LA FRANCE PITTORESQUE
28 juillet 1772 : le comte de Struenzée
et le comte de Brandt
sont condamnés à mort
()
Publié le vendredi 27 juillet 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Huit jurisconsultes ayant été nommés pour instruire le procès de ces prisonniers, le jugement qui intervint condamna Struenzée à perdre la vie, après avoir eu le poing coupé, pour avoir fait tort de six millions à la caisse royale, pour avoir falsifié une assignation sur le trésor royal, pour avoir fiait des arrangements suspects dans la capitale. Brandt fut condamné au même supplice, pour forfaits commis par lui directement contre la personne sacrée du roi. Celui-ci joua de la flûte dans sa prison, pendant tout le temps que dura son procès.

Tous deux lurent eux-mêmes leur sentence d’un œil tranquille ; tous deux dormirent paisiblement la nuit qui précéda l’exécution ; tous deux subirent la mort avec le même courage. Leurs complices furent condamnés à diverses autres peines. La reine Mathilde sortit du royaume.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE