LA FRANCE PITTORESQUE
9 mai 1204 : Baudouin,
comte de Flandre,
est élu empereur d’Orient
()
Publié le mercredi 8 mai 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Après la prise de Constantinople, par les Français et les Vénitiens, (12 avril) les croisés nommèrent douze électeurs pour choisir un empereur, six Français et six Vénitiens.

Baudouin couronné empereur d'Orient
Baudouin couronné empereur d’Orient

Le choix tomba sur Baudouin, comte de Flandre ; mais avant que de procéder à l’élection, les chefs de la croisade avaient eu soin de se resserrer des lots qui restreignirent beaucoup le nouvel empire.

Le marquis de Montferrat eut la Thessalie, on l’érigea en royaume ; le comte de Blois eut la Bithynie avec le titre de duché ; un gentilhomme de Bourgogne, nommé la Roche, obtint Athènes : de là vinrent les sires de Thèbes et les ducs d’Athènes. Guillaume de Champlite, seigneur franc-comtois, eut l’Achaïe, ou la Grèce proprement dite.

On créa diverses autres principautés pour les différents chefs de l’armée ; mais les mieux partagés furent les Vénitiens ; ils eurent les îles de l’Archipel, et les villes des côtes de Phrygie, qui n’avaient point subi le joug des Turcs. L’empereur latin n’avait même la souveraineté que dans un quart de la ville de Constantinople, dont les trois autres quarts étaient partagés entre les Français et les Vénitiens.

L’année qui suivit son couronnement, Baudouin fut défait, le 15 avril, près d’Andrinople, et fait prisonnier par Joannice, roi des Bulgares, que les Grecs avaient appelé à leur secours. Ce roi barbare, après avoir retenu Baudouin près d’un an dans les fers, lui lit couper les bras et les jambes, et jeter le tronc dans un précipice, où il fut la proie des oiseaux, et mourut au bout de trois jours. Son frère Henri Ier lui succéda.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE