swannington, et il se met à traverser le chemin de fer, sans regarder si un train n’arrive pas. Précisément un train s’avançait et le mécanicien faisait jouer un petit air de corne bien senti pour avertir l’imprudent. Notre fermier n’entend pas (sans doute faisait-il comme Perrette et supputait-il les beaux bénéfices qu’il ferait en vendant son beurre et ses œufs) ; toujours est-il que le train ne peut pas s’arrêter, et qu’il vient renverser cheval, charrette et fermier, en faisant une immense omelette à laquelle le beurre ne manquait point.

Heureusement l’homme n’eut pas de mal ; mais le cheval était tué, la charrette démolie, et la compagnie dut payer tout cela, en même temps que 25 kilogrammes de beurre et 80 douzaines d’œufs. Cela suffit pour la faire réfléchir et la convaincre qu’une trompette était insuffisante pour avertir les passants. Stephenson imagina donc un sifflet à vapeur pour les locomotives ; ce sifflet a été modifié dans sa forme, mais depuis lors toutes les locomotives de tous les pays ont toujours eu et ont toujours un sifflet. A grand effet, petite cause !

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Donner une danse à quelqu'un
 
 Entrer dans la peau du bonhomme
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Rivière (Une) déserte en 1912 : le Bief-Rouge, dans le Doubs
 
 Fauteuil (Le) de Molière à Pézenas, témoin de ses premières inspirations
 
 Sang de chèvre (Injection de) contre la tuberculose ?
 
 Le Sonneur et l'Araignée : fable de La Fontaine ou supercherie littéraire ?
 
 
Et puis aussi...
 
 France (La), pays gouvernable mais pas administrable
 
 Allégories du Moyen Age (Bizarres somptuosités et)
 
 Place des Vosges (La) de Paris échappe au début du XXe siècle à des transformations controversées
 
 Réforme en profondeur de l'orthographe : mesure démagogique et dangereuse ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 281 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines