LA FRANCE PITTORESQUE
Avoir été au
trépassement d’un chat
()
Publié le vendredi 25 janvier 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Voir trouble, avoir la berlue
 

Ce dicton est rapporté dans la Comédie des proverbes et employé par Molière dans le Festin de Pierre (acte II, scène 1).

Son origine se rattache à une superstition populaire qui attribue au diable et aux sorciers le pouvoir de faire danser des fantômes devant les yeux d’une personne qu’ils veulent punir d’avoir coopéré ou assisté à la malemort d’un chat, qui, comme on sait, est un de leurs animaux favoris.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE