LA FRANCE PITTORESQUE
16 octobre 1094 : le roi Philippe Ier
est excommunié par le pape Urbain II
()
Publié le samedi 13 octobre 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Philippe Ier s’étant dégoûté de sa femme Berthe, épousa Bertrade, comtesse de Montfort, qu’il avait enlevée au comte d’Anjou son mari. Ce comte d’Anjou avait déjà répudié deux femmes successivement, lorsqu’il épousa Bertrade.

Philippe se servit du ministère des lois pour faire casser son mariage, sous prétexte de parenté ; et Bertrade fit casser le sien avec le comte d’Anjou, sous le même prétexte. Un évêque de Beauvais les maria ensuite solennellement. Cette union fut déclarée nulle par le pape Urbain II, Français de nation, qui prononça cette sentence dans les propres Etats du roi, où il était venu chercher un asile.

Philippe Ier
Philippe Ier

Philippe, craignant que les anathèmes du pontife romain n’excitassent ses sujets à lever l’étendard de la rébellion, envoya des députés au pape, qui obtinrent un délai, pendant lequel il lui fut permis d’user de la couronne. Pour entendre cette permission, il faut savoir qu’en ces temps-là les rois paraissaient aux jours de fêtes solennelles en habit royal, avec la couronne entête, et la recevaient de la main d’un évêque.

Ce délai ne fut pas de longue durée. Philippe fut excommunié de nouveau dans un concile tenu à Poitiers, en 1100 ; mais en 1104, Lambert, évêque d’Arras, député du pape Pascal II, lui apporta enfin son absolution à Paris, après lui avoir fait promettre de ne plus voir Bertrade, promesse qu’il ne tint guère. Apparemment que le pape approuva ensuite leur mariage ; car Suger nous apprend que leurs fils furent déclarés capables de succéder à la couronne.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE