Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Légendes, croyances, superstitions : trois moissonneurs, saint Menoux, chanvre et feu - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Trois moissonneurs, saint Menoux et (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Trois moissonneurs, saint Menoux
et la légende du chanvre et du feu
(D’après Bulletin de la Société d’émulation du Bourbonnais paru en 1907)
Publié / Mis à jour le mercredi 23 janvier 2013, par LA RÉDACTION



 

A côté des contes populaires, il y a les légendes hagiographiques ou se rapportant aux vies des saints. L’hagiographie du Moyen Age souvent a écrit, autour de la vie de tel saint, des paraboles ou des nouvelles destinées à rendre sensible une vérité de l’ordre religieux ou un principe de morale. L’auteur ne raconte que pour mieux enseigner, et il n’a jamais eu la prétention de faire connaître des faits réels.

Et lors même qu’il n’était point question d’inculquer quelque vérité, mais seulement de plaire au lecteur par un récit attachant, le cadre d’une vie de saint pouvait, à une époque où la vie des saints était la lecture favorite des fidèles, présenter un élément d’intérêt qui n’était pas à dédaigner. Plus d’une grave leçon a été donnée au peuple sous la forme d’un conte hagiographique, qui devenait une sorte de petit roman religieux.

En lisant les Mémoires et récits de Frédéric Mistral, on est frappé par un trait de ressemblance entre une de ses plus gracieuses légendes « les trois beaux moissonneurs » et la légende du « chanvre et du feu » recueillie de la bouche des anciens, au sujet du bon saint Menoux. Voici la légende de Mistral.

Les froments, cette année-là, avaient mûri presque tous à la fois, courant le risque d’être hachés par une grêle, égrenés par le mistral ou brouïs par le brouillard, et les hommes, cette année-là, se trouvaient rares. Et voilà qu’un fermier, un gros fermier avare, sur la porte de sa ferme était debout, inquiet, les bras croisés et dans l’attente. « Non, je ne plaindrais pas, disait-il, un écu par jour, un bel écu et la nourriture, à qui viendrait se louer ». Mais à ces mots le jour se lève et voici que trois hommes s’avancent vers le mas, trois robustes moissonneurs : l’un à la barbe blonde, l’un à la barbe blanche, l’un à la barbe noire. L’aube les accompagnait en les auréolant.

La Paye des moissonneurs. Peinture de Léon-Augustin Lhermitte
La Paye des moissonneurs. Peinture de Léon-Augustin Lhermitte

— Maître, dit le capoulié (celui de la barbe blonde), Dieu vous donne le bonjour ; nous sommes trois gavots de la montagne, et nous avons appris que vous aviez du blé mûr, du blé en quantité : maître, si vous voulez nous donner de l’ouvrage, à la journée ou à la tâche, nous sommes prêts à travailler.
— Mes blés ne pressent guère, le maître répondit ; mais pourtant pour ne pas vous refuser l’ouvrage, je vous baille, si vous voulez, trente sous et la vie. C’est bien assez par le temps qui court.

Or, c’était le bon Dieu, saint Pierre avec saint Jean. A l’approche des sept heures, le petit valet de la ferme vient, avec l’ânesse blanche, leur apporter le déjeuner, et de retour au mas :

— Valet, lui dit le maître, que font les moissonneurs ?
— Maître, je les trouvai, couchés sur le talus du champ, qui aiguisaient leurs faucilles ; mais ils n’avaient pas coupé un épi.

A l’approche des dix heures, le petit valet de la ferme vient, avec l’ânesse blanche, leur apporter le dîner, et de retour au mas :

— Valet, lui dit le maître, que font les moissonneurs ?
— Maître, je les trouvai, couchés sur le talus du champ, qui aiguisaient leurs faucilles ; mais ils n’avaient pas coupé un épi.

A l’approche des quatre heures, le petit valet de la ferme vient avec l’ânesse blanche leur apporter le goûter, et de retour au mas :

— Valet, lui dit le maître, que font les moissonneurs ?
— Maître, je les trouvai, couchés sur le talus du champ, qui aiguisaient leurs faucilles ; mais ils n’avaient pas coupé un épi.
— Ce sont là, dit le maître, ce sont de ces fainéants qui cherchent du travail et prient Dieu de n’en point trouver. Pourtant il faut aller voir.

Et cela dit, l’avare, pas à pas, vient à son champ, se cache dans un fossé et observe ses hommes. Mais alors le bon Dieu fait ainsi à saint Pierre : « Pierre, bats du feu. — J’y vais. Seigneur, répond saint Pierre ». Et saint Pierre de sa veste tire la clé du paradis, applique à un caillou quelques fibres d’arbre creux et bat du feu avec la clé. Puis le bon Dieu fait à saint Jean : « Souffle, Jean ! — J’y vais, Seigneur, répond saint Jean ».

Et saint Jean souffle aussitôt les étincelles dans le blé avec sa bouche ; et d’une rive à l’autre un tourbillon de flamme, un gros nuage de fumée enveloppent le champ. Bientôt la flamme tombe, la fumée se dissipe, et mille gerbes tout à coup apparaissent, coupées comme il faut, comme il faut liées, et comme il faut aussi en gerbiers entassés. Et cela fait, le groupe remet aux carquois les faucilles et au mas lentement s’en revient pour souper, et tout en soupant :

— Maître, dit le chef des moissonneurs nous avons terminé le champ... demain pour moissonner, où voulez-vous que nous allions ?
— Capoulié, répondit le maître avaricieux, mes blés dont j’ai fait le tour, ne sont pas mûrs du reste. Voici votre payement ; je ne puis plus vous occuper.

Et alors les trois hommes, les trois beaux moissonneurs, disent au maître : adieu ! Et chargeant leurs faucilles rengainées derrière le dos, s’en vont tranquilles en leur chemin : le bon Dieu au milieu, saint Pierre à droite, saint Jean à gauche, et les derniers rayons du soleil qui se couche les accompagnent au loin, au loin. Le lendemain, le maître de grand matin se lève et joyeusement se dit en lui-même : « N’importe ! j’ai gagné ma journée en allant épier ces trois hommes sorciers : maintenant j’en sais autant qu’eux ».

Et appelant ses deux valets, dont un avait nom Jean et l’autre Pierre, il les conduit à la plus grande des emblavures de la ferme. Sitôt arrivés au champ, le maître dit à Pierre : « Pierre, toi, bats du feu. — Maître, j’y vais, répliqua Pierre ». Et Pierre de ses braies tire alors son couteau, applique à un silex quelques fibres d’arbre creux et le couteau bat du feu. Mais le maître dit à Jean : « Souffle Jean ! — Maître, j’y vais, répliqua Jean ».

Et Jean avec sa bouche souffle au blé les étincelles... Aïe ! aïe ! aïe ! la flamme affolée, enveloppe la moisson ; les épis s’allument, les chaumes pétillent ; le grain se charbonne ; et penaud, l’exploiteur, quand la fumée s’est dissipée, ne voit, au lieu de gerbes, que braise et poussier noir !

Repos après la moisson. Peinture de Léon-Augustin Lhermitte
Repos après la moisson. Peinture de Léon-Augustin Lhermitte

Voici la légende du « chanvre et du feu ». Les habitants de Mailly ayant eu une abondante récolte de chanvre, se demandaient comment ils viendraient à bout de le teiller pendant leur hiver. « Apportez-le-moi, leur dit le bon saint Menoux ; je ferai votre travail ». On va chercher tout le chanvre récolté. Les gerbes s’entassent, s’entassent toujours, et forment un véritable plongeon.

— C’est bien du travail que vous entreprenez, saint homme de Dieu ! Il y aurait de quoi occuper le village pendant toute la froidure.
— Braves gens, ne vous inquiétez pas, il n’y a point de peine où Dieu met la main.

Ce disant, saint Menoux met le feu au plongeon.
— Ah ! mon Dieu ! que faites-vous là ? Vous perdez tout notre avoir !
— Demeurez en paix, le feu n’est que l’ouvrier du bon Dieu.
Pendant quelque temps, on n’entendit que le crépitement du feu, on ne vit que les noirs tourbillons de fumée, découpés par des flammés blanches et rouges Qu’allait-il se passer ?...

Paysans préparant le chanvre. Peinture de Pierre Duval le Camus
Paysans préparant le chanvre.
Quand tombèrent les flammes, quand fut dissipée la fumée, on aperçut, étendues sur la cendre blanche, des liasses de chanvre rangées par petits tas, comme les gerbes de blé dans un champ moissonné. Alors saint Menoux, prenant une à une les liasses de chanvre, remit à chacun sa part en disant :

« Bénissez Dieu, mes bonnes gens, et ne doutez jamais de sa puissance. Ce qu’il vient de faire pour votre chanvre, il le fera un jour pour tous les hommes : il séparera les bons des méchants, et livrera ces derniers aux flammes. Les élus seront placés dans la demeure du Père céleste, où règne la paix délicieuse et sans fin, comme la toile blanche que vous ferez sera rangée dans le meuble le plus beau de votre maison.

« Le Seigneur vous avertit pareillement, que votre corps retournera en poussière comme les brins de chanvre dont vous ne voyez plus que la cendre, mais que votre âme montera vers Dieu, comme tantôt la flamme, pour recevoir récompense ou châtiment suivant vos mérites. Comprenez donc, mes bons amis, quelle folie vous feriez, si, pour flatter ce corps qui doit périr, vous perdiez votre âme en la rendant malheureuse pour toujours !... »

Dans les deux légendes, le feu est « l’ouvrier du bon Dieu ». Dans la première, il fait la moisson ; dans la seconde, il teille le chanvre. Dans la première, Dieu agit en personne : c’est Jésus, assisté de saint Pierre et de saint Jean. Dans la seconde, il agit par son serviteur.

La leçon se dégage d’elle-même dans la légende des trois beaux moissonneurs : l’avare est puni par où il a péché ; il perd sa moisson, pour n’avoir pas convenablement payé les trois ouvriers, et surtout pour ne les avoir pas occupés plus longtemps. Dans la légende du chanvre et du feu, l’enseignement est donné par saint Menoux à de pauvres campagnards qui d’eux-mêmes n’auraient peut-être pas saisi la leçon, savoir que l’âme est tout et le corps peu de chose, que les biens célestes sont préférables à tous les biens d’ici-bas, et qu’à la fin du monde, il sera rendu à chacun suivant ses œuvres.

C’est ainsi qu’on instruisait aux siècles passés. Ces légendes se redisaient des milliers et des milliers de fois, à toute occasion, et durant les longues veillées d’hiver, et à l’époque où les travaux des champs réunissaient de nombreux ouvriers dans les fermes. Ces récits ne contribuèrent pas peu à former chez nos pères un fond de sagesse pratique. Plus tard, le journal remplaça tout cela.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 En parlant du loup on en voit la queue
 
 Faire une brioche
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Cimetière des 7777 saints à Lanrivoaré (Finistère)
 
 Dames (Les) de Meuse et le chevalier de Montcornet
 
 Comment il prit fantaisie au diable de tenter une jeune fiancée dans une forêt lorraine
 
 Pierre qui croule, oratoire et Griffe du diable à Uchon (Saône-et-Loire)
 
 
Et puis aussi...
 
 Roc du Saint (Le) et ses légendes (Montluçon)
 
 Till l'Espiègle ou Figure de Hibou : héros légendaire inspirant les conteurs et à l'origine du mot espiègle
 
 Sabbats de la Planchette
 
 Nombres 7 et 14 (Particularités bizarres sur les)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 201 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services