LA FRANCE PITTORESQUE
FRONSAC (Le Duché de)
des premiers vicomtes
aux ducs de Richelieu
(par le général Soulé)
Publié le mardi 25 mars 2014, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Le tertre de Fronsac qui termine, au confluent de deux rivières, la chaîne de collines séparant le bassin de l’Isle de celui de la Dordogne, fut-il un site déterminant dans le destin de la cité jalonné d’heures tragiques et glorieuses ? Ce qui est sûr, c’est que cette hauteur qui dominait tout le pays était habitée dès l’époque de l’occupation romaine, qu’elle fut « le marché sacré, lieu de foire et de prières d’un vicus », celui de la partie orientale du pagus des Bituriges, qu’une place forte y a été construite et que tous les seigneurs de Fronsac y ont résidé.

Ce qui signifie que sur ce terroir qui semblait béni des dieux avec ses terres de culture, ses villages et les forêts qui le bordaient, ce sont le talent et le courage des hommes qui lui forgèrent un passé. Charlemagne y construisit le château de Fronsac pour des raisons stratégiques en 769 et une dizaine d’années plus tard il y bâtit l’église de Saint-Martin qu’il donna à des moines bénédictins, animés par la foi qui et par le souci d’établir une puissance politique et religieuse.

C’est grâce à sa sagesse et à sa probité qu’Ays devint le premier vicomte de Fronsac, mais c’est aussi leur esprit belliqueux et leur rapacité qui poussèrent les seigneurs de Guyenne à se jeter, les uns contre les autres, dans des luttes continuelles, tandis que leur alliance, au XIIIe siècle, contre les Anglais, était motivée, elle, par la volonté, très noble, de se soustraire à la domination étrangère. Tout au long de cette véritable...

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE