LA FRANCE PITTORESQUE
Payer les violons
()
Publié le mercredi 19 octobre 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est une façon ironique de dire que quelqu’un a eu tout l’embarras d’une affaire dont les autres ont eu tout le profit
 

Cette expression est la reproduction textuelle de cette locution latine : Delirant reges, plectuntur archivi, ce qui signifie : Les grands font des fautes et le peuple en porte la peine.

Molière a introduit cette expression dans l’une de ses pièces, la comtesse d’Escarbagnas (Scène II) ; voici les paroles qu’il a mises dans la bouche d’un des acteurs : « Je ne sais de quelle façon M. Tibaudier a été avec vous, mais M. Tibaudier n’est pas un exemple pour moi et je ne suis pas d’humeur à payer les violons pour faire danser les autres. »

Il est certain que celui qui paie les violons ne danse pas toujours et que dans la plupart des cas, il a plus à se plaindre qu’à se réjouir. C’est une pensée proverbiale qui trouve à chaque instant son application dans la vie usuelle où les cœurs généreux sont généralement pris pour dupes.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE