LA FRANCE PITTORESQUE
Disparition du dernier
pont à péage de la Seine
(D’après « Touche-à-Tout », paru en 1904)
Publié le vendredi 9 novembre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
La revue hebdomadaire Touche-à-Tout relate cette disparition dans son numéro du 25 septembre 1904. Il existait donc un pont à péage sur la Seine ?... Au début du XXe siècle ?
 

Mais oui : de Colombes à Argenteuil. Et si l’on n’était pas encore parvenu à faire disparaître cette anomalie, c’est que le pont avait un pied, si on peut dire ainsi, sur le département de Seine-et-Oise (supprimé le 1er janvier 1968 et réparti entre les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne) et l’autre dans le département de la Seine (supprimé le 1er janvier 1968 et réparti entre les départements des Yvelines, de l’Essonne et du Val-d’Oise) ; et les administrations des deux départements n’étaient pas encore arrivées à se mettre d’accord sur le rachat du droit de péage.

Le pont sur la Seine à Argenteuil, par Claude Monet (1874)
Le pont sur la Seine à Argenteuil, par Claude Monet (1874)

Etonnez-vous, après cela, que des peuples étrangers aient quelquefois des difficultés ! Mais enfin, l’accord vient de se faire, et bientôt, vous pourrez passer sur le pont de Colombes à Argenteuil, sans tirer votre petit sou de votre poche.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE