LA FRANCE PITTORESQUE
Emission L’Ombre d’un doute :
Possédées de Loudun
(mercredi 15 février 2012 à 22h55 sur France 3)
()
Publié le mercredi 15 février 2012, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
En septembre 1632, la petite ville de Loudun, dans la Province d’Anjou, est le théâtre de scènes étranges. Des sœurs du couvent des Ursulines, agitées de convulsions, se disent possédées par le Diable.
 

Deux ans plus tard, l’Eglise tient son coupable : le Père Urbain Grandier, prêtre de Loudun, périt sur bûcher. Pourtant, les crises de possession ne cesseront que 4 ans plus tard. Le Père Grandier a servi de bouc-émissaire.

Pourquoi a-t-il fait l’objet d’une telle manipulation ? Qui en est à l’origine ? Des historiens et des spécialistes décryptent les mystères des possédées de Loudun, sur lequel plane l’ombre du ministre de Louis XIII, le Cardinal de Richelieu...

Avec les premières crises de possession, la ville de Loudun est devenue très attractive. Une aubaine pour l’Eglise qui en fait une vitrine de son combat contre le diable. Richelieu espère ainsi pousser les hérétiques à la conversion. On vient de toute l’Europe assister aux séances d’exorcisme des possédées.

L’affaire est instruite par le baron de Laubardemont, un homme de main du Cardinal de Richelieu. Il accuse Urbain Grandier, dont les sœurs possédées évoquent le nom pendant leurs crises de délire, d’avoir pactisé avec le Diable. Il faut dire que Grandier multiplie les ennemis. Le prêtre se distingue par son style de vie libertin et s’est attiré les foudres de l’Eglise en rédigeant un Traité sur le célibat des prêtres. Il n’a rien non plus pour plaire à Richelieu dont il s’est opposé à la politique quelques années auparavant.

Autant de raisons qui poussent certainement Laubardemont à le faire tomber. Pourtant, malgré son acharnement à obtenir des aveux et d’innombrables séances de tortures, Grandier a toujours nié avoir passé un pacte avec le Diable.

Accédez à la présentation

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE