LA FRANCE PITTORESQUE
Petite pluie abat grand vent
()
Publié le samedi 17 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
La douceur suffit souvent pour calmer le plus grand emportement
 

On interprète dans ce proverbe un accident atmosphérique pour indiquer ce fait que des paroles de douceur et de soumission apaisent une personne en colère.

Ainsi donc deux significations dans ce proverbe : l’une tirée de la température même, indiquant que, lorsqu’il survient une petite pluie après un grand vent, tout s’apaise dans l’atmosphère, l’autre concluant à la comparaison que l’on fait d’une personne courroucée et menaçante que quelques paroles douces apaisent tout à coup. Au XVIIe siècle on écrivait : Petite pluye abbat grand vent.

Après avoir décrit les combats acharnés que se livrent deux essaims d’abeilles, le poète Virgile ajoute ces deux vers :

Hi motus animorum atque haec certamina tanta
Pulveris exigui jactu compressa quiescunt.

ce qui signifie : Il suffit de leur jeter une pincée de sable pour calmer leur fureur et faire cesser la lutte.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE