LA FRANCE PITTORESQUE
Mettez cela sur vos tablettes
()
Publié le mercredi 7 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

On sait que les Anciens ont écrit d’abord sur des écorces d’arbres et ensuite sur des tablettes enduites de cire. L’usage des tablettes s’est conservé pendant une partie du Moyen Age ; les comptables même de cette époque en employaient souvent. Plusieurs de ces comptes, datant du XIIIe siècle, se trouvent dans les Archives nationales.

Plus tard, le mot tablette, dans le sens de surface destinée à recevoir des écritures, vint, sous la forme plurielle, à désigner une espèce de petit carnet composé de quelques feuilles d’ivoire, de papier ou de parchemin préparé que l’on portait ordinairement sur soi et qui servait à inscrire, au moyen d’un crayon, les choses dont on voulait garder le souvenir.

Voici un exemple qui date de 1617 et qui se trouve dans un ouvrage de d’Aubigné, intitulé le Baron de Foen (livre III, chapitre 23). « Ils vont coucher à Saugeon que Calopse avait mis sur ses tablettes, pour avoir veu (vu) au baron de là la moustache trop relevée. » Dans le Dictionnaire de Trévoux (1771), on rencontre ces phrases : « Le maréchal de Biron, le père, portoit ordinairement des tablettes et il y marquoit tout ce qu’il voyoit et oyoit (entendait) de bien. - La terre ressemblait à de grandes tablettes où chacun veut écrire son nom. Quand ces tablettes sont pleines, il faut bien effacer les noms qui y sont déjà écrits pour en mettre de nouveaux. »

Fontenelle (XVIIIe siècle) s’est servi de la même expression dans son dialogue des Morts anciens.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE