LA FRANCE PITTORESQUE
Dans la tempête adore l’écho
()
Publié le vendredi 13 avril 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Maxime de Pythagore, qui signifie : dans les troubles civils, retire-toi à la campagne
 

Pope interprète différemment cette maxime dont le texte grec est traduit plus littéralement de la manière suivante : Quand les vents s’élèvent, rends tes hommages à l’écho. Il pense que Pythagore a voulu dire : Quand tes oreilles sont frappées de toutes sortes de rumeurs, n’ajoute foi qu’au second rapport. Mais une telle explication n’est point reçue, quoiqu’elle soit plus naturelle que l’autre, et plus conforme à la nature de l’écho.

Les Grecs exprimaient encore l’avantage de ne point se mêler aux agitations populaires par ce proverbe : La foudre épargne ceux qui dorment ; car ils croyaient que le corps de l’homme, pendant le sommeil, était dans un état propre à neutraliser les effets du feu du ciel. Les lecteurs curieux de connaître les raisons physiques sur lesquelles se fondait cette opinion erronée, les trouveront dans les Symposiaques de Plutarque (livre IV, quest. 49). Les Chinois disent : L’hirondelle qui est dans son nid voit d’un oeil tranquille les batailles des vautours.

Une loi de Solon, tout à fait contraire au précepte de Pythagore, décernait des peines contre ceux qui gardaient la neutralité quand les partis en venaient aux mains. L’objet de cette loi était d’arracher l’homme de bien à une inaction funeste, de le jeter au milieu des factieux, et de sauver la cité par l’ascendant de la vertu.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE