LA FRANCE PITTORESQUE
Vin versé n’est pas avalé
()
Publié le vendredi 17 juillet 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Il ne faut pas compter un seul instant sur l’avenir, pas même sur ce que nous tenons en main
 

Ce proverbe tire son origine du fait suivant : Ancée, roi de Samos, faisait planter une vigne, et pour que l’ouvrage fût achevé plus tôt, il ne donnait aucune relâche aux esclaves qu’il y employait.

Un de ces malheureux, excédé de fatigue, lui dit : « Seigneur, à quoi bon vous presser tant ? Vous ne boirez jamais du fruit de cette vigne. » Quand la vigne fut plantée et qu’elle eût produit des raisins, le roi se hâta de la vendanger.

Il se fait ensuite apporter un verre de vin nouveau, appelle son prophète et lui dit : « Ose me soutenir à présent que je ne boirai pas de ce vin. — Je n’oserais assurer que vous en boirez, répondit l’esclave ; du verre à la bouche, l’espace est assez long pour qu’il vous arrive quelque malheur. »

Ces mots étaient à peine achevés, qu’on vint annoncer au roi qu’un sanglier ravageait sa vigne. Ancée se lève sans goûter la liqueur, vole à la rencontre de l’animal qui s’élance sur lui, lui déchire le ventre et l’étend mort sur la place.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE