LA FRANCE PITTORESQUE
C’est le fils de la poule blanche
()
Publié le lundi 10 décembre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Celui qui est extrêmement heureux en toutes choses
 

Cette expression proverbiale nous vient des Romains ; elle est fondée sur cette tradition rapportée par Suétone.

Un jour que l’impératrice Livie, peu de temps après son mariage avec Auguste, allait visiter sa maison de plaisance aux environs de Véïes, un aigle laissa tomber du haut des airs, dans ses bras, une poule blanche vivante qui tenait en son bec un rameau de laurier ; accident fort singulier, que les augures regardèrent comme un signe merveilleux de prospérité pour la race impériale.

Aussi l’heureuse poule fut-elle prise en affection par Livie, et révérée à Rome à l’égal des poulets sacrés. Dès lors, son sort fut fixé : elle habita une belle ferme à laquelle on donna le nom de Villa ad gallinas, et où elle pondit tranquillement.

C’est par allusion à ce sort prospère que Juvénal a dit ironiquement à un personnage important : « Penses-tu, homme amusant par ta simplicité, qu’on doive t’excepter du reste du monde, parce que tu es le fils de la poule blanche, et nous autres de vils poussins sortis d’œufs malheureux. »

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE