Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 30), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 30 (Avril/Mai/Juin 2009)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 30 : feux de la Saint-Jean ; Chauliac ; varech ; révolte populaire ; ménestrels ; miracles de saint Livier...
Numéro 30
(Avril/Mai/Juin 2009)
 
Lorsque les ouvriers ont arraché le varech, ils le transportent sur la partie élevée du galet où la marée ne doit pas monter ; ils l’y étendent, l’y font sécher, et l’amassent ensuite en monceaux au pied de la falaise où il doit être brûlé. Les scientifiques chargés d’enquêter sur l’éventuelle nocivité de la fumée de (...)
Publié le jeudi 21 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

La description donnée par Ovide des fêtes équinoxiales du printemps incline à penser les feux de la Saint-Jean, qui se déroulent lors du solstice d’été, entés sur une pratique religieuse antérieure au (...)
 
Dans les villages des Hautes-Pyrénées, les préparatifs du feu de la Saint-Jean commencent dès le 1er mai. Ce jour-là, les habitants de chaque commune choisissent sur leur territoire l’arbre le plus (...)
 
Emile Souvestre nous apprend qu’au XIXe siècle, la fête de la Saint-Jean est remarquable dans toute la Basse-Bretagne. Dès la veille, on voit des troupes de petits garçons et de petites filles en (...)
 
Passant dès 1608 de l’écurie au salon, la longue et étroite botte en cuir de Roussy qui exige du pied de passer sous l’eau froide pour être portée, cède bientôt sa place à la courte botte à entonnoir, (...)
 
Suivant Quicherat, l’emploi du cirage remonterait au Xe siècle. Il semble cependant qu’au XVIe l’on se servait d’une pierre spéciale dont la composition nous est inconnue, puisque nous lisons dans Les (...)
 
Une légende affirme qu’un esclave de Chypre sauvé d’une mort certaine par le comte Thibaut, aurait donné à la Champagne le premier cep de son histoire, signe de remerciement pour son bienfaiteur (...)
 
Jadis musiciens ambulants allant de château en château chanter lais ou chansons qu’ils accompagnaient le plus souvent avec la viole, les ménestrels ou ménétriers se regroupent dès 1321 en confrérie, (...)
 
Si les statuts de 1321 furent le principal code des ménétriers durant le XIVe siècle, ils ne furent pas l’unique. En effet, une ordonnance rendue le 27 octobre 1372 défend aux ménétriers de donner des (...)
 
Emule des plus fameux violons du siècle, occupant à la cour la place de premier violon de la chapelle et de maître de musique du dauphin, père de Louis XIV, Jean-Pierre Guignon eut assez de crédit (...)
 
D’une naissance distinguée, Livier prend part à la lutte contre les Huns lorsqu’en 450 ces derniers menacent Metz et son territoire natal, avant d’être par eux capturé, torturé puis décapité, sa mort (...)
 
La biographie et la liste de miracles de Livier que nous livre Ramberviller dans son ouvrage paru en 1624, devaient attirer l’attention du public, plus particulièrement des protestants ; de son (...)
 
Dans un passage de son dialogue, Ferri écrit : « Nous lui demandasmes si donc il croyait qu’il n’y eust jamais eu aucun sainct de ce nom [Livier], et que tout ce que l’on disoit des miracles fust (...)
 
Avant d’être régi par des lois écrites, le peuple fut soumis à celles consacrées par l’usage et des traditions, plus simplement la coutume, prouvée par dix témoins au sein du parloir des bourgeois et (...)
 
Assemblés à Tours le 15 janvier 1484, les états généraux réclamèrent contre l’inexécution des dispositions prises en 1453 par Charles VII, dans le cahier qu’ils présentèrent à Charles VIII et à son (...)
 
Honoré à Lhuys où une fontaine lui est dédiée, saint Crapard ou Agrapart partage avec Guislain et Troncin le privilège de guérir les coliques des petits enfants et avec Audebert, celui de fortifier ceux (...)
 
Connu des Chinois depuis les temps les plus reculés et importé de Perse en Europe, le pêcher est cultivé dans les jardins français depuis au moins le VIe siècle, la qualité des espèces étant (...)
 
Dans un mémoire publié en février 1755 dans le Journal économique, l’abbé Roger Schabol affirme qu’au début du XVIIe siècle « des gens de Montreuil, après avoir mangé des pêches de vigne de Corbeil, (...)
 
Connues des Romains qui en dotaient leurs édifices publics, les latrines ont également leur place au sein de nos abbayes, monastères et châteaux du Moyen Age, mais ces lieux où l’on se retirait pour (...)
 
En 1670, une pétition adressée à Louis XIV par un aspirant concessionnaire sollicitant la permission d’introduire, sous certaines conditions, un peu d’hygiène dans la demeure royale, émet pour la (...)
 
Les conseils de Mercier dans son Tableau de Paris d’éviter les latrines publiques n’étaient que trop suivis, car selon Franklin, « les voies étroites, les passages, les quais, les jardins publics (...)
 
A Vétheuil, la fête patronale annuelle s’appelait la « Notre-Dame de Septembre », commémorant la nativité de la Vierge, le 8 septembre, et reportée au dimanche qui suivait cette date, en fait au deuxième (...)
 
Durant l’époque féodale, le sol se trouvait divisé en une multitude de fiefs ou domaines nobles d’une étendue fort variable, et dont certaines portions détachées étaient tenues sous le nom (...)
 
Père putatif du système giratoire de circulation au sein des carrefours qu’il mit dans un premier temps en œuvre à New York en 1905, l’Américain William-Phelps Eno argumente quelques années plus tard en (...)
 
Avec l’ordonnance d’août 1681, la coupe du varech ou goémon, incontournable herbe marine utilisée comme engrais par les provinces maritimes ou brûlée par celles-ci pour produire la soude, est désormais (...)
 
Les restrictions imposées la déclaration royale de 1731 ne tardèrent pas à se faire sentir : les riverains n’ayant plus la faculté de couper et faire brûler librement le varech pour en fabriquer des (...)
 
Lorsque les ouvriers ont arraché le varech, ils le transportent sur la partie élevée du galet où la marée ne doit pas monter ; ils l’y étendent, l’y font sécher, et l’amassent ensuite en monceaux au pied (...)
 
C’est en 1750 et afin de pallier les fréquentes disettes affamant la population que Stanislas, duc de Lorraine depuis 1737, crée des magasins de blé destinés, lors de médiocres récoltes, à prévenir la (...)
 
Les magasins de blé avaient causé la révolte ; l’un des effets de cette révolte fut de les supprimer. L’Etat avait essayé de résister. Le 23 mai 1771, un arrêt du Conseil attribuait à l’intendant la (...)
 
En 1761, Marie-Claire d’Esparbès de Lussan, issue d’une noble famille ayant fourni à l’Etat et aux rois de fidèles et généreux serviteurs, affirme que des conjurés en veulent à la vie de Sa Majesté, (...)
 
L’autorité ecclésiastique, non contente de sévir contre les clercs qui violaient les lois de la chasteté, punissait également leurs complices. Le 45e canon du concile de Tolède, en 633, ordonnait ainsi (...)
 
La Curne-de-Sainte-Palaye écrit au sujet d’un chevalier manquant à ses devoirs qu’il « était d’abord conduit sur un échafaud, où l’on brisait et foulait aux pieds, en sa présence, toutes ses armes et les (...)
 
Le terme bigre est issu du terme latin apiger, c’est-à-dire qui gouverne les mouches à miel : qui gerit, qui regit apes ; d’apicurus, qui curat apes, qui a soin des abeilles. De l’un et de l’autre de (...)
 
Doué d’une heureuse perspicacité, d’un esprit droit et d’une raison sévère, le garçon de ferme Guy de Chauliac devient docteur en médecine, prêtre, chambellan, chapelain et médecin du pape, se distingue (...)
 
Ne rapportant pas seulement la peste à l’influence alors très en vogue des astres et qu’il vaut mieux invoquer comme cause surnaturelle pour satisfaire l’ignorance du peuple - il cherche à expliquer (...)
 
Guy de Chauliac était maître en médecine de l’Université de Montpellier, le plus haut grade dans cet art, et que l’on n’obtenait qu’après de longues études, avoir passé par le baccalauréat et la licence, (...)
 
Fondée sur ordre d’Auguste par une colonie de soldats venus d’Égypte, la ville de Nîmes frappe bientôt une médaille consacrant l’empereur victorieux et représentant un symbolique crocodile enchaîné à un (...)