LA FRANCE PITTORESQUE
20 octobre 1759 : achèvement
du phare d’Eddystone
()
Publié le vendredi 19 octobre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

A l’entrée du canal de la Manche, quatorze milles en mer, au sud-ouest de la rade de Plymouth, est un banc de rochers dont la pointe seule se montre au-dessus de l’eau, et dont l’arête se prolonge au-dessous, en formant un écueil d’environ cent brasses d’étendue, dans la direction du nord au sud. Cet écueil est sur le passage des vaisseaux qui entrent dans le canal et en sortent : c’est souvent le premier point de reconnaissance après des voyages lointains, point bien redoutable et pour les navires de la marine anglaise et pour ceux des autres nations, à qui le commerce du nord fait prendre cette route.

De pareils dangers avaient fait désirer vivement aux marins l’établissement d’un phare sur ce rocher : mais de grands obstacles s’y opposaient. Une première construction, tentée sous la direction de Henri Winstantley, eut des résultats funestes. Le fanal fut allumé le 14 septembre 1698 : en 1703, dans la nuit du 26 au 27 novembre, l’ingénieur, ses ouvriers, les gardiens du fanal, et le phare même, sans en excepter une pierre, disparurent dans une tempête.

Un nouveau phare en bois dura quarante et un ans : mais un incendie le dévora. Enfin John Smeaton eut la gloire d’achever le phare en pierre, que l’on admire encore aujourd’hui : trois ans et quelques semaines furent nécessaires à ce travail, dont on concevra la difficulté, quand on saura que non-seulement la fureur des vagues en empêchait l’exécution, mais rendait souvent impossible le simple accès du rocher.

Le phare d’Eddystone se compose d’une tour d’environ vingt-un mètres de hauteur, depuis la basse mer de vive eau jusqu’à la plate-forme de la galerie, qui environne la lanterne, et de vingt-huit mètres jusqu’à l’arasement du dessus de la boule qui surmonte cette lanterne. Le diamètre inférieur de la tour est de huit mètres et demi, qui, après une diminution assez rapide dans le bas, se réduisent à quatre mètres et demi vers la balustrade de la galerie.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE