LA FRANCE PITTORESQUE
Aller de porte en porte,
comme le pourceau de saint Antoine
()
Publié le jeudi 3 janvier 2013, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
S’emploie ordinairement pour désigner ces piqueurs d’assiette qui vont de maison en maison quêter un dîner ou un souper
 

L’étymologie en est facile à trouver. Au moment où le jeune roi Philippe, que Louis le Gros, son père, s’était associé, passait à Paris, près de Saint-Gervais, un cochon s’embarrassa dans les jambes de son cheval, qui s’abattit ; ce prince tomba si rudement qu’il en mourut le lendemain, 3 octobre 1131.

Il fut alors défendu de laisser courir des pourceaux dans les rues. Dans la suite, ceux de l’abbaye de Saint-Antoine furent privilégiés, les religieux ayant représenté que ce serait manquer à leur patron que ne pas excepter ses cochons de la règle générale. (Sainte-Foix)

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE