LA FRANCE PITTORESQUE
Guépins d’Orléans
()
Publié le mardi 2 avril 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Habitants d’Orléans
 

L’esprit fin et railleur des Orléanais leur a fait donner ce sobriquet de guépins, qui est dérivé du bas latin guespa pour vespa, guêpe, comme l’indiquent ces vers de Théodore de Bèze :

Aurelias vocare vespas suevimus.
Ut dicere olim mos erat nasum atticum.

Bonaventure des Périers, dans son conte d’une dame d’Orléans qui aimait un écolier, oppose le terme de guépin à civil et poli. C’était, dit-il, une dame gentille et honnête, encore qu’elle fût guespine. Dans la Relation de l’entrée de l’empereur Charles-Quint à Orléans, en 1539, guespin est employé pour étudiant de la ville d’Orléans.

On trouve dans le Mercure d’octobre 1732, une autre origine que voici : « Orléans est une des plus anciennes villes des Gaules, fondée par une colonie grecque sortie des environs de l’Épire, 250 ans après la destruction de Troie. Orléans fut la plus savante ville des Gaules. On remarquait dans ses habitants un certain génie brillant qu’on ne remarquait pas dans les autres Gaulois ; aussi leur donna-t-on un nom grec signifiant pierre brillante (goespos). C’était une espèce de caillou transparent qui se trouvait aux environs de l’Épire, et qui a longtemps décoré les temples des Grecs. Le nom leur est resté depuis, et, par corruption de langage, a été changé en celui de guespin ou guêpin. »

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE