LA FRANCE PITTORESQUE
Rompre la paille avec quelqu’un
()
Publié le vendredi 23 novembre 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est déclarer à une personne que l’on n’est plus son ami
 

La paille était employée comme un symbole dans la loi salique. Alors, rompre la paille, c’était rompre un marché, renoncer à une union, à une amitié, en un mot se brouiller.

Cette locution proverbiale a donc une origine fort ancienne. Autrefois, principalement pendant le Moyen Age, la prise de possession d’un fief, d’une terre, d’une habitation quelconque se faisait au moyen d’un fétu de paille que recevait le nouveau possesseur et cette livraison lui donnait l’investiture légale de la propriété.

Au XIIe siècle, on envoyait encore à une personne une paille brisée pour lui annoncer une rupture. De même aussi, lorsque, par une circonstance quelconque, le propriétaire d’un fief était obligé d’y renoncer, le seigneur dont il était vassal faisait déposer sur le seuil de sa maison un fétu de paille brisé qui annonçait sa dépossession.

Quand les seigneurs français, convoqués en champ de mai, voulurent reprocher à Charles le Simple les concessions faites aux Normands, ils curent recours à ce signe extérieur pour manifester leurs sentiments. Ils s’avancèrent au pied du trône, brisèrent chacun une paille et en jetèrent les morceaux à leurs pieds. Cela voulait dire : Vous n’êtes plus notre roi, il n’y a plus rien de commun entre nous.

Voici quelques vers à ce sujet :

Quand deux amis se sont brouillés,
On dit que la paille est rompue.
Cette comparaison dans le public reçue
Sera-t-elle du goût des esprits ampoulés ?

Je n’en sais rien. Vaille que vaille.
Il est certain que l’amitié.
Comme elle est aujourd’hui sur pié,
N’est pas plus forte qu’une paille.

Il ne faut pas omettre de citer ces vers de Molière tirés de l’une de ses comédies :

Pour couper tout chemin à nous rapatrier,
Il faut rompre la paille : une paille rompue
Rend, entre gens d’honneur, une affaire conclue.

Tous ces exemples suffisent amplement à prouver que l’on dit, par extension, rompre la paille avec quelqu’un, pour signifier rompre une amitié ou renoncer à une union.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE