LA FRANCE PITTORESQUE
2 septembre 1720 : mort de Caumartin
()
Publié le vendredi 31 août 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Louis-Urbain Lefebvre de Caumartin, marquis de Saint-Ange, fut un magistrat plein d’esprit, de jugement et de savoir.

Louis de Caumartin
Louis de Caumartin

C’est dans son château de Saint-Ange que Voltaire commença la Henriade, excité par tout ce que de Caumartin lui racontait de Henri IV. Ce poète en faisait le portrait suivant :

Caumartin porte en son cerveau,
De son temps l’histoire vivante,
Caumartin est toujours nouveau
A mon oreille qu’il enchante :
Car dans sa tête sont écrits
Et tous les faits et tous les dits
Des grands hommes, des beaux esprits,
Mille charmantes bagatelles,
Et les annales immortelles
Des ridicules de Paris.

C’est lui qui est désigné dans ces vers de Boileau :

Chacun de l’équité ne fait pas son flambeau.
Tout n’est pas Caumartin, Bignon, ni d’Aguesseau.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE