Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire de France : magazine (numéro 6), revue historique

Vous êtes ici : Accueil > Le Magazine 36 pages > Numéro 6 (Avril/Mai/Juin 2003)
Le Magazine 36 pages
Au sommaire du NUMÉRO 6 : excès de vitesse ; retraites ; Nicolas Flamel ; voiture à vapeur ; concubinage des prêtres ; chocolat...
Numéro 6
(Avril/Mai/Juin 2003)
 
Assis sur un banc et installés dans presque toutes les villes de France, les changeurs étaient indispensables au bon fonctionnement des échanges commerciaux, ayant même leur emplacement déterminé dans la capitale, sur le Grand Pont ou Pont au Change. Un seul exerçant à Paris en 1609, la confrérie cessa d’exister, et les banquiers - dont le nom est issu (...)
Publié le lundi 11 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
La France pittoresque, c'est aussi le premier magazine de la petite Histoire de France : une revue de 36 pages couleur lancée l'hiver 2001/2002, s'appuyant sur des chroniques d'époque et abondamment illustrée de gravures anciennes. Pour partir sur les traces de ses ancêtres et mieux connaître ses racines.

Constituée d'ARTICLES DE FOND permettant au lecteur de connaître les POINTS-CLÉS de chaque thème abordé, ainsi que les ANECDOTES historiques et piquantes qui s'y rapportent, cette publication aborde tous les aspects d'une vie oubliée ou méconnue, des traditions aux légendes, en passant par les métiers, les industries, les inventions, les fêtes, les institutions, les rites ou encore les personnages ayant marqué leur temps. Lancée en décembre 2001, cette revue sans publicité de la France d'autrefois, porte un regard original et inhabituel sur notre passé. Magazine culturel et de loisir mettant en avant l'Histoire enrichissante et piquante, sa ligne éditoriale en rend la lecture accessible à tous.

Au sommaire de ce numéro...

Si l’on trouve trace chez le peuple romain du recours au focal pour se protéger la gorge du froid, les Gaulois n’en usèrent point, et nos ancêtres ne découvrirent l’art de s’emprisonner le cou qu’à (...)
 
Dans Les Lois de la galanterie française, paru en 1644, on peut lire un passage retraçant avec quelques interversions les vicissitudes de l’habillement du cou depuis Henri IV. L’on doit avoir esgard (...)
 
La fin de la Terreur voit éclore une mode vestimentaire extravagante et onéreuse. Au sortir de la Terreur, plus de six cents bals publics témoignent à quelle joie folle se laissa emporter la (...)
 
Cette coutume, dont l’origine se perd dans la nuit des temps, consistait chez les Égyptiens en la plantation de rameaux verts devant la porte de hauts dignitaires. Marque de respect, elle s’est (...)
 
Une coutume des plus curieuses du mois de mai, c’est en Lorraine qu’il faut l’aller chercher. On y appelle trimazos trois jeunes filles vêtues de robes blanches, parées de rubans et de fleurs, qui, le (...)
 
Quelle étrange expérience, menée à la fin du XIXe siècle, que celle de nourrir les enfants d’un hospice parisien au lait d’ânesse pour les sauver de la mort et leur insuffler l’endurance au mal, la (...)
 
Mise au point par Cugnot en 1769, la voiture à vapeur est l’aboutissement d’études entreprises dix-huit siècles plus tôt. Elle doit sa genèse, lente et semée d’embûches, à Héron d’Alexandrie qui met en (...)
 
Ce petit instrument consiste en un vase métallique creux et percé d’un seul trou qui se trouve ordinairement à l’extrémité d’une espèce de col ou de partie allongée. Lorsqu’on y a introduit de l’eau et (...)
 
La voiture de Cugnot était mise en mouvement par une machine à vapeur à simple effet, composée de deux cylindres de bronze disposés verticalement, et dans lesquels la vapeur, introduite au moyen d’un (...)
 
Les périodes ténébreuses et troublées ont souvent fait le lit des prophéties les plus diverses. Si les Égyptiens accordaient généreusement au monde une durée de vie supérieure à 36000 ans, on notera la (...)
 
C’est le cruel conquérant espagnol Cortez qui, assoiffé d’or, découvre en 1519 le chocolat au Mexique, trouvant ce breuvage peu ragoûtant. Perfectionnant la « boisson des Dieux », l’Espagne en garde (...)
 
Jusque vers la fin du XVIIe siècle, le commerce du cacao passait inaperçu ; mais à cette époque, le gouvernement reconnut que, leur importation suivant une marche ascendante et le public les (...)
 
Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, l’économie domestique fit à cette époque de nouvelles acquisitions aussi utiles qu’agréables, telles que le café, le thé et le (...)
 
Où l’on apprend que son château, édifié au XIVe siècle, fut vendu à Louis XVI qui ne s’acquitta point de sa dette, et que les seigneurs de cette île fière d’être française mais résolument indépendante (...)
 
Un passage de rochers né par une brûlante journée d’été, sous les yeux du Diable et de saint Martin. L’île d’Yeu a été habitée de toute antiquité, et les tribus gauloises y ont laissé de nombreux dolmens de (...)
 
Pâtre natif d’Auvergne, Gerbert d’Aurillac illumine son époque, puisant dans les ouvrages des idées qui l’instruisent, le consolent ou le dirigent. Osant défier le pouvoir de Rome plusieurs siècles (...)
 
La propreté ne fleurit pas moins dans le XIVe siècle que dans nos temps modernes. Les statuts des établissements de la ville de Marmande, dont certaines dispositions remontent à l’année 1339, (...)
 
Tous les arrêts condamnant les criminels à être rompus disent toujours qu’ils seront rompus vifs, mais, le plus souvent, les juges mettent un retentum au bas qui dit, ou qu’ils endureront seulement un (...)
 
En brisant le système des corporations, la Révolution risquait de laisser orphelins une population ouvrière dont les pensions ne seraient plus garanties. Si la création d’un « grand livre de (...)
 
Pour pallier la ruine découlant du système des rentes viagères garanties par les États, le napolitain Tonti propose la constitution de sociétés composées de personnes du même âge, apportant une même (...)
 
Le portrait caustique, brossé en 1879, du politicien usant habilement de sa plume pour berner ses contemporains et se forger une grande notoriété, toute ressemblance avec des personnages existants (...)
 
Où le contrat d’un seigneur avec son jardinier nous enseigne quelles fleurs l’on se plaisait alors à cultiver pour leur beauté, leurs exhalaisons et leurs vertus médicinales, du grenadier à l’aspic, en (...)
 
Les Anciens avaient écrit qu’on pouvait, à son gré, retarder ou avancer la fructification d’un arbre. Il ne faut pour cela, selon eux, que le greffer sur un autre, dont la végétation est plus lente, (...)
 
En février, à Chambly, près de Beaumont-sur-Oise, une fête assez étrange avait attiré environ cinq mille personnes. Chambly est une charmante petite ville de 1300 âmes environ, anciennement fortifiée, (...)
 
De tout temps, en France, mais surtout au quinzième et au seizième siècles, les jeux de mots, les « équivoques à deux ententes » que l’on appelait aussi des entends-trois, les rébus, etc., ont été en (...)
 
Si la signification de la locution croquer le marmot fait l’unanimité - attendre longtemps avec impatience -, son origine est loin d’être aussi claire. En peinture, croquer, c’est faire l’esquisse (...)
 
Le samedi 19 février 1480, à deux heures de l’après midi, se réunissait par ordre de Louis XI, dans l’hôtel de ville de Tours, une assemblée choisie ; on y comptait le maire et quatre échevins de la (...)
 
Il y a plus de six cents ans, Nicolas Flamel, personnage dont l’existence est encore nimbée de mystère, faisait à Paris l’acquisition pour deux florins d’un ouvrage qui allait lui révéler le fabuleux (...)
 
Édifiée en 1407 par Nicolas Flamel, la maison du 51 rue de Montmorency à Paris est reconnue comme étant la plus ancienne demeure de la capitale. Elle abrite de nos jours l’auberge Nicolas Flamel, ses (...)
 
Nicolas Flamel narra ses recherches et expériences sur la pierre philosophale. Voici un extrait du récit de sa découverte... Finalement, je trouvais ce que je désirais, ce que je reconnus aussitôt (...)
 
Assis sur un banc et installés dans presque toutes les villes de France, les changeurs étaient indispensables au bon fonctionnement des échanges commerciaux, ayant même leur emplacement déterminé (...)
 
Pour les changeurs ayant le privilège d’exercer leur activité dans les foires accueillant les marchands de l’Europe entière, le métier s’avérait particulièrement (...)
 
Bien qu’il y eut un temps où l’Église a donné un sens favorable au nom de concubine, il n’a pas passé le quatrième siècle ; car dès le commencement du cinquième, elle n’appliquait cette expression qu’aux (...)
 
Dérivant de la lyre grecque, la guiterne était à la mode au seizième siècle, avant de donner naissance à l’actuelle guitare, que l’on « abandonna » aux musiciens des rues au XIXe siècle... La guitare, (...)
 
Dès le XVIIIe siècle, l’État adopte des mesures sévères visant à endiguer l’inclination des conducteurs de carrosses au stationnement désordonné. Devant l’accroissement du nombre de véhicules hippomobiles, (...)
 
Imaginé par les ingénieurs de l’école d’Alexandrie, l’odomètre fut perfectionné par les Chinois en 1027. En France, ce sont les voitures des cochers qui en feront l’expérience, dans la seconde moitié du (...)
 
En 1841, le préfet de police Delessert jugea convenable de réunir en un seul règlement tout ce qui intéressait le service des voitures, et lança le 15 janvier une ordonnance complète sur la matière. (...)