LA FRANCE PITTORESQUE
Quand le chat n’y est pas
les souris dansent
()
Publié le lundi 26 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
En l’absence du maître, ceux qu’il gouverne en profitent pour faire ce que bon leur semble
 

Nous avons un vieux proverbe qui dit identiquement la même chose : Voyage de maîtres, noces de valets, ce qui revient à dire que, lorsque le maître n’est plus au logis, tout le monde en profite soit pour se reposer, soit pour se divertir au lieu de travailler. De même, en politique, quand le chef est absent, le désordre se met trop souvent parmi ceux qui lui sont soumis.

Cet axiome populaire assimile ceux qui sont gouvernés à des mineurs, à des êtres faibles comme les souris dont le chat serait, pour ainsi dire, le gendarme. Des souris ainsi gardées seraient fort à plaindre ; mais il faut restreindre le sens de ce vieil adage en le limitant aux salles d’école privées de leur maître ou à une étude de notaire ou d’avoué privée de son maître clerc.

Grandville, dans ses Proverbes illustrés, a mis en action divers proverbes ayant trait aux danses d’animaux et a raconté de la manière suivante celui qui concerne la danse des souris. « Le théâtre représente l’atelier d’une modiste : le chat, sous l’habit d’une vieille femme (qui doit être la maîtresse de la maison) vient de sortir. Aussitôt les souris, habillées en jeunes élégantes, quittant leur ouvrage, et se mettent à danser autour de la table. »

Balzac, dans son roman d’Eugénie Grandet, a donné une variante de ce proverbe : « Ah ! Ah ! vous avez fait fête à votre neveu ! c’est très bien ! c’est fort bien ! dit-il. Quand le chat court sur les toits, les souris dansent sur le plancher.

Le même proverbe se retrouve dans plusieurs langues. Les Italiens disent : Quando la gatta non è in paese, i topi ballino, ce qui est à peu près la reproduction de notre proverbe. On a dit aussi autrefois : Absent le chat, les souris dansent.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE