LA FRANCE PITTORESQUE
On a tant chanté, tant crié
Noël, qu’à la fin il est venu
()
Publié le lundi 24 décembre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Se dit en parlant d’une chose qui arrive après qu’on l’a fort désirée, et qu’on en a souvent parlé
 

Ce proverbe est né de l’usage où l’on était autrefois de chanter Noël avant qu’il n’arrivât.

Noël, Noël, était le refrain dont retentissaient les églises. On chantait aussi des cantiques relatifs à la naissance du Sauveur.

Dans la suite, on mit sur les airs de ces cantiques des paroles profanes, et c’était à qui chanterait ces sortes de noëls.

Les plus fameux sont ceux de La Monnoye. Ils sont écrits avec toute l’élégance et la délicatesse du patois bourguignon ; et, sous un air négligé, ils renferment des beautés et des grâces inimitables.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE