LA FRANCE PITTORESQUE
Faire des siennes
()
Publié le lundi 26 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

On emploie depuis fort longtemps cette expression très populaire faire ses farces pour parler d’un jeune homme qui a une conduite irrégulière et déréglée. Autrefois, on se servait souvent des pronoms possessifs mien, tien, sien et l’on pouvait bien avoir dit primitivement faire des farces siennes ; puis, retranchant le mot farce, dire tout simplement, faire des siennes, témoin les exemples suivants :

On lit dans les Mémoires de Saint-Simon la phrase suivante : « Vaudremont avait quitté le service de France et faisait des siennes dans ses terres. » Voici deux vers d’un auteur, nommé Imbert :

Oui, comme un petit fripon
Qui, de temps en temps, fait des siennes.

Voltaire (1760) dans l’une de ses lettres, disait : « Le tonnerre a fait des siennes en attendant le canon. »

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE