Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 1er juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 14), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 14 (Avril/Mai/Juin 2005)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 14 : bains ; mal des Ardents ; éclairage public ; cèdres de Jussieu ; droit de cuissage ; lanternes des morts...
Numéro 14
(Avril/Mai/Juin 2005)
 
Aspirant dès l’enfance à vivre une existence d’ermite, Pierre de Mouron fonde un ordre religieux plébiscité, avant qu’en 1294, les cardinaux ne se tournent vers lui, désespérant de trouver un successeur au défunt Nicolas IV...
Publié le mercredi 13 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, les rues des villes se changent en coupe-gorge la nuit venue, les ordonnances successives imposant aux riverains de suspendre des « lanternes et chandelles ardentes » (...)
 
Une sentence de police du 3 septembre 1734 rendue contre quelques bourgeois récalcitrants, fait connaître les abus auxquels donnaient lieu les élections de commis allumeurs. On y lit que « plusieurs (...)
 
Apothicaire par métier, Quinquet logeait aux halles, rue du Marché-aux-Poirées, et rencontra en 1784 chez le célèbre Réveillon, du faubourg Saint-Antoine, le médecin genevois Argand, qui lui décrivit (...)
 
Observée en France dès le XVIe siècle, l’attirance pour l’écrit de la main de l’auteur frôle l’idôlatrie au lendemain d’une Révolution prônant pourtant la destruction de précieux documents historiques. Un (...)
 
Un scandale littéraire et scientifique d’une audace inouïe sortit des Comptes rendus de l’Académie des sciences en 1867. Amateur d’autographes, le géomètre Michel Chasles avait été dupé par un faussaire, (...)
 
Si la coutellerie est l’une des plus vieilles industries que l’homme ait pratiquée, elle connaît un considérable essor au Moyen Age, la distribution annuelle de couteaux aux officiers de bouche y (...)
 
A la fin de l’apprentissage, le jeune ouvrier restait à la discrétion du maître, et s’il voulait plus tard accéder à la maîtrise, il devait surmonter des obstacles nombreux et coûteux. Le monopole se (...)
 
En réponse aux attaques portées par les couteliers de Langres, les marchands exhortaient ceux-ci à mieux surveiller la fabrication et à faire en sorte que les ouvrages de bonne qualité fussent seuls (...)
 
C’est le botaniste Bernard de Jussieu qui ramène d’Angleterre en 1734 deux cèdres du Liban, dont la légende affirme trop vite qu’il les avait abrités dans son chapeau après un voyage en terre sainte. (...)
 
Bernard de Jussieu planta le second cèdre dans la Pépinière du Roi, singulièrement amoindrie depuis qu’en 1719 une partie des terrains avait été envahie par les officiers de la Monnaie de (...)
 
Objet d’un pèlerinage annuel depuis la Renaissance, la statue de la Vierge aurait été trouvée par une vache dont le comportement intrigua la population : histoire singulière mais pas unique dans la (...)
 
Apparues au XVIe siècle, les poches détrônent la proéminente braguette, appendice reliant chausses et hauts-de-chausses, et abritant gants et mouchoir. Caches d’armes, elles sont prohibées en 1563 (...)
 
Dès le 23 octobre 1398, le roi Charles VI adressait au prévôt de Paris des lettres permettant aux chaussetiers de la capitale de vendre des chausses garnies d’aiguillettes et de lanières, qui moins (...)
 
Le recours aux ceintures pour y mettre de l’argent n’est pas probable chez les femmes de l’Antiquité : elles n’étaient pas chargées de la bourse, ni d’acheter les objets nécessaires aux besoins du (...)
 
Quelques usages d’autrefois des habitants du pays d’Aix-les-Bains à l’occasion des naissances ou mariages, offrent de curieuses singularités. A la naissance d’un enfant, on plante un arbre en (...)
 
Construire un carré dont la surface soit égale à celle d’un cercle donné, constituait le problème de la quadrature du cercle dont on sait aujourd’hui qu’il est (...)
 
Dans la Bretagne de la fin du XIXe siècle, à Liffré (Ille-et-Vilaine), lorsque les foins ont été coupés et enlevés dans certaines prairies, des jeunes gens arrivent sur les lieux, avec un coq, une pelle (...)
 
Fondé au VIIe siècle par trois moines que saint Omer missionna pour évangéliser la contrée, le riche et notoire monastère de Saint-Bertin qui servit de refuge au dernier roi mérovingien Childéric III (...)
 
Vincent de Beauvais, l’une des gloires de l’ordre dominicain et célèbre érudit, relate au XIIIe siècle un prodige, dans son Miroir historique. Revenant en 1163 d’un voyage à (...)
 
L’absence de statuts exclusivement attribués aux cardeurs au XVe siècle, donne à penser qu’initialement groupés avec les foulons, ils n’eurent de cesse de s’en détacher tout en souhaitant garder un (...)
 
Connus et appréciés des Anciens, les bienfaits des bains séduisent également les Francs dès le haut Moyen Age, et au XIIIe siècle, on retrouve à Paris et en province des étuves fréquentées par tous, (...)
 
Au sein de la capitale, la rue anciennement appelée des Etuves, dans le quartier Saint-Eustache, était autrefois consacrée aux bains des hommes, tandis que celle des Vieilles-Etuves, dans le (...)
 
Un proverbe populaire, rapporté et commenté par Béroalde de Verville dans son Moyen de parvenir, montre que les femmes honnêtes osaient s’enorgueillir de ne jamais se permettre d’ablutions secrètes, (...)
 
C’est au XVIIe siècle que le Mal des Ardents, maladie endémique et mortelle du Moyen Age à laquelle on attribuait une cause surnaturelle, fut identifié comme l’ergotisme, gangrène due à l’absorption de (...)
 
En l’an 994, tomba sur les humains une peste de feu si âpre et si furieuse qu’elle brûlait les corps indistinctement, tant que tout était infect de maladie. Les vivants en étant frappés étaient (...)
 
Au XVIIIe siècle Salerne, correspondant de l’Académie des sciences, fit bouillir une provision de seigle contenant un bon tiers d’ergot, avec du son de froment, pour en nourrir un petit cochon (...)
 
Instituée au VIe siècle par l’évêque de Noyon saint Médard sur sa commune de Salency, elle consistait en l’élection de la fille la plus vertueuse du village, puis un couronnement en grande pompe et la (...)
 
Forteresse du XIIIe siècle appartenant aux Las Tours jusqu’en 1591 et démantelée à la Révolution pour devenir une carrière de pierres jusqu’au milieu du XXe siècle, le château de (...)
 
Louis XI n’était pas occupé sans cesse à transmettre ses ordres féroces à son compère Tristan, ou à marmotter des prières devant les petites bonnes-vierges d’étain suspendues autour de son (...)
 
La cloche, bénite pour convoquer le peuple à la prière commune et chasser les démons qui déchaînent l’orage, la peste et les autres fléaux, fut bien souvent un sujet de conflit, surtout dans les églises (...)
 
Petits édicules construits dès le XIIe siècle dans les cimetières et encore en nombre dans le Limousin ou le Poitou, les lanternes des morts ou fanaux funéraires protégeaient de leur lueur (...)
 
On lit très souvent dans les chroniques que tel prince, tel évêque, tel architecte, qui avait bâti une cathédrale demandait à être inhumé sub stillicidio. C’est ainsi que d’abord, quand les conciles (...)
 
En Normandie, les lanternes des morts prirent un caractère particulier les faisant confondre avec les cheminées du Moyen Age, car elles étaient accolées à des habitations. Mais la présence, pour les (...)
 
Mis en lumière par nombre d’historiens du XVIIIe siècle, le prétendu droit que s’arrogeait le seigneur de passer la première nuit avec la nouvelle mariée, offrit aux Révolutionnaires un argument de (...)
 
En 1856, Eugène Bonnemère affirmait sans plus de précision qu’au début du XIVe siècle, le clergé « dut renoncer à exercer en nature son droit de markette » après avoir mis une amende sur les adultères, et (...)
 
L’examen d’un procès achevé le 17 juin 1604 dont les détails figurent dans Plaidoyers et actions graves et éloquentes de plusieurs fameux advocats du Parlement de Bourdeaus et arrests sur ce intervenus (...)
 
Aspirant dès l’enfance à vivre une existence d’ermite, Pierre de Mouron fonde un ordre religieux plébiscité, avant qu’en 1294, les cardinaux ne se tournent vers lui, désespérant de trouver un successeur (...)