LA FRANCE PITTORESQUE
Tuer la poule
pour avoir l’œuf
()
Publié le mardi 8 septembre 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Se priver de ressources à venir pour un petit intérêt présent
 

On doit ce dicton à un ancien apologue attribué à Esope ; il est question d’un homme possesseur d’une poule qui, tous les matins, pondait un œuf d’or. Il crut que l’oiseau renfermait dans son corps une mine du précieux métal ; il le tua et ne trouva dans les entrailles rien de ce qu’il espérait.

Notre fabuliste La Fontaine a reproduit et embelli ce récit dans sa fable intitulée : La Poule aux œufs d’or (Livre V, fable 13). Il a fait une leçon pour les gens cupides qui, séduits par des prospectus alléchants, risquent leur fortune présente dans l’espoir qu’on leur a donné de la doubler, de la tripler en très peu de temps, puis perdent ainsi le bien qu’ils possédaient. Voici comment La Fontaine a imité le fabuliste grec :

L’avarice perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux pour le témoigner,
Que celui dont la poule, à ce que dit la fable,
Pondait tous les jours un œuf d’or.
Il crut que, dans son corps, elle avait un trésor :
Il la tua, l’ouvrit et le trouva semblable
A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien,
Belle leçon pour les gens chiches !

Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du matin au soir, pauvres devenus,
Pour vouloir trop tôt être riches !

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE