LA FRANCE PITTORESQUE
6 décembre 1823 : l’empoisonneur
Edme-Samuel Castaing est guillotiné
()
Publié le mardi 4 décembre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Castaing porta sa tête sur l’échafaud en expiation du plus odieux de tous les crimes, celui d’un assassinat commis à l’ombre d’une prétendue amitié.

Edme-Samuel Castaing
Edme-Samuel Castaing

Castaing, docteur en médecine, fut reconnu coupable d’avoir empoisonné Auguste Ballet pendant un voyage de plaisir, qu’ils faisaient de compagnie à Saint-Cloud : par un testament daté du 1er décembre 1822, Auguste Ballet, possesseur d’une fortune considérable, avait institué Castaing son légataire universel : le voyage de Saint-Cloud eut lieu le 29 mai 1823. Il fut prouvé que Castaing, pour commettre son forfait, avait employé l’acétate de morphine, dont ses études lui avaient appris les terribles propriétés.

L’instruction entrevit, sans pouvoir les constater, une série de crimes, qui n’auraient été qu’une introduction au dernier : le père, la mère, le frère aîné d’Auguste Ballet, l’un de ses oncles, étaient morts rapidement, en peu de mois ; Castaing était aussi l’ami, le médecin d’Hippolyte Ballet ; seul, il avait assisté à ses derniers moments, et un testament par lequel Hippolyte léguait presque toute sa fortune à une dame Martignon, sa sœur utérine, au préjudice de son frère, Auguste, avait été soustrait par Castaing.

Le jury déclara Castaing non coupable sur le chef de l’empoisonnement d’Hippolyte Ballet, coupable sur le chef de la soustraction du testament et de l’empoisonnement d’Auguste Ballet, à la simple majorité de sept voix contre cinq : la cour, appelée à délibérer, se réunit à la majorité du jury.

Castaing ne cessa de protester de son innocence, d’invoquer les mânes de ses deux amis ! Il subit sa peine avec le même calme, et, l’on croit pouvoir le dire, avec la même hypocrisie, qu’il avait montrés pendant les débats. Il rappela l’horrible Tartuffe, l’empoisonneur Desrues.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE