LA FRANCE PITTORESQUE
C’est son dada
()
Publié le samedi 12 septembre 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est son idée favorite
 

Dans la conversation courante et familière, on entend dire parfois, en parlant d’une personne qui revient trop souvent et trop volontiers sur le même sujet : « Ah ! la voilà encore sur son dada ! » D’où vient cette expression ?

Cette expression nous vient des Anglais. Elle fut mise à la mode en Angleterre par Sterne, écrivain satirique, auteur de plusieurs ouvrages célèbres, dont le plus connu en France est : Le Voyage sentimental.

C’est dans les premiers chapitres de son roman : Tristram Shandy, livre bizarre où se trouvent pêle-mêle les traits d’esprit les plus fins, les aperçus philosophiques de la plus haute portée, les plus indignes et absurdes grossièretés, qu’il emploie le terme de : Hobby-Horse (dada), appliqué à une idée fixe.

Hobby-Horse se dit au propre du bâton sur lequel un enfant s’amuse à chevaucher, et par extension d’un cheval de bois servant de jouet. Au figuré, to ride one’s hobby-horse doit se traduire par « enfourcher son dada ; partir sur son dada », c’est-à-dire se mettre sans trêve ni mesure à poursuivre une idée favorite.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE