LA FRANCE PITTORESQUE
Se battre les flancs
()
Publié le vendredi 23 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
S’agiter, se donner beaucoup de mouvement dans l’espérance d’un succès
 

Ces mots proviennent de la métaphore employée au sujet du lion, lorsqu’il est irrité et se bat les flancs de sa queue. Au XIIe siècle l’auteur inconnu du Mystère d’Adam fait précéder sa pièce d’un avertissement aux acteurs, leur recommandant de se battre les cuisses pour marquer leur douleur. On retrouve le même geste de désespoir dans l’Arioste (Satire V) et dans le Dante (Inferno XXIV).

Du reste, l’acte de se frapper le corps sous l’empire de quelque passion est très naturel. Dans le sens ironique, on emploie cette façon de parler, lorsque l’on croit que de grands efforts ne doivent amener qu’un faible résultat.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE