LA FRANCE PITTORESQUE
SAINTE GERMAINE DE PIBRAC
(Histoire de)
(par l’abbé Salvan)
Publié le mardi 25 mars 2014, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Il y a des aventures individuelles dont l’héroïsme au quotidien force le respect et qui trouvent leur justification dans l’exercice même de qualités humaines essentielles. Difficile, en effet, ici, de gloser sur la foi religieuse, voire sur la présence, ou non, du surnaturel, face à une existence qui ne fut qu’une longue plaie vivante et dont la métamorphose, réalisée post mortem, constitue une histoire en marge de l’histoire.

Tel fut le cas, en effet, de sainte Germaine, de Pibrac, qui reçut disgrâces et infirmités en partage, vécut détestée et brutalisée par sa propre famille et fit de ce calvaire de plus de vingt années une offrande à Dieu pour la rémission des péchés des hommes, vouée, après sa mort, par ceux-ci, « puissants ou misérables », à la plus grande vénération. Très tôt, Germaine entendit « le bruit des armes et les cris des factieux » (protestants contre Ligueurs), sans en mesurer la portée exacte, mais il est hors de doute que les jours qu’elle passa dans le calme et la solitude de la vie pastorale firent lever en elle, la réflexion aidant, les belles moissons futures.

L’exercice de la charité et des vertus chrétiennes, à Pibrac et dans sa région, vont faire d’elle une personne d’exception de son vivant, mais c’est la postérité qui lui rendra un hommage flamboyant. Sans doute le fait que la famille du Faur de Pibrac, dont l’auteur retrace l’histoire, se soit émue du sort de la bergère, de tant de détresse associée à tant de grandeur...

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE