LA FRANCE PITTORESQUE
22 avril 1758 : mort de l’aîné
des Jussieu, nom à jamais célèbre
dans la botanique
()
Publié le dimanche 21 avril 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Trois frères, du nom de Jussieu, ont rendu ce nom à jamais illustre dans la botanique. Antoine, Bernard et Joseph de Jussieu, tous trois de l’Académie des sciences, tous trois grands botanistes, tous trois nés à Lyon, Antoine en 1686, Bernard en 1699, et Joseph en 1704, tous trois attachés au Jardin du Roi, ont porté au plus haut degré la science qu’ils professaient, et ont beaucoup voyagé dans cette vue.

On a d’Antoine de Jussieu une multitude de mémoires très curieux, tant sur la botanique que sur d’autres objets, dans le Recueil de l’Académie des sciences.

Bernard de Jussieu, son frère, le surpassa encore par ses connaissances botaniques. C’est à lui qu’on doit l’édition de l’histoire des plantes qui naissent aux environs de Paris, par Tournefort. On lui doit aussi le cèdre du Liban, qui manquait au Jardin des Plantes. Il eut le plaisir de voir les deux pieds de cet arbre, qu’il avait apportés d’Angleterre dans son chapeau, croître par ses soins, et porter leurs cimes au-dessus des plus grands hommes. Bernard de Jussieu mourut à la fin de 1777, âgé de 79 ans.

Antoine de Jussieu
Antoine de Jussieu

Joseph de Jussieu accompagna en 1735 La Condamine au Pérou, et n’en revint qu’en 1771, après avoir bravé beaucoup de dangers pour faire des découvertes en botanique, et y avoir exercé la médecine avec distinction. Doué d’une grande variété de talents, il fut encore employé par les Péruviens comme ingénieur. Il construisit un pont et dirigea des chemins, tandis qu’il guérissait des malades. Il devait publier le journal de ses voyages lorsqu’il tomba en enfance : la perte absolue de sa mémoire fut suivie d’un assoupissement qui termina sa laborieuse carrière le 11 avril 1779.

Pour en savoir plus sur Antoine de Jussieu : CLIQUEZ ICI

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE