LA FRANCE PITTORESQUE
Méfiance est mère
de la sûreté
()
Publié le mercredi 7 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Il faut se défier d’autrui pour éviter d’être trompé
 

Certainement il est sage de ne pas donner aveuglément sa confiance, mais il ne faut pas la refuser sans une raison suffisante. Racine a dit :

La défiance
Est toujours d’un grand coeur la dernière science :
On le trompe toujours.

La Fontaine (Liv. III, fable 18), dans son apologue du Chat et du vieux Rat le termine par cette pensée et (Liv. IV, fable 15), dans l’apologue du Loup, de la Chèvre et du Chevreau où la chèvre en quittant son logis recommande à son chevreau de n’ouvrir la porte à personne, il conclut par ces deux vers :

Deux sûretés valent mieux qu’une,
Et le trop en cela ne fut jamais perdu.

Que dire de cette maxime ? Elle est peu généreuse et si on l’appliquait à toutes les phases de la vie, on aurait toujours ses semblables en suspicion. Et pourquoi dans les rapports avec les autres hommes, présumer plutôt le mal que le bien ? Toutefois l’expérience prouve qu’il est bon d’être prudent.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE