LA FRANCE PITTORESQUE
La probité est louée, mais elle se morfond
()
Publié le vendredi 11 janvier 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Exprime l’impuissance trop réelle de l’honnête homme à parvenir aux sommités de la fortune
 

C’est un proverbe qui est pris de cette fin d’un vers de la première satire de Juvénal : « ...Probitas laudatur et alget ». Le meilleur développement qu’il soit possible d’en faire se trouve dans les observations de divers passages de Bossuet :

« Convenons, à la honte du genre humain, que les crimes les plus hardis ont été ordinairement plus heureux que les vertus les plus renommées, et la raison en est évidente. C’est sans doute que la licence est plus entreprenante que la retenue : la fortune veut être prise par force. Les affaires veulent être emportées par la violence.

« Il faut que les passions se remuent, il faut prendre des desseins extrêmes. Que fera la vertu dans sa faible et impuissante médiocrité ? Je dis faible et impuissante dans l’esprit des hommes. Le juste n’ayant point d’action, il ne faut pas s’étonner que les succès ne soient point pour lui. »

Bossuet affirme encore : « A peine la vertu peut-elle se remuer, tant elle est renfermée dans des limites étroites ; elle se retranche tout d’un coup plus de la moitié de ses moyens. J’entends ceux qui sont mauvais ou suspects, et c’est-à-dire souvent les plus efficaces. »

Selon Bossuet toujours, « la vertu ordinairement n’est pas assez souple pour se ménager la faveur des hommes, et le vice, qui met tout en œuvre, est plus actif, plus pressant, plus prompt, et, ensuite, il réussit mieux que la vertu, qui ne marche qu’à pas comptés, qui n’avance que par mesure. »

Cette observation a donné lieu à d’autres proverbes analogues, notamment à un mot d’un seigneur de la cour de Louis XIV, du vieux Saint-Nectaire, dont le nom se changea d’abord, par euphémisme, en celui de Senectaire, et finalement en celui de Senneterre, à ce que nous apprend le docte Walckenaer. Ce seigneur disait d’une manière originale et piquante : « Les gens d’honneur n’ont point de chausses. » Son mot, cité dans une lettre de Bussy-Rabutin à madame de Sévigné, est devenu proverbe, s’il ne l’était déjà quand il le proféra.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE