Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Sandro Faïta : un des rares facteurs de cor des Alpes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Sandro Faïta : un des rares facteurs (...)

Patrimoine : Métiers

Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites


Sandro Faïta : un des rares
facteurs de cor des Alpes
(Source : France Télévisions)
Publié / Mis à jour le jeudi 5 janvier 2017, par LA RÉDACTION



 
 
 
Ils ne sont que cinq en France, et seulement une vingtaine en Europe. Sandro Faïta est facteur de cor des Alpes. Un instrument atypique, longtemps cantonné au folklore des vallées alpines, mais qui retrouve grâce aux yeux de certains musiciens.

Quand on évoque le cor des Alpes, on a tous en tête la même image. Celle d’un groupe d’hommes, généralement d’un certain âge, costume traditionnel et chapeau vissé sur la tête, rassemblés en arc de cercle, et soufflant dans ces longues cornes de bois au beau milieu des montagnes suisses.

Et c’est normal, car depuis le XIXe siècle, le cor des Alpes est resté cantonné à un rôle folklorique, principalement chez nos voisins helvètes qui se sont emparés de l’instrument. Dans l’inconscient collectif, le cor des Alpes est donc originaire de Suisse. Mais il n’en est rien ! Comme le souligne Sandro Faïta, des écrits du XVIe siècle relatent que le cor était présent dans de nombreuses contrées, surnommé notamment l’instrument des bergers d’Orient et d’Occident, ce qui laisse supposer qu’il était utilisé bien au-delà des seules vallées alpines. Il permettait, il n’y a pas si longtemps encore, aux bergers de communiquer entre eux grâce à un langage très codifié. Le portable avant l’heure.

Retour en grâce
Et pourtant il a été utilisé dans quelques thèmes de symphonies par de grands compositeurs comme Brahms, Strauss ou Malher. Mais le cor des Alpes était resté cantonné à ce rôle folklorique. Or les choses changent, depuis une dizaine d’années l’instrument revient à la mode. Des ensembles amateurs ont vu le jour et des musiciens professionnels, trompettistes, trombonistes et cornistes (d’harmonie), (re)découvrent cet instrument de la famille des cuivres, si proche du leur. Et petit à petit le cor des Alpes sort de son « univers » traditionnel pour faire quelques incursions dans d’autres styles musicaux et notamment le jazz.

Sandro Faïta, un des cinq facteurs français de cor des Alpes, dans son atelier de la Croix-Rousse à Lyon
Sandro Faïta, un des cinq facteurs français de cor des Alpes,
dans son atelier de la Croix-Rousse à Lyon. © Stéphane Hilarion

Plus de 60 heures de travail
Sa longueur détermine la tonalité de l’instrument. La version la plus répandue est un cor en fa qui mesure 3,52 mètres de long. Mais cela peut aller jusqu’à 4,50 mètres. Les cors sont fabriqués en quatre parties, en épicéa, un bois de résonance, tendre et... léger. Ce qui a toute son importance vu la taille de l’instrument. Au final le cor ne fait plus que 8 mm d’épaisseur. En tout il faut à Sandro Faïta plus d’une soixantaine d’heures pour réaliser un cor, entièrement à la main.

De la scène à l’atelier
Sandro Faïta aurait pu mener une belle carrière de soliste. Diplômé du Conservatoire national supérieure de musique de Lyon, il remporte plusieurs concours internationaux prestigieux à Munich, Paris ou encore Osaka. Dans la foulée il est recruté comme cor solo à l’orchestre de la radio-télévision suisse italienne à Lugano puis rejoint l’Orchestre des Pays de Savoie.

Après une dizaine d’années, le musicien professionnel vit de plus en plus mal la « routine » de l’orchestre et décide de changer de vie. « J’avais envie de faire quelque chose des mes mains. L’envie de créer, de fabriquer. J’ai sans doute hérité ça de mon grand-père qui était sculpteur. Et j’avais aussi envie de mettre mon talent de musicien au service de l’instrument, pour chercher à l’améliorer, innover. »

Il reprend la suite d’un maître ébéniste de la Croix-Rousse auprès de qui il se forme sur le tas, à l’ébénisterie d’art. Il rebaptise l’atelier Résonancebois et tout va ensuite très vite. En deux ans il a déjà fabriqué une cinquantaine de cors, vendus 3000 euros pièce. Ses clients, amateurs passionnés comme musiciens professionnels, viennent de France, de Belgique, du Luxembourg et désormais aussi de Suisse. Une belle reconnaissance de la qualité de son travail et de son amour pour cet instrument vraiment étonnant.

Stéphane Hilarion
France Télévisions

Accédez à l’article source


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur la vignette




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Saoul comme la bourrique à Robespierre
 
 Ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd'hui
 
MANIFESTATIONS
 Exposition gourmande sur le chocolat d'Annecy
 
 Plongée dans Les temps mérovingiens au musée de Cluny
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 2cv (Une) en bois prête à rouler, oeuvre d'un ébéniste de Loches
 
 Tonnelleries de Gironde : un savoir-faire reconnu
 
 Aubusson : l'univers fantastique de Tolkien en tapisseries
 
 Papeteries de Deluz dans le Doubs : des bâtiments en péril
 
 
Et puis aussi...
 
 Récolte de l'or rouge, surnom du safran, à Auxonne en Côte-d'Or (Bourgogne)
 
 Moulin (Le) à couleurs d’Ecordal fait des Sienne
 
 Des yourtes dans le marais poitevin
 
 Réussite de la jeune brasserie Cambier à Croix (Nord)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 73 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services